Journée mondiale du refus de la misère…

Posted on 18 octobre 2009

1


Jeux de chiffres et manipulation

En lisant les statistiques de l’INSEE concernant la pauvreté en France, je m’aperçois que l’on donne deux chiffres, totalement différents, selon le mode de calcul. Je me fais donc expliquer : le calcul est théoriquement basé sur une moyenne (pour faire plus joli et incompréhensible, on dit « médiane »), c’est à dire sur une base théorique de 50% sur lequel se fonde le premier calcul. Or, en matière de salaires, cette moyenne est tirée vers le haut par les salaires élevés, même s’ils sont peu nombreux, et elle est pour cette raison généralement supérieure à la médiane, d’où un second calcul, réajusté sur une base plus élevée de 60%.Petite explication, certes, totalement inintéressante, mais néanmoins révélatrice de la manière dont on peut jouer avec les chiffres. Ainsi, un calcul de la pauvreté en France basé sur une « médiane » réajustée donne un taux de 14 % pour les femmes et de 12,8 pour les hommes, alors qu’un calcul standard donne un taux de pauvreté de 7,4 % pour les femmes et de 6,9 % pour les hommes – soit pratiquement moitié moins.

On utilise généralement aujourd’hui le calcul basé sur le taux le plus haut mais, sans doute pour faire joli, ou parce que certains l’utilisent encore, lorsque cela peut leur être utile, l’INSEE inique aussi le second. Comme quoi, on peut vraiment faire dire n’importe quoi aux chiffres et aux calculs !

N’en va-t-il pas de même lorsque l’on nous affirme que le niveau de vie augmente, alors que nos portes-monnaie ressemblent bien plutôt à des peaux de chagrin ? Ou lorsque la police indique cent participants à une manifestation alors que les organisateurs en décomptent le double !

Bref, en 2007, en France 14 % des femmes et 12,8 % des hommes vivaient en dessous du seuil de pauvreté ! Et comme il y a peu de chances pour que cela se soit arrangé…

Ce taux passe à 23,7 % pour les femmes âgées de 18 à 24 ans et à 20,4 % chez les hommes du même âge…

Et, petite chose dont on parle assez peu, quelle que soit la tranche d’âge, le nombre de pauvres est plus élevé chez les femmes que chez les hommes…

http://www.insee.fr/fr/themes/tableau.asp?reg_id=0&ref_id=NATCCF04405

Pour en savoir un peu plus, je vais voir sur le site de l’Observatoire des inégalités* et je lis en date du 4 août 2009 : « La France compte entre 4,2 et 8 millions de pauvres selon la définition adoptée… Depuis la fin des années 1990, la baisse de la pauvreté est interrompue. »Idem pour le jeu des chiffres et des chiffres ! On peut passer du simple au double suivant le mode de calcul ! 

Mais un fait est certain, c’est qu’en 2007, au moins 13,4 % des français vivaient avec l’équivalent d’un salaire « disponible »* inférieur à 908 Euros, considéré comme étant le seuil de pauvreté.

Alors deux petites remarques pour finir. On ne sait pas exactement combien représente un smic « disponible », mais sans doute pas beaucoup plus que 908 Euros ! Et l’on ne connaît pas non plus le nombre de millionnaires dans le monde, ni a fortiori celui des milliardaires – et encore moins en France puisqu’ils se cachent en Suisse -, mais on l’estime à moins de dix millions pour six milliard d’individus peuplant la planète. Je laisse le soin aux mathématiciens de faire le calcul… et aux économistes et politiciens de se battre sur les chiffres !

« Petits » nous sommes… « Petits » nous resterons sans doute… Mais au fait, « l’élite », ça représente quoi en pourcentage de tout cela ?

Et pour rappel encore : Plus d’un milliard de personnes souffrent de la faim dans le monde, selon les Nations Unies, et le nombre des victimes de la malnutrition a augmenté de 100 millions par rapport à l’année dernière !

* Observatoire des inégalités : Franchement, ils auraient pu choisir un autre nom ! Moi, ça me fait penser à un grand perchoir sur lequel quelques chercheurs chauves et bégayant scrutent les inégalités à coups de monocles et de longue-vue ! De plus, ils ne se fatiguent pas trop, mais reprennent les sources de l’INSEE.* Salaire « disponible » = après impôts et prestations sociales. Mais pas hors TVA, TIPP et autres ! 

Dis le perchoir, c’est pour quand la révolution !

http://www.dailymotion.com/swf/x8ic1i
Clarika, Bien mérité

Suite…La journée du refus de la misère n’a pas fait recette ! Et pour cause, tout le monde s’en fiche, à commencer par tous ceux qui auraient les moyens et la possibilité d’en parler ! Et pour cause, encore, la misère ne les touche pas, sauf s’il s’agit d’en faire une cause médiatique où ils peuvent se faire de la publicité ! Et incidemment quelques recettes indirectes.* 

A propos de « médianes », de jeux de chiffres et de manipulation, je parlais hier de « droite » ; développons un peu :

Vous prenez comme ligne de mesure une droite, mais comme elle n’intègre pas tous les critères, vous l’infléchissez vers le haut et, évidemment, vers la droite, ce qui, selon un plan frontal vous donne une droite plus haute à droite qu’à gauche, et si vous l’infléchissez encore quelque peu, la droite de la droite finit par être une extrême droite.

Je ne parle ici que d’une droite abstraite – une droite ni de gauche, ni de droite. Mais si vous partez d’une droite de droite, les infléchissements successifs la conduisent inévitablement à une droite extrême.

Par contre, si vous partez d’une droite de gauche, et à moins que vous ne soyez encore plus nul que moi en mathématiques, les infléchissements se produisant toujours vers la droite, vous n’obtiendrez jamais une gauche extrême, ni une extrême gauche, mais une gauche de droite !

http://www.dailymotion.com/swf/x61ebx
La Parisienne libérée, Tellement injuste
http://www.laparisienneliberee.com/

P.S. Ceci pour expliquer peut être comment l’on passe facilement de la gauche vers la droite… Mais rarement l’inverse… Et je ne cite personne… Quoi que !

* Je sais, il y a beaucoup de « causes » dans mon truc. Mais je fais expres !

Dis médiane, c’est pour quand la révolution !

Publicités
Posted in: Les essentiels