Conversation avec ma chatte…

Posted on 20 juillet 2010

1


Ben oui, zaime bien les zanimaux, et il faut bien le dire, en zénéral, ze les préfère aux zhumains. C’est chiant le zhumain, ça cause tout le temps, surtout quand ça n’a rien à dire. Le zanimal lui, quand il n’a rien à dire, il se tait.

Ouf, je respire, j’ai réussi à ne pas parler de politique. Ce doit être un effet de la crise de la cinquantaine, ou de la crise tout court. Celle qui fait peur à tout le monde. Mais qui fait bien rire les riches, qui s’en foutent plein les poches.

Donc aujourd’hui, je vous parlerai de mes pigeons. Bien oui, j’ai des pigeons sur mon balcon.

C’est bizarre comme animal, le pigeon. Un peu comme les cafards et les rats, plus il y a d’humains, plus il y a de pigeons. Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais dans les campagnes, il y a beaucoup moins de pigeons que dans les villes. Et tiens, les méduses aussi, je ne sais pas si vous avez remarqué, mais sur les plages où il n’y a personne, il n’y a pas de méduses, alors que sur la côte d’Azur… Et même en Angleterre.

Bon, moi je m’en fiche, je ne vais jamais sur la Côte d’Azur en été. Je m’emmerde toute l’année à côtoyer mon voisin dans le métro. Aucune envie de le retrouver sur une plage en été, surtout s’il attire les méduses.

En été, je préfère squatter mon balcon. Et bien cette année, niet. Ce sont les pigeons qui l’on squatté.

Je suis parti quelques jours en vacances fin juin (pour éviter mon voisin), et un couple de pigeons en a profité pour s’installer dans mes géraniums. J’ai d’abord voulu les chasser. Mais quand j’ai vu deux petits noeufs dans un pot de fleurs, je n’en ai pas eu le courage. Du coup, cela fait plus d’un mois qu’ils me squattent.

J’ai quand même fini par regarder combien de temps il fallait à un noeuf de pigeon pour éclore. 19 jours il paraît. Z’étaient bons pour l’omelette, les noeufs. Mais quand j’ai voulu les virer, trop tard, y en avait un troisième. Dame pigeons avait dû piger ses oeufs étaient morts, et toc, elle m’en pond un neuf. Dix neuf jours à attendre encore…

Si j’aurais su… Non, je n’aurais quand même pas fait comme mon voisin, cultiver son mètre carré de plage pour y retrouver… son voisin.

Bon, zaime bien les zanimaux ! Mais quand même ! Et puis c’est vraiment con un pigeon. Presque aussi con qu’un zhumain. Et presque aussi degueulasse que le zhumain sur une plage. Le second pisse dans l’eau, le premier te transforme ton bacon en marre à cochons. Moi, j’ai de la chance, les miens sont presque propres, ils doivent aller se répandre chez mes voisins.

Bon qu’est-ce que je voulais dire, moi ? J’ai perdu le fil avec cette histoire de pigeons. Ah oui, j’ai une chatte. Et bien ça la scotche complètement, ma chatte, les pigeons qui couvent. Elle passe son temps derrière la porte du balcon à les espionner. Oui, j’ai quand même fermé la porte, autrement elle se serait bien fait une omelette de pigeons. Et cela n’aurait servi à rien que j’affectionne les bestioles.

Et il faut vous dire que depuis ce matin, je suis en grande conversation avec ma chatte. Oui, ce matin, je n’avais pas le moral. A cause de la crise sans doute, pas celle de la cinquantaine, l’autre, celle qui rend les riches toujours plus riches. Du coup, j’ai donné les infos à lire à ma chatte, et ça l’a un peu déprimée elle aussi.

C’est chiant le zhumain.

Les zhumains se battent pour savoir qui est le premier pollueur au monde.

Les zhumains acceptent un gel de leurs salaires pour sauver celui de leur patron et « leur » entreprise, qui sera délocalisée un an ou deux plus tard.

Les zhumains font huis clos à l’Assemblée nationale pour débattre des retraites.

Les zhumains font journée de prière pour que la marée noire cesse dans le Golfe du Mexique.

Les zhumains testent un truc contre le SIDA sur 843 femmes, dont 421 ne reçoivent qu’un placébo, et l’on s’en fiche. De toutes façons, elles auraient été contaminées.

Oui, sont chiants les zhumains !

J’ai eu beau tenter de lui dire que non, il y avait quand même des choses bien ! Tiens, le 19 juillet 1789, on découvrait la pierre de Rosette et l’on finissait par comprendre les hiéroglyphes. Le 20 juillet 1969, un homme mettait le pied sur la lune… Des trucs comme ça, quoi, rassurants…

Ben, non, elle persiste ma chatte.

Et pourquoi qu’il met le pied sur la lune, le zhumain ? L’as tellement salopé sa planète qu’il lui faut en chercher une autre ! T’es myope ou quoi ? T’as mis de l’aspro dans ton café, au lieu du sucre ? Et pourquoi qu’ils zont inventé les langues les zhumains ? Pour mieux ne pas se comprendre ! C’est même pas du café ton truc, c’est de la valériane !

Tiens, les zhumains, ils font des trous si profond dans la mer qu’ils savent même plus les reboucher. Et pourquoi qu’ils font des trous dans la mer ? Pour construire des fusées pour aller sur la lune ? Et toujours ne s’y pas comprendre ?

Oui, je sais, mais quand même… Ils ne sont pas tous comme ça. Il y a eu des révolutions, et à gauche aujourd’hui par exemple…

Quoi quand même ? Tu l’as vue, ta gauche, elle ne rêve que de prendre la place de la droite. Et ton petit postier de Neuilly, tu sais c’est quoi ces zobsessions ? Le fouteballe et la révolution ! L’ira loin s’il prend les footballeux pour des sans culottes ! Pourra au moins faire un calendrier révolutionnaire !

Et il faut bien le dire, là, j’ai calé ! Surtout qu’après, elle m’a sorti le tout dernier sondage poilitique.

Ben dans le tout dernier sondage poilitique, le Monsieur qui nous gouverne reste stable. Peu importent les affaires Bettencourt, les conflits d’intérêts, les financements occultes, les condamnations pour injures, les cigares de l’un, les jets privés de l’autre, ou les chambres d’hôtel, les suites, et les petites ballades en hélicoptère pour aller bouffer des moules sur la plage… 35% des français retourneraient voter pour lui illico. Et pour peu que notre postier nous fasse le calendrier des footeux révolutionnaires, ce serait au moins 5% de plus…

M’a définitivement cloué le bec, ma chatte. Du coup, nous sommes retournés regarder les pigeons couver.

Oui, je sais, c’est chiant aussi, un pigeon qui couve… Mais il y a des jours comme ça… Et comme on dit aussi en poulitique, ça relaxe…

Dis la poule, c’est pour quand la révolution !

Publicités
Posted in: Les essentiels