Le racisme ordinaire…

Posted on 26 mars 2010

1


Non Eric Zemmour n’est sans doute pas raciste, et l’UNI qui le soutient n’est sans doute pas une organisation d’extrême droite (d’ailleurs, selon Jean-Marie Le Pen, le Front National n’est pas fasciste !) Et même l’avocat général à la cour d’assises de Paris, Philippe Bilger, y va de son soutien à Zemmour, « le trublion officiel » : « Si Eric Zemmour n’existait pas, il faudrait l’inventer, il manquerait chaque jour à notre univers médiatique. » En ce qui me concerne, désolé, mais il ne me manquerait vraiment pas !

Et notre avocat général, sans parti pris aucun, de nous asséner : « Eric Zemmour n’est pas en tort pour avoir exprimé ce qu’il a déclaré mais pour s’être affranchi de la censure qui interdisait d’aborder clairement un tel sujet. Il doit être puni pour cause d’audace et non pour mensonge. Il n’a pas franchi « un cran » mais dépassé une ligne que la bienséance et l’hypocrisie considèrent comme absolue. » Merci, Monsieur Bigler de nous rappeler qu’un combat contre le racisme « ordinaire » n’est que bienséance et hypocrisie. C’est du moins ainsi que je comprends vos propos !

Bref, on s’étonne ensuite que la police utilise des méthodes de cow-boys, pour arrêter (notamment) des sans papiers ! Et (notamment) des sans papiers nègres ! Qu’ils soient trafiquants ou non.

Jeudi : arrestation musclée à Lyon d’un sans papier angolais !

Musclée, c’est le moins que l’on puisse dire ! Guilherme Hauka-Azanga a été arrêté jeudi à son domicile en présence de sa femme, de la plus jeune fillette du couple, âgée de un an, et d’une amie de leur fille aînée, âgée de dix ans. Sa femme ayant refusé d’ouvrir la porte aux policiers, ceux-ci l’on défoncée, puis, Guilherme s’étant réfugié dans la chambre, un policier a fait sauter la serrure et dégainé son arme en sa direction. Le père de famille a ensuite été emmené menottes aux poings.

Sans autre commentaire…

Mais à côté de cela, Rue 89 nous apprend qu’un officier de gendarmerie a été radié de l’armée pour avoir publié une tribune sur son site, par un décret signé le 12 mars par Nicolas Sarkozy lui-même. La tribune du gendarme, intitulée « La gendarmerie enterrée, à tort, dans l’indifférence générale », critiquait le « désengagement de l’Etat et le recul du service public national ».

« Sous prétexte d’une recherche de la rentabilité à court terme, et pour que les gendarmes s’inscrivent mieux dans le modèle actuellement prôné de la police d’autorité – par opposition à une police de dialogue –, la Gendarmerie va donc fusionner (sans le dire) avec la Police nationale. » Ce qui signifie, en clair que la gendarmerie « ne survivra pas à la révolution gestionnaire qui a frappé nos administrations depuis quelques années. »

Deux poids, deux mesures ?

A vrai dire, la tribune de Monsieur le gendarme n’avait pas de quoi craquer la barquette. Il s’agissait d’un simple constat de bon sens. Mais Monsieur était gendarme (donc militaire)… Donc… tu te tais où tu prends la porte (et si possible sans la défoncer).

Mais serait-y que je digresse ? Non ! Je reviens à la méthode musclée.

Connaissant la sensibilité utra-gauchiste du Figaro, il serait surprenant que l’on y vire Monsieur Zemmour. Mais Laurent Ruquier ne pourrait-il pas, à la manière des militaires, l’évincer de son émission sur France 2 (service public, paraît-il). De même que, en toute indépendance eu égard à la justice, notre cher président ne pourrait-il pas mettre un terme aux élucubrations zemmouresques de son avocat général ?

Notez que je ne lui demande même pas d’évincer Monsieur Besson, cela ne changerait sans doute rien aux agissements de certains policiers (qui, il faut le noter, ne sont pas des gendarmes). Et il serait probablement remplacé par pire (si cela existe !)

Au fait la pétition pour la suppression du ministère de l’indignité nationale circule toujours… De la signer, c’est aussi un moyen de lutter contre le zemmourisme ordinaire !

Dis godasse, c’est pour quand la révolution !

Publicités