Négationnnnisme !!!!

Posted on 22 mai 2009

0


Et comme il faut encore et toujours enfoncer le clou !

Attention, les images peuvent choquer ! Prises à brut lors de la libération des camps de Gusen en 1945, en Autriche !

Un des camps oubliés, Gusen, en Autriche, annexe de Mathahausen

Avant même la construction du camp de Gusen, des prisonniers du camps de Mauthausen devaient chaque jours marcher près de 4km jusqu’à la carrière de pierre de Gusen afin d’y travailler. Suite aux morts que causait cette marche quotidienne, la décision de construire un camp à Gusen fut prise en décembre 1939. 400 prisonniers furent envoyés à Gusen pour y construire les première baraques, les installations des SS ainsi qu’une enceinte électrifiée. Les travaux durèrent jusqu’en mars 1940. Dans un premier temps, le camp de Gusen fut sous le commandement du SS-Standartfuhrer Ziereis, déjà commandant de Mauthausen. En mars 1940, le commandement fut transféré au capitaine SS Chmielewski.

Le premier groupe de prisonniers était constitué de prêtres et d’opposants politiques allemand et autrichien. Ces prisonniers durent travailler à la carrière de pierre et à l’extension du camp. L’ensemble de ces prisonniers mourut très rapidement. Peu après l’invasion de la Pologne, la Gestapo envoya à Gusen de nombreux intellectuels polonais pour extermination. Les premiers d’entre eux arrivèrent le 9 mars 1940. La population du camp passa de 800 à 4.000 prisonniers en moins d’un an. Près de 1500 d’entre eux moururent en 1940 des suites des mauvais traitements et du travail forcé à la carrière de pierre. Dès janvier 1941, un crématoire fut mis en activité. Fin 1941, de nombreux prisonniers de guerre soviétiques furent également transférés à Gusen et gazés en 1942.

De nombreux prisonniers républicains espagnols furent envoyés et exterminés à Gusen. Près de 2000 d’entre eux durent travailler à la carrière de pierre et très peu d’entre eux survécurent.

De nombreuses atrocités furent commises à Gusen. Une des « spécialités » de ce camp était les « Todebadeaktionen » (action bains de la mort). Cette méthode de meurtre fut l’idée du sergent SS Jentzsch et le capitaine SS Chmielewski reprit l’idée avec enthousiasme et la mit en pratique. Les prisonniers destinés au bain étaient sélectionnés durant l’appel: des malades et inaptes au travail. Ces prisonniers étaient conduits dans la « salle de bain » et devaient se placer en dessous des douches. De l’eau glaciale a haute pression était alors envoyée sur eux. La température des corps baissait et entraînait une longue agonie. Les déportés mettaient souvent plus d’une demi-heure pour mourir, dans d’atroce souffrances. Lors de son procès, le capitaine SS Chmielewski déclara que la vie des inaptes au travail et des juifs n’avait aucune valeur pour lui.

Deux autres camps furent construits dès 1944 à Gusen: Gusen II (St Georgen) et Gusen III (Lungitz). Les conditions de vie dans ces deux camps furent atroces, à tel point que Gusen II était surnommé par les prisonniers « L’enfer des enfers »…

Les 3 camps de Gusen furent libérés le 5 mai 1945 par le groupe de reconnaissance du sergent Albert J.Kosiek. Près de 37.000 déportés moururent à Gusen, ce qui représente près d’un tiers de tous les morts recensés dans tous les camps et camps annexes situés en Autriche.

http://www.jewishgen.org/ForgottenCamps/Camps/GusenFr.html

Publicités
Posted in: Les essentiels