Insomnies

Posted on 27 novembre 2006

0


Dans la profondeur des nuits sans sommeil
qui n’en finissent pas de mourir
un regard sur ces cigarettes
lorsqu’elles vous brûlent les lèvres
et le silence, que seul un réveil trouble
les yeux, sans vouloir se fermer
qui piquent
parce qu’au fond
il y a cette grande plage noire
ce silence encore plus profond
qui de nuit en nuit vous emporte
du lit à la table et de la table au lit –
cette dernière bière que l’on boit
c’est l’heure qu’on ne voit pas passer
et cette main au fond des yeux
qui vous appelle – pas même avec un mot gentil –
la lumière qu’on rallume sans cesse
les livres que l’on ouvre et ferme
et ces pas
qui de loin en loin vous emportent
du lit à la table et de la table au lit –
et ce silence beaucoup trop fort
où le sommeil ne se fait pas
ce mur qui ne change même pas
ce silence, que l’on voudrait taire
le réveil qui ne s’arrête pas
c’est cette sirène au loin
comme quelqu’un qui crie – attends moi!
et ce silence qui vous emporte
de vous à vous
de vous au mur –
sur le mur il y avait des taches
ces quelques trop longues heures
où la lune ne vous sourit plus
et vos pas qui tous seuls vous ramènent
du lit à la table et de la table au lit…

Publicités