Quand les cloches…

Posted on 29 août 2009

0


Quand les cloches sonnent, sonnent…

Bientôt la rentrée. Les chères petites têtes blondes ou brunes stressent déjà à l’idée d’user leurs fonds de culottes sur les bancs de classes à écouter l’histoire de Vercingétorix additionnant les bâtonnets pour savoir en combien de temps se remplira sa baignoire, alors qu’en mal de scolarisation les dinosaures des partis politiques nous font le coup de leurs universités d’été où, à défaut de repenser le monde, ils ne parlent que d’en conquérir la toiture.Et pour conquérir le toit du monde, tout est bon ! Après le retour des méduses sur les plages avec la caravane de l’UMP, ou les jeunes socialistes sur les stades de foot bradant l’effigie de Martine Aubry, c’est le grand racollage autour du MODEM.

De l’UMP aux socialistes, en passant par les verts, tous cherchent à modemiser.

Et la politique devient tellement chiante que les français se vautrent sous leurs draps. Du coup le taux de natalité augmente presque aussi vite que celui du chômage. Et d’ailleurs quand on n’a rien à foutre qu’aller pointer au Pôle Emploi, mieux vaut se rouler sous la couette, il y aura peut-être des allocations familiales au final.

Bref ! L’idée nouvelle en politique, c’est la modémisation.

Le MODEM va bientôt pouvoir se vendre aux enchères tant il est convoité. Etrange recentrage, il n’y a pas si longtemps pourtant, de gauche à droite, tout le monde jouait les putes pour se taper les électeurs du Front National ! Il est vrai qu’il n’y a pas d’élection à proximité immédiate, alors pourquoi ne pas tout tenter. Un peu comme au foot où les transferts se font pendant les vacances, ou comme au gouvernement, où l’on profite toujours des vacances pour nous coller toutes les augmentations.

Il paraît d’ailleurs qu’au gouvernement, l’on élabore un « plan de guerre » contre la grippe porcine en cherchant à savoir qui l’on va vacciner en premier. Si je peux me permettre une proposition, on devrait vacciner en premier lieu les hommes et femmes politiques – ou au minimum les masquer. Cela éviterait peut-être une contamination de la bêtise – pardon les bêtes, disons de la sottise !

Alors en attendant le port obligatoire du masque à grippe, ou d’aller me jeter sous les draps pour un petit cocorico nataliste… et comme c’est encore un peu les vacances, j’y vais de ma conversation avec une mouette…

Dis la mouette, quelle est la différence entre un homme politique de droite et une femme politique de gauche (ou l’inverse, si tu veux) ?
La mouette me regarde d’un air glauque, du genre de celui du politicien d’extrême droite qui tente de réfléchir…
Ben, euh ! Le port de la mini-jupe…

Décidément, c’est vraiment con une mouette !
Moi, d’imaginer Monsieur Nicolas ou Madame Martine en mini-jupe, ça me fait tout de suite chuter le taux de natalité à zéro !

Mais comme c’est la mode des jeux pour plus idiots que soi, je redonne une chance à la mouette…
Dis la mouette, c’est quoi la différence entre une femme politique d’extrême droite et un homme politique d’extrême gauche ?
Nouveau regard glauque, du genre de celui d’un communiste qui aurait loupé le métro Colonel Fabien et serait descendu à Jaurès. *
Ben, euh ! Le port du béret !

Chapeau la mouette ! J’imagine Madame Marine avec le béret du Ché et Monsieur Olivier avec celui de la milice. Il n’y a que l’insigne qui change ! Ceci-dit, les deux en mini jupe, ça doit être quelque chose aussi !

Bref, la mouette a gagné le droit de rejouer et moi je me retrouve comme un con sur la plage à écouter crier les moules en attendant de repeupler la France.

Et merde, si en essayant de repeupler la France, je pondais un petit Modem !!!

Dis Modem, c’est pour quand la révolution !

P.S. Dans certaines régions de France que je ne nommerai pas afin de ne porter préjudice à personne, on assiste actuellement à une augmentation du taux de suicides proportionnelle à celui de la natalité – et incidemment à celui du chômage.

*Désolé les lillois, c’est de l’humour de parisien. Pour ceux qui ne comprendraient pas, il suffit de consulter un plan du métro lyonnais.
Et d’ailleurs, ils sont toujours amusants les cocos, ils nous proposent une recette de cuisine :
Salaires décents + Emplois stables = Sortie de crise.
Il paraît que c’est aussi efficace que la soupe à l’eau.

Dis la crise, c’est quand que tu nous fais l’anarchie !

Publicités