Du chinchilla en politique… et en danger !

Posted on 14 septembre 2009

0


Cela devient fatiguant de tenter de décoder un peu la politique aujourd’hui, tant elle se réduit à du fait-divers mâtiné de people. Certes, il est compréhensible que pour se faire aimer du « peuple » – et incidemment faire passer n’importe quelle réformette qui lui assure une place à part, « au dessus », comme on dit -, l’homme politique doive faire dans le « populaire », mais de là à se laisser aller au « populisme », il n’y a souvent qu’un pas, et rapidement franchi !

Alors comme c’est week-end et que je leur trouve un très joli nom, j’avais décidé d’aborder l’étude des Chinchillas et de laisser les politiques à leurs universités. D’ailleurs, c’est mignon comme tout un Chinchilla, bien plus beau qu’un politicien en mini-jupe.

Mais il est un peu raté, mon début de week-end. D’emblée, je tombe sur une description à me dégoûter de prendre l’apéro : « Les chinchillas font partie d’une catégorie appelée « Nouveaux Animaux de Compagnie » (NAC) qui comprend certains rongeurs, certains reptiles etc. » Bref, une sorte de bestiole OGM, créée pour accompagner la routine de mèmères en mal de compagnie (et je vous laisse même y ajouter des fôtes, si vous voulez).

Je tente quand même d’en savoir plus, parce qu’après tout, ce n’est pas de leur faute aux bestioles, et comme, pour une fois, Wikipédia essaye de faire dans le genre « savant », je cite :

« Le terme Chinchilla désigne un genre de mammifères qui regroupe des petits rongeurs nocturnes, de taille moyenne (sic), appartenant à la famille des Chinchilladae. Proches des Viscaches, ils sont originaires comme celles-ci de la cordillère des Andes en Amérique du Sud.

Le genre Chinchilla comprend deux espèces sauvages et une variété domestique issue très probablement du croisement en élevage des deux premières. Les espèces sauvages sont des espèces en péril. Elles ont été décimées pour leur fourrure particulièrement recherchée au XIXè siècle. »

C’est bien ce que je pensais, pôv bêtes ! Mais encore pire ! Alors que les Chinchillas OGM servent de raffinement aux mamies embourgeoisées et de souffre-douleur à leurs petits enfants chaque mercredi. Les chinchillas originaux sont en train de s’éteindre pour avoir servi de manteaux de fourrure aux mêmes embourgeoisées !

Bref, elle n’est vraiment pas drôle mon histoire de bêbêtes. Je vais faire circuler une pétition !

Et d’ailleurs, toujours dans Wikipédia, je lis une chose totalement effarante. La bêbête en question est classée dans la catégorie « espèces de rang inférieur » ! Ils sont très forts, les « savants » qui écrivent dans Wikipédia, ils n’ont pas du renouveler leur savoir depuis l’effondrement du IIIème Reich ! A moins que cela ne serve à justifier l’extermination de l’espèce pour cause de jolis manteaux, ou à justifier de fabriquer de mignons chinchillas blondinets !

Et à propos de manteaux, on continue encore à en fabriquer, en chinchillas, mais d’élevage ! De même que des couvertures ! Sur ebay, je trouve ainsi une couverture en Chinchilla vendue 11.500 Euros !

Bref encore, ce sont deux pétitions que je vais faire circuler !

Mais au fait, elle ne vous rappelle pas quelque chose, l’histoire des Chinchillas, en changeant à peine quelques mots ?

Alors que les politiciens OGM* servent de raffinement aux puissances du fric et de souffre-douleur au porte monnaie du prolo. Les politiciens originaux sont en train de s’éteindre pour avoir servi de porte-manteaux aux embourgeoisés de la finance (dommage qu’Arlette ait pris sa retraite, elle aurait pu s’en servir comme nouveau slogan).

Tragique destin que celui d’un pauvre chinchilla ! Il peut décidément servir à tout. Mais quant à vivre librement, c’est une toute autre affaire !

* Bien oui, je dis politicien OGM ! Vous n’avez pas remarqué à quel point le discours d’un politicien de droite ressemble à celui d’un politicien de gauche lorsqu’ils s’adressent à un banquier… Ou à un chinchilla écologiste !

P.S. Mais en rapport néanmoins ! Les Chinchillas sauvages des Andes étant classés « espèce en péril », je vais faire un tour sur le site de l’IUCN (International Union for Conservation of Nature) et je tombe sur un rapport, non sur les Andes, mais sur les espèces en danger dans le monde méditerranéen. Je cite :

« La dernière évaluation des mammifères de la région méditerranéenne montre qu’une espèce sur six est menacée d’extinction sur le plan régional, d’après la Liste Rouge des espèces menacées de l’UICN.

L’étude, qui évalue l’état de conservation de 320 mammifères de la région, à l’exception des baleines et des dauphins, estime que 3% sont en danger critique d’extinction, 5% sont en danger et 8% sont vulnérables. En outre, 8% sont Quasi menacés et 3% sont éteints ou éteints au niveau régional. C’est la première fois que tous les mammifères de la Méditerranée sont évalués pour la Liste Rouge de l’UICN.

“La menace principale est la destruction des habitats, qui touche 90% des espèces menacées”, explique Annabelle Cuttelod, de l’UICN, co-auteur du rapport. “Des actions doivent être menées sur le plan international pour protéger les habitats naturels afin de ne pas perdre la riche biodiversité de cette région.”

L’étude montre que les rongeurs, les chauves-souris, les musaraignes, les hérissons et les taupes, qui représentent la plus grande partie des mammifères de la région, ont de plus en plus de mal à survivre à cause de la destruction et de la dégradation de leurs habitats en raison de l’agriculture, la pollution, le changement climatique et l’urbanisation.

Les grands herbivores, comme les cervidés, les carnivores, les lapins et les lièvres sont particulièrement menacés. Huit espèces appartenant à ces groupes sont déjà éteintes dans la région méditerranéenne, dont le daim persan (Dama mesopotamica) et l’hippopotame commun (Hippopotamus amphibius). Le phoque moine méditerranéen (Monachus monachus) et le lynx ibérique (Lynx pardinus) se trouvent tous deux en danger critique d’extinction (…)

65% des mammifères menacés sont touchés par l’agriculture, 60% par la chasse et les pièges, 50% par des espèces envahissantes. Au total, plus du quart (27%) des mammifères méditerranéens ont une population en déclin, 31% sont stables, tandis que pour 40% l’évolution de la population est inconnue. 3% seulement des espèces voient leur population s’accroître, souvent grâce à des actions de conservation, d’après l’étude (…)

Sur les 49 espèces menacées de mammifères, 20 sont spécifiques à la région et ne se trouvent nulle part ailleurs dans le monde. Ceci met en lumière la responsabilité qu’ont les pays méditerranéens de préserver l’ensemble de la population mondiale de ces espèces. »

Sans commentaire ! Je renvoie au site :
http://cms.iucn.org/fr/

Et pour en savoir plus sur quelques techniques de fabrication des manteaux :
http://aequoanimo.com/elevage2.html

Dis le chinchilla, c’est quand que tu te fais politique !

Publicités
Posted in: Merdialisation ?