De l’outrage à l’indécence…

Posted on 26 avril 2010

1


« De l’outrage à l’indécence… » ou « Se saborder pour mieux régner ? » J’hésite entre les deux titres… mais le final reste le même…

Où s’arrêtera donc cette dérive ultra-droitière de notre actuel gouvernement, on peut vraiment se le demander ! Et puisque nous n’aurons bientôt plus le droit de nous essuyer les fesses avec un drapeau au tiers monarchiste, je suggère un truc.

Un bisous, c’est un baiser ! N’est-il pas ? Donc, il nous reste encore le droit de « baiser » le drapeau. A chacun de prendre l’expression comme il veut ! Mon Larousse me dit que c’est tolérable.

Bref ! Notre gouvernement ne serait-il pas en train de se « saborder », à la manière de Jacques Chirac en 1997 et de son appel à la dissolution.

Pour rappel

En 1997, alors qu’il dispose de la majorité à l’Assemblée, le gouvernement de Monsieur Juppé est au plus bas de sa popularité. Clair-voyance ou mal-voyance, le président Chirac décide alors de dissoudre l’assemblée. Mais à l’inverse des dissolutions précédentes de de Gaulle en 1962 et 1968, et de Mitterrand en 1981 et 1988, au lieu de renforcer sa majorité, cette dissolution la dissout.

Résultat : un raz de marée de la gauche rose-vert-rouge (on appelait ça gôche plurielle), une cohabitation, et Monsieur Jospin à la tête du gouvernement.

Mais comme cette « gôche plurielle » n’a d’autre politique de que faire celle de la droite, après cinq ans de règne partagé avec le président… Exit à grands coups de pieds dans le derrière. Monsieur Jospin ne passe même pas le premier tour des présidentielles, et Jacques Chirac de se faire réélire avec 82 % des voix, face à… Monsieur Le Pen !

Grand gagnant de l’histoire au final ? Jacques Chirac, bien meilleur que les pirates d’Astérix en matière de sabordage. (Et je ne parlerai pas des perdants, c’est toujours les mêmes… nous.)

D’où cette petite question que je pose : « Se saborder pour mieux régner ? »

Notre Vénéré et son gouvernement n’adopteraient-ils pas aujourd’hui une sorte de « méthode-Chirac » ?

Le contexte est assez semblable. Une cote présidentielle et gouvernementale au plus bas, face à une gauche sans aucun programme… On sait à qui cela rapporte le plus… au F.N… Et lorsque cela rapporte au F.N., pour tenter de récupérer son électorat, chacun (de gôche comme de droate) en rajoute une couche qui… etc. etc.

Certes, il y a peu de chances pour que notre vénéré dissolve l’assemblée aujourd’hui. La cohabitation ne semble pas être son sport préféré.

Mais la stratégie ne reste-t-elle pas toujours la même ? Faire grimper le F.N. pour avoir trois forces en présence en 2012… et comme au final il n’en restera qu’un…

A « goache », on envisage duel Martine Aubry-Marine Le Pen, à « droate » on rumeure sur un duel Marine-D.S.K… Mais notre vénéré lui, ne se verrait-il pas plutôt dans ce duel face à la Marine ? Et toc, 82 %… aussi bien que ses chers amis africains.

Il faut bien le dire, 82 % en démocratie ! Cela a de quoi faire rêver !

Et pendant ce temps… Pourquoi pas… Le Pen de se faire défenseur de Pétain… Ben oui, de l’outrage à l’indécence, il n’y a souvent qu’un petit pas…

Mais au fait, un rêve à 82 %, ça n’aurait pas de quoi vous rendre (un peu) Lepeniste ?

Et cette image, ça ne vous rappelle rien ?

P.S. Au cas où, comme moi, vous ne l’auriez pas su, pour certains, le 22 octobre est… « une journée d’hommage au milicien inconnu ». J’ai trouvé ça sur un blog du (vomi) joli nom de « club acacia » (fermé depuis, mais réouvert sans doute ailleurs).

Oui, de la première image, l’on en arrive facilement à celle-là… Dont elle n’est qu’un extrait !

Et savez-vous ce qu’il y avait dans le blanc du drapeau de Pétain, non pas du marron, ni l’emblème du Vatican, mais une francisque.

Bref, comme aurait pu le dire (Pétain) Descartes, « je pense donc j’essuie »…
Et si entre l’outrage et l’indécence, il y avait aussi l’outrance…

Dis le rêve, c’est pour quand la révolution !
Oui ! Mais attention à laquelle !

Publicités