J’étais penché à la fenêtre…

Posted on 4 décembre 2006

2


Une porte,
c’est d’abord quelque chose
que l’on ouvre et ferme,
un peu comme une fenêtre,
sauf qu’on ne sait pas où elle s’ouvre –
D’un côté,
il y a peut être le soleil,
de l’autre,
il y aurait quelque chose de noir –
C’est un peu comme la vie aussi,
une chose que l’on ouvre et ferme,
un peu comme un bar –
il y aurait des lumières de néon
des gens qui vont et viennent,
quelques pièces d’un puzzle
que l’on aligne
sans savoir comment le fermer…

Comme si la vie……

ou bien des yeux
à balayer le noir
plus loin que l’horizon…

Mais c’est plutôt comme un miroir
où l’on se regarde
à l’intérieur de la porte
juste avant de la refermer –
c’est un peu comme une croix que l’on porte
sans y croire
et l’on ne se voit qu’à l’envers,
même à l’intérieur.

Bien sûr,
il peut y avoir au loin
quelque chose d’ouvert –
Ici, il pourrait y avoir quelque chose qui frissonne –
En fait,
il y a surtout ne pas savoir,
des choses qui s’en vont,
reviennent,
quelque chose que l’on ouvre et ferme,
un peu comme une fenêtre,
sauf qu’on ne sait pas où elle s’ouvre…
Comme si la vie……
ou bien des yeux crispés
à espérer un horizon plus clair…

Derrière
il y aurait un rayon de soleil,
une chambre mansardée,
le bruit d’une pierre qui tombe sur un toit,
du toit,
et le murmure d’une pendule.

Mais la pièce est une chambre de bonne,
trop étroite,
ou juste à rester sur un lit
et regarder par la lucarne
un fragment de nuage et d’étoile…

Comme si la porte allait s’ouvrir……

Elle ne s’ouvre que sur un couloir
où ne s’alignent que d’autres portes
et les lucarnes à l’intérieur…

Quelques pièces d’un puzzle
que l’on pose entre soi et soi
sans savoir comment le fermer…

Comme si la mort……

ou bien les yeux figés
et se brûler à la chandelle
juste avant de fermer la porte…

Et l’on ne sait pas ce qu’elle ferme…

……………………………………..


Publicités