Le truisme en politique… et en économie…

Posted on 8 avril 2010

1


« La vérité d’hier n’est peut-être pas la vérité d’aujourd’hui. » Dixit Claude Guéant selon l’Express. Et toujours dans L’Express, ‘Voilà ce qui arrive quand on s’attaque à la Firme ! » Dixit Pierre Charon.

Moi, « la Firme », je ne savais pas ce que c’était. Mais l’Express me dit que c’est « le surnom de la bande des cinq grognards historiques de Nicolas Sarkozy : Pierre Charon, Brice Hortefeux, Frédéric Lefebvre, Franck Louvrier, le Monsieur Com’ de l’Elysée, et Laurent Solly, aujourd’hui à TF1. »

Et comme il ne fait pas bon de s’y attaquer, je n’en dirai pas plus. Mais quand même, ils auraient pu choisir un autre nom pour se définir. Je ne sais pas, moi ! Le comité, la cellule… C’eut été un peu moins MEDEF et plus populaire.

Bref, passons. Arrêt sur Images nous pose une drôle de question : « Connaissez-vous l’existence de la « taxation à taux zéro des plus values à long terme provenant de cessions de titres de participation » ? »

C’est la colle du jour, pire qu’un oral de l’ENA. Et bien non ! Je ne connaissais pas. Un truc du MEDEF ?… Même pas ! L’article de nous expliquer en effet que « sous ce terme un peu barbare se cache un dispositif particulièrement avantageux pour les grands groupes du CAC 40 et autres fonds d’investissements. »

Un peu barbare, c’est le moins que l’on puisse dire !

En gros, c’est une super-niche fiscale qui a fait perdre 22 milliards d’impôts à l’Etat en trois ans… Et au bénéfice de qui ? Non, pas de la sécurité sociale !… Je cite Arrêt sur Images, cette niche fiscale consiste à exonérer « totalement d’impôt sur les sociétés (…) les plus-values encaissées par les entreprises lorsqu’elles vendent leurs filiales ou d’autres participations (à la seule condition d’avoir détenu cette filiale ou cette participation pendant deux ans) ». En trois ans, plus de 6 200 sociétés en ont ainsi profité, et non des moindres. Un certain yaourtier par exemple, qui aurait économisé un demi milliard d’impôts en revendant son activité biscuits. (sic !)

Or, selon l’Express encore, 22 milliards précisément, c’est le déficit prévu pour la Sécu en 2010 !

Et il existerait environ 500 niches fiscales différentes qui représenteraient un manque à gagner pour l’État estimé à plus de 70 milliards d’Euros par l’Ifrap, et à 140 milliards selon Libération.

Et l’Ifrap de poursuivre, « Nous avions relevé il y a un an à ce propos, que la définition légale d’une niche fiscale et partant de ce qui devait être inclus ou exclu du périmètre des niches, avait été rendu volontairement flou par l’administration afin d’en conserver l’aspect discrétionnaire  »

Il paraît aussi que notre vénéré s’est engagé à réduire la dépense publique de 50 milliards d’euros d’ici 2013 ! Ah que ! Et si l’on ouvrait un peu la niche à Médor… Cela éviterait peut-être de faire des bulles ! A moins que le « volontairement flou », ne soit en en effet volontaire…

Et Arrêt sur Images de conclure : « la méga niche accordée aux entreprises bénéficie finalement d’une autre forme de bouclier, celui de la complexité ou de la paresse à ne pas vouloir comprendre. Et à l’arrivée, c’est le gouvernement qui emporte la plus-value médiatique. »

Je ne sais pas vraiment si c’est le gouvernement ou le MEDEF. Mais moi, je ferme à clé la niche de ma chatte…

Au fait, j’ai trouvé une jolie définition de la bulle : « On peut définir une bulle comme une hausse très importante du prix d’un actif ou d’un ensemble d’actifs financiers (actions, obligations), immobiliers ou matières premières, selon un processus continu et autonome. La hausse initiale entraîne des anticipations de hausses futures qui elles-mêmes attirent de nouveaux investisseurs sur les marchés. La hausse des prix se nourrit alors d’elle-même. Cette hausse « irraisonnée » est ainsi progressivement déconnectée de l’état de l’économie réelle. »

C’est parfois drôle l’économie ! Mieux vaut donc ne pas s’attaquer à la firme…

P.S. Le tue-chien, c’est aussi un colchique d’automne ou une morelle noire, et un truisme, ce n’est pas le contraire de l’altruisme, c’est uniquement une véritable banalité évidente… Le mien sera donc : plus besoin de planquer son fric en Suisse, il suffit d’avoir un caniche !

Mais au fait, la Firme, cela ne rimerait pas avec la frime ?

Et un autre P.S. Il paraît qu’il n’y a plus de complot. Mince alors, ça va être (chiant) chien la politique !

Dis la frime, c’est pour quand la révolution !

Et encore un P.S. J’avais failli écrire « révulsion »…

Et pour finir cette fois, une image rien que pour le fun tirée d’un récent sondage Sofres pour Le Figaro. En rouge, ben oui, c’est pas glop ! Mais en vert, c’est glop glop quand même !

Dis le fun, c’est pour quand que tu bordélises !
M’enfin !…
Ben oui ! M’enfin quoi !

Publicités
Posted in: Bof Bof...