Le chien dans un jeu de boules…

Posted on 1 octobre 2010

1


Vous connaissez Montillot ? Non ? C’est un petit bled de l’Yonne situé entre Vézelay et Avallon et rendu célèbre par son… ??? Je n’en sais rien, justement, il n’y a strictement rien à voir. Moi, je connais parce que j’ai des copains qui crèchent là-bas. Sinon…

Va donc savoir pourquoi notre Vénéré a décidé d’aller y faire une petite ballade hier. Parmi les 280 habitant, il a peut être des copains lui aussi.

Bon, c’est pas sympa ce que je raconte sur Montillot. En dehors du traditionnel vide-grenier que l’on trouve aujourd’hui dans tous les villages de France, il se passe quand même un truc dans ce bled paumé.

Depuis 2002, une association nommé « spectacle équestre de Montillot »  organise des spectacles, équestres, précisément. Son dernier s’intitule « L’Epopée tzigane » et est régulièrement représenté, il le sera d’ailleurs dimanche, si vous êtes dans le coin. Moi, je ne l’ai pas vu, mais c’est quand même une petite attraction locale qui fonctionne assez bien, avec une cinquantaine de bénévoles. Le genre Puy du fou, en plus petit, et plus original.

L’Epopée tzigane, évidemment, cela n’a strictement rien à voir avec l’actualité concernant les expulsions des roms, Le spectacle ayant été crée en 2009. Une époque lointaine où semble-t-il, les roms ne posaient pas de problèmes particuliers à notre Vénéré.

Et comme ils ont spectacle ce dimanche justement, ils ont voulu profiter de la visite de notre Aimable ami des roms, pour faire de la promo. Du coup, ils ont eu l’idée d’installer trois roulottes du spectacle dans un terrain privé, et avec le soutien de la mairie.

Mais quelqu’un a dû prendre cela pour une mauvaise plaisanterie. Du coup, Montillot s’est vu animé, de nuit, par la présence des gendarmes venus déloger les roulottes pour des raisons… de sécurité et d’esthétisme ! Pour la sécurité, passons ! Mais pour l’esthétisme… On leur demande peut-être une licence d’histoire (de lard, pardon) de l’art pour se faire gendarmes aujourd’hui.

Et lorsque ces chers équestrions (non, pas les gendarmes) ont voulu organiser un défilé en costumes de théâtre – tziganes évidemment – pour profiter de la présence de la presse et se faire un peu plus connaître. Quelqu’un a dû juger cela du plus mauvais goût. Ils se sont fait refouler… par les gendarmes encore.

Ceci-dit, pour la pub, ça leur vaut quand même un article dans le Nouvel Obs. Sans l’intervention des pandores, je ne sais pas s’ils y auraient eu droit.

Tiens, ça me donne une idée. J’ai des copains qui sont passés cette été au Festival off d’Avignon où ils se sont pris une gamelle, sans aucun public. S’ils y retournent l’an prochain, ils devraient inviter la gendarmerie, cela leur ferait peut-être de la publicité.

Un petit truc amusant quand même, après sa visite à Montillot, notre Vénéré s’est rendu à … la gendarmerie de Vézelay. Celle-là même dont sont venus les délogeurs de roulottes. Et pour dire aux gendarmes : « Sachez qu’on appliquera Grenoble dans son intégralité » (…) »Nous sommes accueillants pour tout le monde. Mais quand on est en situation illégale, on n’a pas vocation à rester. Et quand on est sur le territoire de la République française, on respecte la loi, qui que l’on soit. Et c’est un message qui doit être entendu (…) Ce ne sont pas des mots en l’air. »

Mais le message avait déjà dû être bien entendu ! Délogeons les campements, même lorsqu’ils sont légaux et qu’il ne s’agit que d’acteurs ! Une variante du discours de Grenoble, en somme.

Dans le même article, j’apprends que notre Vénéré va bientôt aller visiter le pape au Vatican. Sans doute pour lui demander des conseils éclairés sur… « l’héritage chrétien de la France »… Et sur la manière dont les églises sont des lieux d’asile.

Ca, c’est le ciel du côté de Montillot, en dehors du spectacle tzigane, c’est la seule chose qui soit à voir.

Mais au fait, l’autre jour, je vous ai tartuffé une histoire de « cagot » en vous promettant de vous expliquer le mot. Sans aucun rapport avec mon histoire du jour donc, avant d’être un hypocrite, sens que lui donne Molière, le cagot, dans le sud de la France était un miséreux traité en paria et rejeté de la société.

Et pour le chien dans le jeu des boules ! Désolé, je ne sais pas ce qui m’a pris. Une idée, comme ça ! Mais le chien est allé voir ailleurs. !

Dis le chien, c’est pour quand la révolution !

Publicités