Ton absence…

Posted on 26 novembre 2006

0


La mort, ce serait comme une pissotière,
une de ces pissotières nouvelles,
ça vous enclot dans une boite,
vous ressortez
et tout se lave…

Mais c’est jamais du bon côté!

La mort…
Mais comment dire que ça vous ronge!
Mais comment dire que c’est stupide,
ça vous mord de la vie en bouts
et ça ne s’excuse même pas!

La mort, ce serait comme un chiotte usé
qu’on nettoie à l’eau de javel, après chaque fait
et le fait c’est la vie qui coule,
la vie qui bave de bout en bout
comme de l’eau sur une toile cirée
et l’eau qui reste, ça finit par s’évaporer.

La mort, mais comment dire que c’est stupide,
une case qui se vide
et ne reste qu’à l’oublier,
comme un vieux chiffon que l’on jette,
une dentelle de nostalgie, bouffée aux mites.

La mort, c’est une toile que l’on recouvre
et la vie n’est pas le pinceau,
pas l’œil du peintre,
c’est comme une peinture acrylique,
de celles qu’on lave, à grands jets d’eau.

Pas besoin de creuser un trou,
le trou est déjà en dedans.

La vie, c’est le ver qui se noie dans l’eau
et il gigote de désespoir
jusqu’à ce que le poisson le bouffe.

La mort…
Les mots sont des bouts de papier,
ils s’envolent au vent,
retournent en terre
mais ça ne refait pas un arbre.

Ou c’est jamais que d’étouffer!

La mort…

…………….

On écrit des grimaces au dessous de la vie
et ça ne la fait même pas rire!

Publicités