Dis Jojo, c’est quand que tu reviens ?

Posted on 10 septembre 2010

1


C’est début de Fête de l’Huma aujourd’hui, la fête annuelle du prolétaire. Je me munis de mon badge « Sauvez les baleines », de mon balais d’apôtre à faire fuir les sorcières, et m’habille de mon string anti grippe, et hop… Trois petits tours et puis j’y vais.

Et je vous laisse avec Camus et son Discours de Suède, pour méditer un peu.
« Les formes ne sont rien sans la lumière du monde ».

C’est trop génial la Fête de l’Huma, le seul endroit où l’on ne rencontre pas un mec de droite, sauf sur le stand où tu lui balances des patates sur la tronche ! Quoi que, il y a parfois quelques socialistes égarés… ou quelque chanteur bien payé !

Dis Jojo, c’est quand que tu reviens ? Ben oui, avec Marchais, au moins, c’était marrant d’ête communiss ! T’avais le droit de faire une fôte d’ortografe par mot, et de traiter les droitistes de tous les noms d’oiseaux possibles. Bon, t’avais pas intérêt de sortir de la ligne, sinon tu prenais la porte aussi sec, et parfois dans la tronche.

Les temps ont changé. Va traiter un droitiste de colibri aujourd’hui, il te crie que c’est de la lapidation.

Tiens, l’an dernier, à la fête, il y avait il y avait même un stand coco de Neuilly. Mais comme ils n’étaient pas assez nombreux, ils ont dû fusionner avec Levallois.

Au fait, je ne sais pas si j’ai le droit de mettre une petite annonce, mais tant pis !
Je cherche une petite statue de Staline, avec casquette militaire et salut de petit père des peuples. Du genre de celle qui a bercé toute mon enfance jusqu’à la fin de la lutte des classes, puis à disparu sur ordre de je ne sais quelle Gépéou. M’étonnerai que je trouve ça à la Fête de l’Huma, plutôt à Berlin, et made in China ! Mais sait-on jamais !

C’est la lutte finale
Formez vos bataillons
L’Internationale
Abreuve nos sillons…

Mince alors, j’ai dû mélanger quelque chose !
Au fait, vous ne trouvez pas qu’il y a des similitudes ?

Mouais, ça ressemble à de l’anticommunisme primaire votre truc !

Bien non, désolé les jeunes, relisez Anatole France à l’envers. Lorsqu’on a été communiste cinq minutes, on le reste jusqu’à la fin de ses jours – même et surtout sans parti !
Anarchiste, je suis par défaut, communiste je reste, par utopie ! Et n’en déplaise à la littérature !

Il faut quand même que je vous en raconte une bien bonne. Quand j’étais petit, j’étais aux Jeunesses Communistes (ben oui, j’ai le droit !), mais ils ont eu vite fait de me virer parce que je vidais les bouteilles de pastis de la cellule*, et vous savez pourquoi ils m’ont viré, non ! Il paraît que j’étais anarcho-fasciste ! Il fallait la trouver celle-là !

Et vous voulez savoir comment je me suis inscrit aux J.C.*. Eh bien à la Fête de l’Huma justement, après avoir un peu trop abusé du pastis. Il faut dire qu’à l’époque, on te racolait la carte à n’importe quel stand. Et que Ricard sponsorisais la fête – je ne sais pas si c’est toujours le cas.

PS Pour ceux qui ça branche, un site qui présente de nombreuses versions de l’Internationale dont certaines à pisser de rire. Et je ne sais pas si vous avez remarqué, mais depuis sa mort, la plupart des vidéos de Jean Ferrat ont disparu de Youtube, et de Dalymotion. C’est la même chose pour Pierre Desproges, mais ça, c’est plutôt depuis l’Hadopi.

* Notez qu’il y a aussi des « cellules » dans les monastères, et le J.C. n’est pas toujours celui qu’on croit !

Dis le pastis, c’est pour quand la révolution !

Publicités