Pantalonnades politiciennes !

Posted on 8 octobre 2009

1


Pas grand chose d’intéressant aux infos aujourd’hui, alors comme Bertrand Delanoë prend la défense de Frédéric Mitterrand, je vais faire un tour sur son site internet. Peut être y trouverais-je autre chose que de simples pantalonnades. Oui, je sais, la plaisanterie est facile ! Mais entre Strauss Kahn et sa secrétaire, Cohn Bendit et les attouchements touche pipi, Eric Besson et ses incartades ménagères… J’en passe, sans doute… Et aujourd’hui Frédéric Mitterrand et ses promenades thaïlandaises… On en vient parfois à se demander ce qui intéresse le plus les gens en matière de politique : la politique elle-même ou les histoires de fesses de nos dirigeants !

Monsieur Delanoë échappera, souhaitons le, aux ragots. Il a eu au moins le mérite, contrairement à d’autres, de ne pas cacher son homosexualité. Un petit gage d’honnêteté, il me semble, dans un monde où le faux-semblant est de mise. Ce que Frédéric Mitterrand n’a d’ailleurs pas caché, non plus, notamment en animant l’émission « Ca s’est passé comme ça » sur Pink TV.

N’ayant pas lu le livre de Frédéric Mitterrand – je l’avoue humblement – et n’ayant pas plus de raisons aujourd’hui qu’hier de le lire, je renvoie simplement au texte de Bertrand Delanoë. Il me semble répondre suffisamment aux pantalonnades du Front National et de quelques socialistes en mal de reconnaissance :

« Le commerce sexuel est une monstruosité. Des êtres jeunes et vulnérables que la misère conduit à se prostituer, les réduisant au statut d’objets de plaisir : tableau insupportable qui offense l’idée même d’humanité.(…) Que chacun lise – ou relise – cet ouvrage avant de clouer son auteur au pilori, s’engouffrant ainsi – volontairement ou non – dans la manipulation orchestrée par le Front national.(…) Aujourd’hui, face à cette offensive populiste, je refuse les amalgames, les déformations et même la lâcheté, là où la dignité de la politique se nourrit d’honnêteté et d’exigence. »

http://bertranddelanoe.net/leseditos/editocentral/pour-l-honneur-d-un-homme-pour-notre-honneur/

A mon sens, il se passe de commentaires et je suis totalement d’accord ! Je vais donc un peu plus loin sur le site, et tombe sur un très joli titre « Pour une nouvelle gouvernance mondiale ». Cela m’incite à lire et, de fait, bien qu’un peu pleurnichard, le début paraît plutôt joli :

« Le monde a perdu ses repères. Il y eut un modèle collectiviste : on sait où il a mené ceux qui, de gré ou de force, l’ont subi. Quant au modèle capitaliste, la crise en a révélé les dérives les plus insupportables, déstabilisant l’économie de la planète et surtout ses peuples. Or, faute de valeurs et de références, c’est le vide qui l’emporte. Ou le fanatisme religieux. Ou l’alliance nihiliste entre le capitalisme économique et la dictature politique. Ce monde tourneboulé est la proie de toutes les menaces. La fin des empires aurait pu engendrer un ensemble plus équilibré et plus harmonieux : il n’en est rien. »

Mais il y a vice d’emblée. Est-ce la crise qui a révélé les dérives les plus insupportables du modèle capitaliste, en déstabilisant l’économie de la planète et ses peuples ? Cela ne revient-il pas à dire que tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles avant ? Désolé, Monsieur Delanoë, mais il me semble que si la « crise » a été pour vous un « révélateur », pour la plupart des gens, elle n’a rien changé d’autre que de pointer un état de fait dans lequel ils vivaient déjà. Un monde dans lequel l’exploitation de la misère est la norme, et où la richesse produite par cette exploitation ne profite qu’à une infime minorité dirigeante. Un monde dont l’exclusion est l’un des principes de fonctionnement. Ce qui signifie que la « crise », si tant est qu’elle ait « déstabilisé l’économie », n’a révélé aucune « dérive », mais un simple constat de fait existant !

Et d’ailleurs, dans tout le reste du texte, il est question de politique, d’éthique, de diplomatie, de transferts de souveraineté, et d’écologie, mais pratiquement pas d’économie ! Je note simplement une petite phrase : « le fanatisme du marché ne sera jugulé que par des institutions capables d’installer des garde-fous et d’organiser une juste redistribution. » Belle proposition certes ! Mais qui va mettre en place ces garde-fous et une telle redistribution ? Est-ce la majorité pauvre, ou la minorité dominante et exploitante ? Cette minorité qui, elle seule, crée et maîtrise les institutions gouvernantes ? Je vous laisse le soin de choisir ! Pour faire une toute petite comparaison, chez les militaires, est-ce le troufion ou le général, qui donne les coup de pieds au cul ?

Ainsi, lorsque Monsieur Delanoë conclut : « L’avenir du monde repose plus que jamais sur une vertu fondamentale : la solidarité. » Je trouve cela très beau, mais très naïf, ou, disons, très utopiste. A moins qu’il ne s’agisse que de la solidarité entre riches ! Ou entre généraux !

P.S. (non, ce n’est pas le même !)

Sous le titre « Brice Hortefeux défend Frédéric Mitterrand », je trouve sur DailyMotion une interview accordée ce matin par le-dit ministre à RTL. Or, sur les 8 minutes que dure l’interview, 5 minutes 40 sont consacrées à l’affaire de Milly-la-Forêt et à la récidive en matière de délinquance sexuelle, et 2 minutes 20 seulement à « l’affaire » Mitterrand. Une simple question donc : n’eut-il pas été préférable d’en changer le titre !

A moins que « l’affaire » Mitterrand ne soit plus racolleuse ! Décidément, en matière de pantalonnades…

Et lorsque je liste les tags, aucun ne se rapporte à l’essentiel des propos de Monsieur Hortefeux ! Etrange hasard ! Propos extrêmement « intéressants » pourtant puisqu’ils traitent de la remise en cause des remises de peine systématiques pour les délinquants sexuels.

J’en extrait une petite phrase de Monsieur H. : « la libération conditionnelle pourrait être subordonnée à la castration chimique » !

Dans la petite partie de l’interview consacrée à F. Mitterrand, Monsieur H. avoue n’avoir pas lu son livre. Mais il n’a sans doute pas lu Freud non plus.

http://www.dailymotion.com/fr/featured/channel/news/video/xaqoe8_brice-hortefeux-defend-frederic-mit_news

Dis le livre, c’est pour quand la révolution !

Publicités