Quand l’histoire…

Posted on 23 novembre 2006

0


Le désespoir, comme une poupée que l’on maquille,
se trémoussait,
jouant des fleurs en papier
d’une gamine au regard de vieille,
et il criait encore, ce con,

« Je suis le pitre de la connaissance,
vous naissez de vos tiroirs-caisses,
entre deux comptoirs et un chiotte –
c’est à vomir… »


La gamine vomissait aussi,
c’était d’un autre mal au ventre –
le désespoir se tut un peu,
il mit l’histoire dans une poubelle
et la gamine sous son bras –
il marcha quelque temps encore –
la gamine lui disait « je t’aime »,
ils se regardèrent longtemps
on aurait dit qu’il en pleurait…
Il la jeta sous un train
et recommença à gueuler.

……………….. Quand l’histoire ne s’arrête pas

Publicités