Hiroshima… mon amour ?

Posted on 7 août 2009

0


La couleur de la vie est parfois faite de telles insignifiances qu’elle peut s’éclairer au moindre soubresaut pour se noircir dès qu’il retombe.

Mais les mots, les mots restent toujours teintés de noir !

Au noir, on peut ajouter du rouge, du vert, du jaune, ou toutes les couleurs de la vie, le noir reste noir !

Seul le blanc pourrait le teinter. Mais c’est pire, le noir devient gris. Les mots deviennent ternes !

Il suffit pourtant d’un jour de soleil pour que la vie se repeigne de toutes les fleurs de l’été, jaune, rouge, blanc, mauve… de toutes les couleurs du vivant et du vivre.

Et s’il suffisait de changer la couleur de l’encre, pour changer la teinture des mots ?

Ce serait si facile !

Il paraît que l’on va organiser une loterie sur internet pour « aider » l’aide humanitaire en Afrique, qu’en guise de papitude, un certain Benoît 16 va bientôt se commettre en chansons, et que Johnny Halliday a été hospitalisé… Mais du fin fond de mes vacances, je ne sais pas si c’est pour une crise de vagal, un excès de viagra, ou un trop plein de vapeurs éthyliques.

Il paraît encore que certains se suicident à cause du mal-être dans leur travail, même chez France Télécom – défaut de communication sans doute –, que le Japon fait face à une vague de suicides au détergent !

Que la popularité de notre Vénéré remonte suite à son malaise, alors que le « moral des ménages » est au plus bas.

S’il suffisait… Bien sûr… Ce serait si facile !

Hiroshima… mon amour !

Il y a 64 ans, le 6 août 1945, une petite bombette faisait 140 000 morts à Hiroshima. Trois jours plus tard, une seconde bombette détruisait Nagasaki !
En moins de 60 ans, l’homme s’est doté d’une capacité de détruire en quelques secondes la planète et même ses banlieues !

Quel est cet animal qui éprouve plaisir et jouissance dans l’autodestruction massive et systématique !

Une sacrée entorse de la nature !

Alors, les mots… Bien sûr les mots…

Et s’ils étaient teints en rouge aujourd’hui.
Un rouge couleur sang, un rouge couleur sale !
Un rouge, comme la couleur de l’interdit!

« Dans un pays digne de ce nom, les lois sont faites pour être appliquées au même titre que les paires de gifles et les paires de coups de genou dans les paires partisanes des régions sacrées du mauvais citoyen. »

Et d’ailleurs, « dans une brasserie, un colonel en retraite soupirait mélancoliquement : « Avoir commandé un régiment, bougonnait-il, et se voir réduit à commander une choucroute, quelle dérision ! » Pierre Dac, Dico franco-loufoque

Dis choucroute, c’est pour quand la révolution !

Publicités