La nuit…

Posted on 24 novembre 2006

2


Quelques pieds glissaient sur un parquet usé
quelques mains se tendaient frôlant les murs
posées en aplat
sur un papier jauni
des mains crispées
vers quel horizon?

Une certitude de désèspoir
ou juste des yeux
n’effleurant qu’à peine
des pieds fatigués
un regard courbé
par dix mille ans de solitude
dix mille ans peut être
mais c’est comme un jour
un seul
et des pieds tremblaient sur un sol marqué
tout simplement à plus savoir
plus regarder
juste fatigués
ou quelque mur terni
sauf la mémoire qui recommence
et n’arrête plus de crier
– au secours – peut être –
ou rien qu’un tintement du coeur
le ventre vide
comme désséché
et simplement les pieds toujours
qui ne portent qu’à peine
parce que tout trop lourd et tout trop léger
ou rien qu’un frolement des mains sur un mur jauni
et ce sentiment d’étrangeté
où tout est connu
plus même un grain d’émerveillement
la nuit qui t’emplit
seule
la nuit qui reste …


Publicités