La tapubuquerie ? Ou le drapeau rouge ?

Posted on 9 septembre 2010

1


Il paraît qu’aujourd’hui au menu, « on mélange les carottes et les choux ». Si c’est obligatoire, c’est notre chère ministre de l’économie qui nous l’a décrété, les carottes comme les choux faisant partie des légumes les moins chers. Et tant pis si l’on n’aime pas les choux, ni les carottes, on fera encore plus d’économies, et un jour de jeûne ne fera pas de mal.

J’ai reçu il y a peu un mail de Bernardtapie.com. Je ne l’avais pas mis à la poubelle en me disant que j’allais bien en faire quelque ubuquerie un jour. Mais ce sera pour une autre fois. D’ailleurs avec 210 millions, il va pouvoir faire provision de carottes et de choux pour quelques siècles, notre cher Bernard Tapie. Et il pourra même s’acheter un bateau frigo pour les entreposer.

Bref ! Encore une bien jolie histoire au crédit, pardon au débit de notre joyeux gouvernement, comme s’il n’avait pas assez à faire avec ce qui est en train de devenir l’affaire Woerth – et non plus l’affaire Bettencourt.

Passons ! Comme à son habitude, en dépit de toutes les critiques, notre gouvernement ne pliera point. Nous pourrions même retourner manifester que…

Mais à propos de « critique »…

Tout le monde connaît le drapeau rouge. Non, pas celui avec un marteau et une faucille, ni celui avec une étoile. Mais le rouge, tout rouge, celui qu’on peut voir sur les plages et qui nous annonce parfois la présence de requins. D’où une interdiction de baignade, sauf à ses risques et périls.

C’est bel et bien ce genre de drapeau que le parlement européen (autant qu’il serve à quelque chose parfois) vient d’agiter pour la seconde fois au visage de notre gouvernement, en se disant :

« vivement préoccupé par les mesures prises par les autorités françaises et les autres Etats membres » et rappelle que les expulsions collectives violent le droit européen car elles constituent une discrimination fondée sur la race. Dans une résolution adoptée ce jeudi, les députés regrettent en outre la rhétorique « provocatrice et discriminatoire » de certains décideurs politiques … »

C’est évidemment moi qui souligne. Cette résolution, adoptée par 337 voix pour, contre 245 non et 51 abstentions « demande à la France et aux autres Etats membres de « suspendre immédiatement toutes les expulsions de Roms« . Les députés précisent également que le relevé des empreintes digitales des Roms expulsés est illégal et contraire à la Charte des Droits fondamentaux. Le Parlement rejette toute position « visant à établir un lien entre les minorités, l’immigration et la criminalité et à créer des stéréotypes discriminatoires » ainsi que « la rhétorique provocatrice et discriminatoire qui a marqué le discours politique au cours des opérations de renvoi (…) qui donne de la crédibilité à des propos racistes et aux agissements de groupes d’extrême-droite« .

Mais il faut surtout relever ce passage qui s’adresse explicitement et directement à notre présidence de la république :

« Le Parlement rappelle que la loi européenne sur la liberté de circulation stipule qu’en aucun cas, l’absence de revenus ne peut justifier une expulsion automatique des citoyens de l’Union, et que les restrictions à la liberté de circulation et de séjour ne peuvent se fonder « que sur un comportement individuel et non sur des considérations générales relevant de la prévention ni sur l’origine ethnique ou nationale ».

Le 6 septembre, l’Elysée publiait en effet un communiqué proposant : « une réforme de la loi sur l’immigration pour faciliter la reconduite à la frontière des étrangers en situation irrégulière, y compris, dans certaines circonstances particulières, des ressortissants de l’Union européenne (en cas de menace pour l’ordre public, en l’absence durable de moyen de subsistance ou d’abus du droit à la libre circulation). »

Et affirmait que « ces nouvelles dispositions ont été élaborées dans le respect scrupuleux des principes républicains, de la jurisprudence du Conseil constitutionnel et du droit européen … »

Et bien non, en ce qui concerne le droit européen, il va falloir revoir la copie !… A moins d’inventer une distinction entre l’absence de « revenus » et celle de « moyens », et à moins de préciser quelque peu « l’abus du droit à la libre circulation »…

Il paraît qu’il existe aujourd’hui un ministre « de la réforme de l’Etat ». Mais, fait étrange, il est aussi ministre du budget et des comptes publics, de quoi s’y perdre largement, je trouve ! Tiens, ça me rappelle l’histoire des choux et des carottes… Ceux qu’il ne faut surtout pas mélanger, sauf les jours de disette…

Et tiens, lorsque l’on tape « trou du cul » sur Gogole, on ne tombe plus directement sur la page Facebook de notre Vénéré, mais sur tous les articles qui se rapportent à son bombing. Et il y a même un jeu de cartes qui se nomme « trou du cul », mettant en scène un président. Mais on ne dit pas lequel !

Ouais, il a dû réformer Gogole, le ministre « de la réforme de l’Etat », et en attendant de trouver les 210 millions pour Bernard Tapie, il va peut-être lui falloir aussi réformer la manière dont l’Etat voit le droit européen.

Mais je sais, oui, je divague, une résolution du parlement européen n’a rien d’obligatoire (on se demande vraiment à quoi il sert !). Et j’entends déjà les commentaires… Monsieur Besson, par exemple, selon qui « le Parlement européen est sorti de ses prérogatives et nous n’avons bien évidemment pas à nous soumettre à un diktat politique »…

Du coup, je vais quand même voir sur BernardTapie.com, et je tombe sur « économisez sur vos factures courantes et vos achats »… On y trouve même des « billets d’avion au meilleur prix ». L’est bien inspiré le Bernard, en ce moment !…Le bateau, pour la Roumanie, ce n’est pas ce qu’il y a de mieux ! Et en plus, ça fonctionne comme un club privé, son truc. Il faut s’inscrire pour bénéficier des billets pas chers… Moi, ça me rappelle une histoire de « cercle »…

Mais le hasard fait parfois bien les choses, notre Vénéré aurait semble-t-il rencontré aujourd’hui le PDG de Gogole… Mais sans doute pas pour parler de trous… Ni de voyage en Roumanie…

Mouais, il n’y a pas que le parlement européen, dont on se demande à quoi il sert, le ministère de la réforme de l’Etat aussi…

Mais au fait, au bon vieux temps de la monarchie (rien à voir avec aujourd’hui) on pouvait s’acheter des charges. On ne pourrait pas le réinventer ? Cela permettrait à notre Bernard national de s’acheter un ministère. Non pas celui des finances, il est déjà pris. Mais pourquoi pas celui des économies… d’avion !

P.S. Il paraît qu’un autre Bernard, médecin sur son C.V. (mais pas à Nice) et ministre de son état, avait pensé démissionner il y a peu. Cette résolution du parlement européen devrait peut-être l’y aider…

Bon allez, cessons de rêver !

A lire si vous avez le temps, L’île aux Tapie(s)

Dis le cercle, c’est pour quand la révolution !

Publicités