L’emprunt et le statuaire

Posted on 30 juin 2009

0


Un emprunt pour qui ?

Dans la majorité plusieurs voix se seraient élevées pour demander que les plus riches soient obligés de souscrire à l’emprunt national voulu par Monsieur Sarkozy. On ne sait plus quoi inventer pour faire le gauchiste à l’UMP ! Et comme la nouvelle vient du Figaro, elle doit être plausible, je vais donc voir sur leur site. Eh oui, un nanar peut aussi lire le Figaro !

Donc : « A vrai dire, députés et sénateurs n’ont pas encore défini les modalités du système. Ils veulent surtout envoyer un message politique : celui de l’effort des plus aisés en temps de crise. Nicolas Sarkozy a exclu toute hausse d’impôt. «Mais il faut se préoccuper de solidarité», insiste Gilles Carrez » (rapporteur du budget à l’Assemblée, UMP). Et à dire vrai, vous y comprenez quelque chose ? Moi, non, sauf que quand on ne sait pas quoi faire, on parle de social !

Mais au fait, il va servir à quoi, cet emprunt ?

Selon Monsieur le président, il faut « réfléchir à nos priorités nationales et à la mise en place d’un emprunt pour les financer » et même que tout le monde (les cultureux aussi), va être invité à débattre. Cela fait deux ans qu’il est élu, Monsieur Sarkozy, et c’est seulement maintenant qu’il se préoccupe des « priorités nationales ».

Il est vrai qu’il avait fort à faire jusque là. Inciter à travailler plus pour gagner plus, à produire plus et consommer davantage. Bref réconcilier la France et l’entreprise, un sacré boulot qu’il avait ! Manque de bol, c’est la crise aujourd’hui, il paraît ! Et ça ne fonctionne pas son système. Il faut donc trouver autre chose, donc chercher les priorités nationales ! Il était temps !

Le problème, c’est qu’on ne sait toujours pas quelles elles sont !
Et l’emprunt, on ne sait ni à quoi, ni à qui il va servir, mais sans doute pas aux pauvres !

Non, ce n’est pas une pub pour une bagnole ! Ni pour un voyage en Airbus ! Mais comme je suis allé faire rédemption ce matin…

Et dans un petit coin du Monde.fr, une nouvelle passée quasiment inaperçue, et pourtant !

En Espagne, la ville de Madrid a enfin décidé « lundi de retirer tous les titres honorifiques accordés par la capitale à Francisco Franco pendant sa dictature (1939-75), a indiqué à l’AFP une porte-parole de la mairie.

« Le conseil municipal a voté à l’unanimité en faveur du retrait des honneurs de Franco », a déclaré cette porte-parole. Et une précision, la mairie de Madrid est dirigée par le Parti Populaire d’opposition (PP, droite). »

Du coup, je cite la dépêche presque en totalité :

« Le « Caudillo », qui a dirigé l’Espagne d’une main de fer pendant 36 ans après la guerre civile (1936-39) ne sera plus « maire honoraire » ni « fils adoptif » de la capitale, deux titres qui lui avaient été accordés en 1964. Les médailles d’or et d’honneur de la ville, qui lui avaient été remises en 1942 et 1959, lui seront également retirées.

La demande de retrait avait été présentée par les conseillers municipaux du parti écolo-communiste Izquierda Unida, qui exigeaient l’application d’une loi dite de « mémoire historique » adoptée en 2007 par le gouvernement socialiste espagnol. Cette loi prévoit aussi le retrait des lieux publics de tous les symboles du franquisme.

Selon un rapport officiel cité fin mai par le journal Publico, il reste 585 symboles du franquisme répertoriés sur des édifices appartenant à l’Etat espagnol, principalement des bâtiments de l’armée, malgré la loi qui oblige à les enlever. »

En ces temps de régression systématique, il faudrait quand même vérifier chez nous, s’il ne resterait pas une statue de Pétain !

Paolo Conte, Via con me

Et c’est un peu la merde pour ma chute, parce que demander à Franco ou à Pétain, pour la révolution, c’est un peu pousser au vice ! On peut d’ailleurs dire « visse », aussi !

Dis l’emprunt, c’est pour quand l’anarchie !

Publicités
Posted in: Bof Bof...