Un monde tout petit, petit…

Posted on 2 août 2010

1


C’est vrai que le monde est petit.

Vous prenez un ministre qui ne connaît pas le gestionnaire de l’une des plus grosses fortunes de France, mais qui lui décerne la légion d’honneur, et dont la femme bosse pour… ce gestionnaire.

Vous prenez le directeur de cabinet de ce même ministre, qui ne connaît sans doute pas non plus ce gestionnaire, mais qui est grand ami du fils de la première fortune de France et incidemment beau fils de… ce gestionnaire.

Vous prenez un chef de l’IGF sensé écrire un rapport totalement impartial sur le même ministre, mais qui a été nommé à son poste par… le ministre en question.

Vous mélangez le tout, et vous avez du linge bien propre. Inutile de faire ou défaire des nœuds. Et vous pouvez même passer par la case « audition », c’est lavage garanti.

Evidemment, cela n’est qu’une fiction. « Nous ne somme pas dans une République bananière », nous dirait le ministre imaginaire…

Et lorsqu’à la tête de ce joli monde, vous placez un président dont le grand argentier est… le dit ministre pourfendeur de bananes… Ce n’est plus de la simple fiction, ça ressemble plutôt à une pantalonnade de polichinelles.

Quoi d’étonnant à ce que le président de cette république imaginaire agite le spectre de la « guerre » à la délinquance et à l’immigration mal régulée, en reprenant presque mots pour mots les propos d’un imaginaire leader de l’extrême droite.

Notre imaginaire président se voyant sur un trône à bascules et n’ayant même pas deux ans pour se réaffirmer, il se fait un petit scénario. Pourquoi ne pas retenter le coup de son imaginaire prédécesseur et se faire réélire avec 82 % des suffrages ?

Pas difficile, ses opposants n’ayant somme toute rien à lui opposer, il lui suffit de faire monter la sauce de l’extrême droite. Et toc, aux prochaines élections, un petit duel au second tour avec la Marine, et même la gôche l’ovationne.

Bon, tout ceci n’est que la trame d’un mauvais vaudeville que personne ne montera jamais sur les planches. Alors j’ai fait un autre rêve, cette nuit.

Aux Jeux Olympiques de Mexico en 1968, des athlètes noirs américains tendirent le poing au son de leur hymne national, pour protester contre la ségrégation raciale. Aux championnats d’Europe d’Athlétisme aujourd’hui, la plupart des médaillés français sont issus de cette intégration « manquée », aux dires de mon imaginaire président… Et à ce simple titre, ils risquent tous d’être déchus et leur nationalité et reconduits à la frontière…

Je vous laisse deviner la suite de mon rêve… Mais des poings dressés, ça ne ferait peut-être pas de ma aujourd’hui…

Mais revenons à la réalité…

Et chic, le livret A passe de 1,25 à 1,75 %, soit une hausse de 40 % de son rendement. Si, c’est vrai, j’ai entendu ça sur France 3 et même sur France 2. Si vous laissez 100 balles sur votre livret pendant un an, ça vous rapporte 1,75 euros, alors qu’avant, ça ne vous rapportait que 1,25 euros. C’est pas génial ça ? Je vais en parler à mon gestionnaire de fortune.

Et tiens, aux Etats-Unis, la fille de l’ex président Clinton vient de se marier avec un… banquier… Et la noce aurait coûté 5 millions de dollars… C’est encore France 2 qui le dit, ce doit donc être vrai. Et 1,75 % de 5 millions, ça fait 87.500 dollars. De quoi s’offrir un beau bateau à voile.

Alors oui, le monde est vraiment petit…

Mais au fait, saviez-vous que nous étions vraiment en « guerre ». Oui, vraiment ! Et bien il semble que pour la plupart d’entre-nous, ce soit non, on ne le sait pas. Et pourtant nous sommes bel et bien en guerre en Afghanistan… Mais là, on ne sait pas vraiment contre qui, donc… Les hollandais non plus d’ailleurs, mais eux, ils doivent être plus réalistes que nous, ils les ont remis aux moulins, leurs soldats d’Afghanistan.

Et les petites phrases du jour : « Le principe de précaution est un piège à nouilles! » Non, ce n’est pas le pape parlant des capotes anglaises, c’est de Michel Vergnier, député maire creusois de Guéret.

