L’oiseau…

Posted on 24 novembre 2006

1


J’ai encore cette mémoire de l’oiseau pendu.
Il bougeait, mais personne ne pouvait rien faire.
Il sifflait comme un déchirement.
On aurait dit comme un insecte,
posé sur le dos,
qui se débat,
sauf qu’on n’entendait pas les cris.
Puis il a fini par se laisser faire,
se laisser emporter.

« Beau chevalier masqué, qui chevauche en silence », où étais-tu ?

Je sais bien qu’on ne peut pas tout faire,
mais un oiseau,
et la résignation…

Il a mis du temps à mourir.
A côté, d’autres oiseaux chantaient…



Publicités