Le catho et le cathodique

Posted on 23 janvier 2010

1


L’un s’appelle Richard Williamson, sacré évêque en 1988 par Monseigneur Marcel Lefebvre, il avait alors été d’office excommunié par l’Eglise et Marcel Lefebre déclaré schismatique. Depuis, il avait à plusieurs reprises affirmé l’inexistence des chambres à gaz.

L’autre se nomme Pierre Panet, il se présente comme un « compagnon historique » du « comique » Dieudonné, et résolument « antisioniste » (mais surtout pas « antisémite »). Pour lui, « le projet sioniste s’inscrit dans la stratégie des pays occidentaux, des démocraties parlementaires bourgeoises (…) Et « tous ceux qui s’en prennent à Dieudonné, ce sont les ombres de la caverne. »

L’un est imbu de son inébranlable et véritable foi catholique. L’autre de son petit ego surdimentionné, et comme il se dit athée, on se demande pourquoi ils se retrouvent face à face.

Un rappel des faits s’impose donc à propos de Monseigneur Williamson

En janvier 2009, interrogé par la télévision suédoise sur ses propos tenus au Canada, quelques années auparavant, disant qu’il « n’y a pas eu un Juif tué dans des chambres à gaz. Ce n’étaient que des mensonges », Richard Williamson répondait :

« Je crois que l’évidence historique est fortement contre le fait qu’il y ait eu 6 millions de Juifs délibérément gazés dans les chambres à gaz (…) Je crois qu’il n’y a pas eu de chambres à gaz (…) Les révisionnistes sérieux croient (et je crois) que 200000 à 300000 Juifs sont morts dans les camps de concentration, mais pas un seul n’a été gazé (…) »

« Je ne suis pas intéressé par le mot antisémitisme, le mot est très dangereux (…) »

« Il y a certainement eu une grande exploitation (de ces faits). L’Allemagne a payé des milliards et des milliards de deutschemarks et à présent d’euros parce que les Allemands souffrent d’un fort complexe de culpabilité pour avoir gazé six millions de Juifs, mais je ne crois pas que six millions de Juifs aient été gazés »

« Attention, c’est contre la loi allemande, si quelqu’un se trouvait ici, on me jetterait en prison avant que je ne quitte le pays, j’espère que ce n’est pas votre intention ».

Le 21 janvier néanmoins, le Pape Benoît XVI levait l’excommunication qui pesait sur lui depuis 1988 (ainsi que sur trois autres évêques intégristes). Alors que l’Allemagne le poursuivait en justice.

Face à la polémique provoquée par cette affaire, le 9 février, dans une interview publiée par Der Spiegel, Richard Williamson disait : « Il s’agit de preuves historiques, pas d’émotions. Et si je trouve des preuves alors je rectifierai. Mais cela va prendre du temps ».

Pas trop semble-t-il. Ainsi, le 26 février 2009, dans une lettre adressée au Vatican et publiée par l’agence catholique Zenit, Richard Williamson faisait repentance « devant Dieu » et écrivait : « En examinant ces conséquences, je peux dire sincèrement que je regrette d’avoir fait ces déclarations, et que si j’avais su à l’avance tout le mal et les blessures qu’elles allaient susciter, spécialement pour l’Eglise, mais également pour les survivants et les proches des victimes d’injustices sous le IIIe Reich, je ne les aurais pas faites »

Et d’expliquer : « A la télévision suédoise, j’ai seulement exprimé une opinion (… « je crois »… « je crois »…) de quelqu’un qui n’est pas un historien, formée il y a 20 ans, sur la base des preuves alors disponibles, et rarement exprimées depuis lors en public. »

Depuis, on le croyait reclus au fond d’un cloître à ruminer sa repentance. Mais il sort sans doute de temps à autres de sa cellule, puisqu’on le retrouve depuis quelques jours, face à une caméra aux côté de Pierre Panet. Et, si l’on se demandait pourquoi, le rappel des faits l’aura sans doute élucidé, l’un est un négationniste notoire mais « repenti », l’autre un antisioniste avéré, mais non antisémite. Ils devaient évidemment se rejoindre !

