Un nouveau type de panier à salades…

Posted on 11 septembre 2010

1


Après s’être spécialisé dans le transport de roms, l’UMP vient d’inventer un nouveau truc, le « transport d’enquêteur ». Mais contrairement à ce que j’ai d’abord pensé, il ne s’agit pas d’un nouveau type de panier à salades. Mais de la nouvelle désignation d’un mot que l’on ne pourra bientôt plus employer, sous peine de poursuite (je blague, enfin… j’espère).

Vous voyez de quoi je cause ? Non, pas de « perquisition » ! Mais d’une joyeuse visite de la police à votre domicile, après que ces messieurs les pandores (celui-là, on peut encore l’employer) vous aient très aimablement prévenu de leur transportation (celui-là, c’est pour nos amis les suisses).

Donc, les infos du jour sont que, non seulement il n’y a pas eu de « perquisition » au siège de l’UMP cette semaine, mais uniquement un « transport d’enquêteurs », et surtout que l’UMP vient de s’acheter un mot. Si, cela aussi, se fait de nous jours (comme quoi l’on peut faire son marché de tout).

Oui, je sais, je suis vraiment naïf, je ne savais pas que l’on pouvait acheter les mots.

Mais si, et cela semble une pratique courante sur Gogole, puisque l’UMP vient d’acheter le mot « perquisition ». Du coup, lorsque vous tapiez « perquisition » vous arrivez sur une page de l’UMP vous expliquant le ‘transport d’enquêteur », un peu comme lors du bombing de notre Vénéré avec le trou du…

Mais ça ne doit pas marcher très fort, l’achat de mots, parce qu’aujourd’hui, lorsque vous tapez le mot en question (oui, j’évite les redites), vous arrivez sur toutes les pages qui mettent l’UMP en boîte pour cet achat si pertinent. De même d’ailleurs lorsque vous tapez aujourd’hui « trou du… »

Et ce que je ne savais pas, c’est que ce n’est pas une pratique nouvelle, à l’UMP en tout cas. En juillet dernier, le joyeux mouvement populaire avait déjà acheté à Gogole les mots clés « Bettencourt » et « Liliane Bettencourt » (heureusement, ils n’ont pas acheté la personne avec, enfin je crois), de telle sorte qu’en les tapant, vous arriviez sur une page de soutien à Eric Woerth : « L’UMP mobilisée pour soutenir Eric Woerth, un homme droit et intègre » (sic).

En 2007, ce sont les mots « tsunami » ou encore « Ségolène » que le parti avait acheté. On se demande bien pourquoi… Et quel est le rapport…

Et fin 2005, vous vous souvenez d’une petite « crise » banlieusarde et de l’usage par un certain du mot « racaille ». Et bien justement, c’est le mot « racaille » que le parti de notre Vénéré avait alors acheté à Gogole, avec notamment les mots « banlieue », « insécurité » ou encore « voyou », parmi d’autres sans doute.

Bon, je ne sais pas combien ça coûte l’achat de mots. Mais on comprend nettement mieux pourquoi notre Vénéré a rencontre le président de Gogole vendredi, ils ont dû s’échanger des bons mots !

Et tiens, à propos de mots. Mais c’était en d’autres temps…

A la fête de l’Huma hier, on pouvait écouter Agnès Bihl

Bon week-end, et bons mots…

Dis le mot… C’est quand que tu te démissionne !

Publicités
Posted in: Les essentiels