Vers une Afrique « ouvertement » démocratique !

Posted on 30 octobre 2009

0


En Tunisie, le 29 octobre, quelques jours à peine après la réélection très « démocratique » du président Ben Ali, le journaliste et opposant Taoufik Ben Brik a été arrêté et emprisonné, on se demande bien pourquoi !

La veille, le journaliste Slim Boukhdhir avait été agressé par cinq hommes en civil dans le quartier du Bardo à Tunis, alors qu’il descendait de taxi pour rentrer à son domicile. Deux heures plus tôt, le journaliste avait été interviewé par la BBC pour discuter du rapport de Reporters sans frontières suite à la mission de l’organisation en Tunisie. Il avait notamment dénoncé l’impossibilité, pour les journalistes indépendants, de faire leur travail.

Le 23 octobre, deux jours avant l’élection, Reporters sans frontières parlait en effet « une campagne impossible pour les médias d’opposition », je cite : « Le résultat de l’élection ne fait pas de doute. La seule question réside dans le pourcentage avec lequel Zine el-Abidine Ben Ali sera réélu. »

A la veille de l’élection présidentielle, le 24 octobre 2009, Zine el-Abidine Ben Ali, candidat à sa propre succession pour un cinquième mandat, avait averti publiquement ses détracteurs que la loi serait « appliquée contre quiconque émettra des accusations ou des doutes concernant l’intégrité de l’opération électorale, sans fournir de preuves concrètes ».

De fait, il n’y aura aucune surprise le 25 octobre. Monsieur Ben Ali sera réélu avec 89,62 % des voix ! Et le taux de participation « officiel » est de plus de 84 % !

Bref, il n’y a rien a dire ! La Tunisie est une véritable « démocratie » ! Nous devrions prendre modèle et, en 2012, participer à plus de 80 % pour réélire notre vénéré Président à près de 90% !

Et d’ailleurs, à propos d’Afrique, de démocratie et de justice, signalons que, chez nous, la plainte concernant trois chefs d’Etat africains, Denis Sassou Nguesso du Congo, Teodoro Obiang de Guinée équatoriale et le défunt chef d’Etat gabonais Omar Bongo, dans l’affaire dite des « biens mal acquis » a été jugée irrecevable par la Cour d’Appel, pour motif que les plaignants ne pouvaient arguer d’un préjudice dans ce dossier !

Ce qui signifie en clair que seules les personnes ayant « directement » et « personnellement » subi un préjudice peuvent aujourd’hui porter plainte, et risque fort d’éloigner de la justice toute association défendant les droits de l’homme !

A moins que seule l’Afrique ne soit concernée pour cause de post colonialisme et de domination économique ! C’est un peu dommage, l’Afrique concentrant à elle-seule bon nombre des dictatures « ouvertement » démocratiques du monde !

http://www.rsf.org/Une-campagne-impossible-pour-les.html
http://www.rsf.org/spip.php?page=article&id_article=34851

Dis Colon, c’est pour quand la révolution !

P.S. J’allais dire « Dis le chien… », mais n’est-ce pas un peu la même chose !

Publicités