Les camps de la honte

Posted on 23 mars 2010

1


Les camps de la honte, c’est le titre d’un livre d’Anne Grynberg qui, à sa publication en 1991, fut l’un des premiers ouvrages à traiter des camps d’internements français sous le régime de Vichy.

Les camps de la honte, c’est ainsi que j’ai envie de qualifier ces camps qui se multiplient aujourd’hui sous le joli nom de Centres de rétention administrative.

La CIMADE lance ainsi un appel pour un exceptionnel cercle de silence devant le camps du Mesnil-Amelot le 29 mars à 13 heures 30, date prévue de l’ouverture du nouveau camp :

La construction du nouveau centre de rétention (CRA) du Mesnil-Amelot (77) est achevée. L’ouverture est prévue le 29 mars 2010. Avec 240 places de rétention, ce centre sera le plus grand de France. Il s’ajoutera au premier CRA du Mesnil-Amelot, qui compte déjà 140 places.

L’entrée en fonction de ce véritable camp marque une nouvelle étape de ce que les associations de défense des droits des migrants ont qualifié depuis 2004 d’industrialisation de la rétention. D’exceptionnel, l’enfermement des personnes en situation irrégulière devient peu à peu un outil banal de la politique migratoire.

Le futur centre de rétention comptera 240 places dont 40 places réservées aux familles. Il est organisé en 6 « unités de vie » de 40 places, disposés autour de deux bâtiments administratifs jumeaux eux-mêmes reliés par une passerelle de commandement. Une double enceinte grillagée et barbelée entoure l’ensemble du camp. Des dizaines de caméras et des détecteurs de mouvements complètent ce dispositif carcéral.

Comme pour le CRA de Vincennes, l’Administration utilise la fiction de deux centres de rétention mitoyens pour contourner la réglementation : celle-ci limite à 140 places la capacité d’un centre de rétention.

La construction envisagée de deux salles d’audiences à proximité immédiate du camp instituera une justice d’exception éloignée de tout regard de la société civile.

Un centre de 240 places représente une moyenne de 40 arrivées par jour (c’était le cas au CRA de Vincennes avant l’incendie du 22 juin 2008). Comme l’a montré la situation de Vincennes, ce type d’univers déshumanisé favorise, encore plus qu’ailleurs, le non-droit, les violences, les auto-mutilations et les tentatives de suicide.

Un tel camp ne pourra fonctionner qu’au mépris du respect des droits et de la dignité des personnes qui vont y être enfermées.

Nous appelons les citoyens et les élus à se mobiliser et à venir se joindre à un cercle de silence exceptionnel qui se tiendra devant le nouveau centre du Mesnil-Amelot :
le 29 mars à 13h 30

Nous invitons tous les prochains cercles de silence à informer sur cette ouverture et à faire signer l’appel contre celle-ci : signez la pétition.

Sans aucun rapport (quoi que), mais pour rappel, le 29 mars sera aussi le jour où sera présenté au Sénat le projet de loi de la réforme territoriale et l’occasion d’une journée d’action et de manifestations de la culture contre ce projet qui menace directement les financements culturels.
La journée d’action démarrera avec un rendez-vous au Palais Royal à 14h30, puis cortège jusqu’au Sénat,
à 16h30, demande d’audience à un groupe de sénateurs 
et à 18h, organisation d’une assemblée générale à l’Odéon.

Et comme ça tourne au vinaigre sur France Inter et qu’un certain ministre menace de (lynchage, censure) faire le ménage, bravo Stéphane Guillon.

http://www.dailymotion.com/swf/video/xco20f

D’ailleurs, lorsque France Inter fait dans le mea culpa, cela sent soit la langue de bois, soit la « guillontine ». Ceci dit, après la déculotté de certains, on pourrait aussi parler de langue de caniche !

Dis caniche, c’est pour quand la révolution !

Publicités
Posted in: Les essentiels