Bref, passons à l’interview

Après nous avoir appris qu’il passe « une année sabbatique imprévue, mais assez agréable », Monsieur Williamson nous explique la cause du procès qui lui est intenté en Allemagne, « j’ai mis en question les 6 millions de Juifs gazés, et mettre en question cela en Allemagne, c’est criminel. » Nous n’en saurons pas plus. Sans doute se sont-ils accordés avec l’intervieweur pour passer cela sous silence.

Puis l’on apprend qu’il exerce son « ministère en dormant et en mangeant… » et qu’il fait « un blog toutes les semaines » On aussi apprend que son blog, auquel on accède par un site nommé dinoscopus (pour moitié dinosaure, et moitié évêque en latin) est privé, « parce qu’on a pas voulu que ce soit public ». Dommage, on en aurait sans doute appris un peu plus sur son « repentir » !

Quelques questions suivent sur le proche-orient : « Tout ce que je sais, c’est qu’il y a de moins en moins de chrétiens dans la terre sainte, parce qu’ils sont chassés, on ne veut pas d’eux »

Vient ensuite un sujet plus intéressant : « Pour un catholique, qui prend au sérieux la foi catholique, la religion catholique est l’unique religion complètement vraie. Toutes les autres sont plus ou moins vraies, plus ou moins fausses. Donc, sur le plan religieux, il ne peut pas y avoir d’accord (entre un catholique et un musulman), c’est pas possible (ce qui n’empêche pas la cohabitation (…) Maintenant c’est assez perturbé, depuis 1947 en particulier, mais on ne sait pas comment ça va se terminer. »

Une bonne nouvelle néanmoins, « selon la théologie catholique, il n’y a pas de raison d’attaquer l’Iran. »

Et l’on aborde enfin les seuls sujets qui semblent intéresser l’intervieweur, Israël et les Juifs. A la question : « L’Etat d’Israël a-t-il une légitimité religieuse ou politique ? » Suit une réponse embarrassée, alambiquée, mais claire : « La question est délicate. Euh. Disons que beaucoup de monde croit que c’est légitime. Cela ne fait pas que ça l’est. » CQFD, je ne dis pas que l’Etat d’Israël est illégitime, mais je n’en pense pas moins !

Suit une théologie de bazar, aussi conséquente que les théories Dieudonnesques, dont on peut retenir que le rapport entre l’ancien et le nouveau testament est celui de la chrysalide au papillon. Quant au « peuple élu », qui semble, décidément, le seul intérêt de l’intervieweur : « l’ancien testament a son peuple élu, sans aucun doute, c’était les hébreux. » Et je traduis la suite en langage simple : après la mort du Christ, le peuple n’est plus élu par la chair, mais par la foi. Donc, seuls sont élus ceux qui ont la foi en notre seigneur Jésus Christ, Juifs ou non.

Et quant aux athées, dont se réclame Pierre Panet, « vous êtes parfaitement en droit de dire, seigneur, je ne vous sens en rien, mais je comprends avec mon intelligence que vous existez et que vous nous écoutez, et donc je vous prie, sans sentiment, mais je vous prie. »

Mais comme l’évêque ne peut semble-t-il plus parler d’holocauste et qu’il lui faut néanmoins un bouc émissaire, on apprend quand même que « Kant est un criminel de premier ordre. » Evidemment, il a distingué le noumème du phénomène !

Merci Monsieur le dino-évêque, et merci Monsieur l’antisioniste, vous nous avez beaucoup appris ! Et comme le dit pour finir Pierre Panet, il s’agit bien là d’un évêque « héroïque »… Mais sans doute pas pour faits de négationnisme. Officiellement, il ne l’est plus.

Au fait, le truc se trouve sur le site Dailymotion de labanlieuesexprime, et sur un autre site labanlieuesexprime.org, on peut lire : « Chavez accuse les USA d’avoir provoqué le séisme d’Haïti à l’aide d’armes nouvelles. » Et avec les fôtes que je laisse, « Oui, il est fort probable que Haïti, qui est sur une zone sensible ai été non pas frapper par la nature, mais bien aider par la main de l’homme… A qui profite le crime ? »

Bien oui, certains n’ont jamais vu d’avions le 11 septembre, mais ils ont sans doute vu des bombes en Haïti !

 

Dis dino…, c’est pour quand la révolution !

Publicités