Rue de l’Elysée, c’est chic !

Posted on 13 février 2010

0


L’association de lutte contre la corruption Anticor ayant porté plainte contre X, mercredi dernier, pour délit de favoritisme dans l’affaire des sondages de l’Élysée révélé par la Cour des comptes en juillet 2009, je relis donc le rapport de la Cour des comptes sur la gestion des services de la Présidence, et l’on y apprend quelques petites choses amusantes.

Par exemple, que le seul aménagement des tentes de la Garden party du 14 juillet 2008 a coûté 296.437 Euros, soit plus que le total de l’achat de boucherie par l’Elysée pour l’ensemble de l’année 2008 (196.375 Euros), et plus que celui de fleurs (275.809 Euros), ou de linge de maison (155.396 Euros).

Mais on y apprend aussi que l’Elysée de notre Président-Chanoine, pourtant adepte d’un capitalisme régulé, ne semble pas avoir été fervent adepte de la libre concurrence. 70 % des achats de boucherie en 2008 ayant été effectués chez un même fournisseur, et 91 % chez un seul fournisseur pour les achats de boissons non alcoolisées (126.000 Euros). On ne parle pas des boissons alcoolisées !

Mais pour faire bonne figure quand même, l’Elysée s’est engagé à réduire ses effectifs (dans le langage de la Cour des comptes, on dit encore « masse salariale ») de 3 % en 2009. Du coup, les effectifs « réels » de la présidence étaient au 15 juin 2009 de 944 personnes (mais comme on ne les connaît pas pour 2008…).

Effectifs « réels », il faut le souligner, c’est en effet sans compter tout le personnel détaché par les autres administrations, ni probablement les 21 personnes mises à la disposition de la Présidence par France Télécom pour une somme dérisoire de 1.221.606 Euros. Sans doute les rescapés d’une certaine « mode ».

Quant au total des rémunérations des personnels payés sur le budget de la Présidence de la République en 2008, il a été de 68.445.174,17 Euros, auxquels il faut ajouter 3.668.006,12 Euros de charges sociales soit un total de 72.113.180,29 Euros.

Bon je sais, tous ne sont pas logés à la même enseigne, mais s’il y a des smicards à l’Elysée, je leur conseille de se manifester !

Et d’ailleurs, à propos de logement, tous ne sont pas à la même enseigne, en effet. Sont logés, par exemple au 11 quai Branly, 55 des principaux collaborateurs de notre Président. Mais cela va du studio au F10, sans doute pour une famille très nombreuse ! Et peu importe, après tout, puisque « ces logements ne font l’objet d’aucun paiement de loyer de la part de leurs occupants… » Certainement des logements sociaux.

Ceci-dit, fidèle à sa politique de capitalisme régulé, notre Président encourage même le commerce proximité puisque les dépenses destinées aux « appartements privés » (les siens, sans doute) – consistant en de nombreux petits achats effectués dans un supermarché proche de l’Elysée, plusieurs fois par semaine – se montent pour l’année 2008 à 17.545 Euro. Mais on ne dit pas qui va acheter les friandises, peut importe, l’épicier arabe du coin doit être content.

Bref, passons au sérieux… Quoi que… Les déplacement privés de notre Vénéré.

Selon le rapport de la Cour des comptes, lors de ses déplacements « privés », notre président utilise les lignes commerciales régulières et paye ses billets ainsi que ceux de sa famille. Plutôt normal jusque là ! Mais il traîne avec lui, et dans le même avion « un chef de mission de sécurité et un groupe de protection à effectif variable en fonction de l’appréciation des risques ; un médecin avec du matériel de première urgence ; un aide de camp ; un ou deux transmetteurs spécialisés avec le matériel technique… » Admettons, mais évidemment, ce n’est pas lui qui les paye, ni qui paye leurs places – et j’espère qu’ils ne l’accompagnent, pas tous lorsqu’il va aux toilettes.

Par contre, toute cette jolie délégation se fait systématiquement accompagner par un avion de l’ETEC (Escadron de Transport d’Entraînement et de Calibrage) qui, je cite, « vous accompagne à vide et stationne à proximité discrète de votre résidence afin de pouvoir vous transporter en tout point de France ou du globe si ce produit une crise exigeant que vous interrompiez votre séjour privé. »

Comme quoi, deux avions dont un vide, c’est tellement plus économique qu’un seul, que même la cour « s’est interrogée sur les économies qui pourraient résulter d’une procédure où le Président et les personnels de service se déplaceraient dans l’avion d’accompagnement. »

Ou bien, pourquoi ne pas aussi, lors de son prochain déplacement « privé », consacrer l’avion vide à certaines reconduites ! Monsieur Besson devrait y réfléchir.

Et lorsque la Présidence nous faisait du Loppsi avant l’heure !

Si mon décodeur fonctionne, j’apprends qu’il existe un « centre national du renseignement », logé rue de l’Elysée, à proximité des bureaux de la Présidence. Evidemment, on ne nous dit pas combien ils sont, ni à quoi ils servent ! Et la cour des comptes ne semble pas en savoir beaucoup plus, puisqu’elle ne sait même pas s’ils relèvent de l’Elysée ou du Secrétariat général de la défense nationale (SGDN), et « souligne le caractère paradoxal de cette situation »… et… « dont la base juridique devrait dès lors être précisée ».

Lorsque l’on sait que désormais les agents de renseignement seront autorisés à se planquer sous de fausses identités (c’est si nouveau que cela ?) et même sous un faux nez ! Allez donc préciser la base juridique…

Si une place se libère un jour au Palais, en dépit de la vétusteté des lieux (on dit aussi vétusté, mais c’est pas beau), elle doit être très bien chauffée. Mais comme selon la Cour des comptes, L’Elysée n’est pas très fort en matière d’appel d’offre, je vous conseille de faire la queue dès aujourd’hui, et d’y aller avec un masque de clown.

Non, ce n’est pas pour faire appel à manif ! Mais sait-on jamais, au Centre national du renseignement, quelqu’un perdra peut-être son identité.

http://www.dailymotion.com/swf/xau2gz

Dis manif, c’est pour quand la révolution !

Publicités
Tagué:
Posted in: Raz-le-bol