Et toujours dans la Creuse, une phrase que j’affectionne particulièrement : « Puisque l’Etat ne nous reconnaît plus, nous décidons de ne plus reconnaître l’Etat! »

Bien oui, c’est la « guerre » aussi dans la Creuse. Mais la Creuse, c’est un peu le trou de la France. Alors la « guerre » là-bas, c’est comme celle en Afghanistan, ou celle aux ours dans les Pyrénées, on l’oublie sitôt qu’on y pense. Et d’ailleurs,

« Si je croise le sous-préfet dans une cérémonie, moi, je m’en vais », c’est ce qu’annonce Pierre Brignolas, le maire UMP de Lavaveix-les-Mines, toujours dans la Creuse.

Bon, c’est vraiment la « guerre » dans la Creuse, si même les UMPistes s’y mettent. Et pourquoi c’est la « guerre » ? Pour le maintien des services publics en milieu rural, pardi. Bien oui, après les postes, les écoles, les services de radiologie, on y ferme aussi les casernes, dans la Creuse. Si, c’est vrai, c’est dans le Journal du Dimanche.

Et d’ailleurs, ils sont les champions de la « guerre », dans la Creuse, déjà en 2005, 250 élus avaient rendu leur écharpe pour cause de fermeture du… Trésor public. Personnellement, je n’irai pas en « guerre » pour ça, mais bon, chacun son truc.

Faut vous dire que la Creuse… J’y suis passé l’été dernier. Direction Guéret pour cause d’arrêt pipi urgent. Pas un rade d’ouvert, du coup j’ai dû faire pipi contre un arbre. Et heureusement que l’on y avait fermé les casernes, personne ne m’a verbalisé. Ensuite, j’ai dû faire tout le tour de la Creuse pour trouver un gîte pour la nuit, idem pour les hôtels, tous fermés. J’ai fini par en trouver un juste avant la nuit. Bien j’y étais le seul client.

Alors oui, la désertification des campagnes, ils s’y connaissent dans la Creuse. Ceci-dit, c’est bien joli quand même. Il y a des lacs tout partout, et comme il n’y a pas un chat, on peut encore s’y baigner à poil. Ils ne sont même pas pollués. Et comme il n’y a plus de casernes, on n’y est pas verbalisé.

Bon d’accord, on s’en tape un peu de la Creuse. Mais lorsque j’entends Monsieur Estrosi, ministre de je ne sais quoi, nous dire que le P.S. se rend coupable de « non assistance à personne en danger ». Franchement, je me demande s’il ne pourrait pas s’occuper de « non assistance à campagne en danger ».

Tiens, c’est la « guerre » à on ne sait qui en Afghanistan ! Et si on faisait comme les hollandais ? Retour aux moulins dans la Creuse, nos jolis militaires. Vu le nombre de postes, ou d’écoles fermées, ce n’est pas la place qui manque… Même les casernes… et même les hôtels vides.

Et à propos de « campagne » encore. Quant on part en « guerre », on dit aussi qu’on part en campagne, non ?

Bref, le monde est vraiment tout petit, petit. Si tous les milliardaires du monde se donnaient rendez-vous dans la Creuse, ça ferait un joli banquet, mais ça ne ferait même pas de quoi la repeupler. Par contre, si l’on y ajoutait tous les ministres, secrétaires d’états, présidents, et autres gestionnaires de leurs fortunes, qui leur servent le petit déjeuner chaque matin, elle serait surpeuplée la Creuse. Plus question d’y ramener les militaires…. à moins que cela ne fasse désordre…

Oui, le désordre, c’et toujours possible, lorsqu’il paraît que l’on ne se connaît pas, mais que…

Sauf que ça, ce n’est que dans un pays imaginaire, ou dans une pièce que personne ne jouera au théâtre.

Une pièce dans laquelle certains délinquants et trafiquants seraient aussi au pouvoir.

Une pièce dans laquelle ce serait surtout à ces délinquants et à ces trafiquants auxquels il faudrait déclarer la « guerre ».

Mais cessons de rêver… C’est vraiment de la trop mauvaise fiction.

Dis le creux, c’est pour quand la révolution !

Publicités
Posted in: Merdialisation ?