Les zanars de droite !

Posted on 25 mars 2010

0


C’est marrant les zanars* de droite. Jusqu’à peu, je ne savais pas que cela existait, mais j’avais failli en qualifier Eric Zemmour, juste pour faire rire (jaune). Et bien si, ça existe, et ça le revendique. J’ai entendu avant-hier Natacha Polony, jeune et plutôt jolie fille, écrivant semble-t-il dans le Figaro, se qualifier (sans même en rire) de zanar de droite !

Ben voui, il paraît qu’il faut de tout pour faire un monde ! Et Monsieur Le Pen, il ne serait pas un peu zanar lui aussi ? Si j’en crois Claude Chabrol, « lorsqu’il était étudiant en droit, chaque fois qu’il voyait un flic, il lui montrait son cul ». D’ailleurs, son mémoire pour le diplôme d’études supérieures de Sciences-Po (rédigé en 1971, à 43 ans) s’intitulait « Le courant anarchiste en France depuis 1945 ». Il est vrai qu’ils se sont mis à deux pour l’écrire, mais comme il lui manque un oeil…

Bref, c’est le printemps, mais il fait moche. C’est peut-être pour ça que les zanars de droite font la guêpe ! Monsieur Besson, par exemple, qui ne s’en remet pas d’avoir été traité de « taupe du F.N. » par Stéphane Guillon, ou le très comique Eric Zemmour, pour lequel l’UNI, organisation notoirement d’extrême droite (pour n’en pas dire plus), lance une pétition de soutien ! Il est vrai que dans la « société » des guêpes, l’on n’hésite pas à piquer de concert (et j’ai failli dire de conserve).

Dans cette sinistrose printanière où la guêpière est de rigueur, un autre comique nous fait son buzz-buzz, Patrick Sébastien, qui vient de créer le D.A.R.D. et de rédiger son manifeste.

Je l’avoue, je ne me suis jamais intéressé à Patrick Sébastien et si tel avait été le cas, je l’aurais plutôt pensé de droite. Bien non, il nous fait son zanarchiste, lui aussi :

« La France, pays des droits de l’homme, devient peu à peu le pays des travers de l’homme. Une révolution renverserait l’ordre établi. Une révolte ne tend qu’à le bousculer. C’est pourquoi j’ai décidé de créer un des instruments de cette révolte : le D.A.R.D. Cet acronyme signifie : Droit Au Respect et à la Dignité. Aujourd’hui seule l’utopie est raisonnable ! » (…)

Mais à zanarchiste, zanarchiste et demi ! Ainsi, après nous avoir expliqué que la révolution, c’est laid, c’est violent, et que ça ne sert à rien, Patrick Sébastien prône la révolte au karsher : « Et si ce petit bruit de surface était le signal de départ du grand nettoyage, pour tenter de débarrasser le fond de notre pays de la vase qui le pollue ? »

Personnellement, cela me rappelle un peu les propos de Le Pen. A moins que cette révolte ne soit qu’une révolte de guinguette ?

Si je résume les buts du D.A.R.D., il s’agit en effet de « proposer, (de) suggérer, (d’) inventer des idées nouvelles pour un meilleur fonctionnement de notre société. » Et de « s’efforcer de défendre le droit au respect et à la dignité. »

Bref, un meilleur fonctionnement de notre société, certes, mais surtout sans y rien changer sauf le respect et la dignité. Si je ne m’abuse, le pape prône sensiblement les mêmes choses. D’ailleurs Patrick Sébastien nous prévient, « Je sais parfaitement que l’angélisme sera le principal reproche fait à ce manifeste. »

Et en effet, lorsque je lis : « On devrait écrire sur les berceaux « haïr tue », comme on écrit « fumer tue » sur les paquets de cigarettes. Ce n’est pas immédiat, certains y échappent, mais la haine fait plus de mal à ceux qui en abusent, qu’à ceux auxquels ils la soufflent en pleine figure. Haïr tue, et pardonner aide à survivre ! » Je n’en suis pas vraiment convaincu, allons demander à Hitler, Staline ou à quelques uns des très démocrates dictateurs qui peuplent aujourd’hui encore notre planète (et je ne pense pas au petit Nicolas ! Il y a bien pire).

Au final l’objectif du D.A.R.D. est de rédiger un « livre de promesses » qui sera soumis aux deux candidats présidentiables au second tour de l’élection 2012. Mais lorsque l’on connaît le sort que les présidentiables réservent aux promesses une fois élus… Si ce n’est pas de l’angélisme, je ne sais pas ce que c’est ! Patrick Sébastien nous dit d’ailleurs qu’il se fera traiter de « doux rêveur », c’est fort possible.

Mais il faut quand même lire la fin du document. Je ne sais pas si c’est de l’humour déguisé ou de l’angélisme. Ainsi Patrick Sébastien y envisage le cas où aucun des présidentiables « ne daigne signer ce livre des promesses ». Et je suis obligé de citer pour que l’on ne m’objecte pas le « hors contexte », à la manière de Monsieur Zemmour :

S’ils ne signent pas, : »Cela impliquerait que les deux présidentiables se moquent éperdument de la dignité du peuple et de son désir d’être respecté. Je laisserai à chacun le droit d’en tirer les conclusions qui s’imposeront. Mais s’il advenait que ce refus déclenche une colère incontrôlable, les deux prétendants en seraient à égalité totalement responsables. Nul doute que les membres du D.A.R.D. seraient les premiers à exprimer cette colère que je comprendrais quelle que soit la forme qu’elle prenne, et quelque excès qu’elle entraîne. »

On s’approche de la révolution ! Attention Monsieur Sébastien, la tomate printanière est parfois rouge, comme le sang d’un révolutionnaire…

Ceci-dit, « pour en arriver à ces excès, il faudrait que les deux candidats restants, tous deux dépourvus de sens moral, se soient arrangés entre eux aux dépens mêmes de leurs électeurs de base. Cette complicité de bandits justifierait un sursaut énergique de la population, dont, encore une fois, les deux présidentiables seraient totalement coupables. Mais, même si je l’évoque par précaution, je n’ose imaginer une telle dérive irresponsable… »

Personnellement, je n’ose pas « imaginer » cette dérive, je pense qu’elle est déjà de fait ! Mais je ne doit pas être assez « angélique » pour être membre du D.A.R.D. ne croyant plus, depuis longtemps, au « sens moral » d’un politicien…

Et je lis pour finir : « Autrement dit (…) ne pas respecter cet engagement ferait du signataire un être sans parole, sans honneur et sans conscience. »

N’est-ce pas ce qui caractérise nos présidentiables ?

Mais pour rester dans le zanarchisme, je retiendrait quand même une petite phrase :

« NOUS NE DEVONS PLUS VOTER POUR QUELQU’UN, NOUS DEVONS VOTER POUR NOUS ».

Que malheureusement le final nuance : « Ça vous fait peur, vous, une société plus juste et plus harmonieuse ? Une société certes toujours inégalitaire, mais débarrassée d’une partie de ses abus de pouvoir ? Une société dont le cadre est réellement dessiné par le peuple ? Moi pas ! »

Sur le site du D.A.R.D. je prends un commentaire totalement au hasard : « qu’on oblige lé industriel a faire dé produit durable é économique car par ex dans le temp 1 frigo pouvais duré 30 ans cela serré donc écologique. si lé industriel mette des pièces – viable (durée de vie)alors leur mettre une taxe, d’aujourd’hui cela rapporté une grosse somme d’argent à l’État. »

Bonne chance Monsieur Sébastien, pour écrire votre livre de promesses, il faudra l’aide de quelques grammairiens ! Je ne sais pas si vous êtes tombé à gôche ou à droite (et je m’en fiche), mais ce livre de promesse risque fort de ressembler à un « livre de doléances »… Et n’est-ce pas ainsi qu’a débuté 1789 ? En effet, pour certains mal-voyants bloqués par le trou de serrure, il ne s’agissait pas d’une révolution, mais d’une simple révolte ! On sait où cela les a conduit, et l’on sait aujourd’hui où cela nous a conduit !

Alors buzz-buzz à tous. Le soleil revient. Moi, je vais faire comme les abeilles et fêter le printemps.

* Le « z » est volontaire ! Il ne faut quand même pas zéxagérer, ni prendre Mémère pour un balais brosse ! « Une révolution renverserait l’ordre établi. Une révolte ne tend qu’à le bousculer. » Ben oui, il y a une sacrée nuance, lorsque l’on est renversé, on tombe, mais pas toujours dans une bousculade !

Dis le z, c’est pour quand la révolution !

Publicités