Le tapis ou le drapeau rouge ?

Posted on 5 novembre 2010

3


J’avais envie de parler de la dictature Birmane aujourd’hui. Mais comme les chinois débarquent à Paris, je change de sujet. Vous vous souvenez du film de Jean Yanne ? Ce n’est pourtant pas si vieux que ça. A l’époque, tout le monde avait la trouille que les chinois radinent pour nous faire la révolution. Aujourd’hui, c’est même pas pour faire la rizvolution. C’est juste pour faire du fric.

Bon il a un nom imprononçable, sauf par les chinois, le président étoilé. je le tairais donc. Mais quand j’apprends que notre Vénéré lui tire le tapis rouge, ça me fait rire jaune.

Oui, je sais, elle n’est pas terrible. Mais bon, c’est l’automne, et les feuilles mortes se ramassent à la pelle…

Et d’ailleurs, lorsque vous avez le nez bouché, Hu Jin, ça se dit usine.

Bref usine-tao vient nous rendre visite. Ou plutôt, il vient rendre visite à notre grand Nicolas, mais on ne saura pas de quoi ils causent, les entretiens étant privés.

Ils vont sans doute parler des droits de l’homme, et du prix Nobel de la paix. A moins qu’ils ne parlent du prix des charentaises. Paraît que c’est la dernière mode en Chine.

Et tiens, il a aussi rencontré le grand Jacques, usine-tao. Et vous savez de quoi ils ont parlé ? Des droits de l’homme ? Bien non ! Ils ont parlé de la responsabilité de la Chine dans la gestion du monde, et des défis extérieurs et intérieurs du pays. Tout un programme !

Sachant que la moitié de nos apparts doivent déjà être peuplés de produits « made in China », j’imagine un peu la conversation.

– Comment se porte votre mixeur à gaufres ?
– Bien, bien.
– Et votre moulin à salade ?
– Ca va, il est encore sous-garantie.
– Ah tant mieux, parce que dès qu’il ne le sera plus, vous n’aurez plus qu’à le changer. D’ailleurs, nous venons de sortir un nouveau modèle, qui mixe les gaufres et mouline la salade. Le genre tout en un.
– Vous m’en mettrez deux douzaines de côté. En échange, vous ne voudriez pas de mon porte avion ?
– Votre poubelle flottante ? Non merci ! Les nôtres sont mieux, ils sont en plastique…

Quant à Liu Xiaobo, tout récent prix Nobel de la paix, en Chine il est aussi célèbre que notre soldat inconnu.

Et d’ailleurs, lui aussi porte un nom tellement imprononçable que lorsque des militants de RSF le scandent sur les Champs Elysées, au passage du vénérable président étoilé. Allez hop ! Au trou, les militants. La police leur a même piqué leurs parapluies.

Il faut dire que sur les pépins, ils avaient eu l’outrecuidance d’écrire « Free Liu Xiaobo ». Non mais, on aura tout vu !

Dans L’Express, on peut lire que « la visite d’Etat du président chinois, jusqu’à samedi, est placée sous haute surveillance, de façon à ce qu’aucune manifestation ne puisse l’approcher. » Et même que selon le vice-ministre chinois des Affaires étrangères, le sort de Liu Xiaobo n’est « pas un sujet à aborder entre la Chine et la France. » Sinon, fini les sèche-cheveux made in China.

Il faut quand même dire qu’il n’y a pas que dans la fabrication des beurriers qu’ils ont fait des progrès les chinois.

Il n’y a pas si longtemps, si tu n’étais pas content, on t’envoyait faire un stage à la campagne pour désherber les pâquerettes. Mais comme ils n’étaient pas doués pour le désherbage, les râleurs, aujourd’hui, on les colle directement en cabane, quand ce n’est pas au pilori.

D’ailleurs, ils sont très discrets, les chinois. La Chine est le seul pays au monde qui ne communique pas sur la peine de mort, le nombre des exécutions étant classé « secret d’Etat ». Mais selon certains indiscrets, il serait de plusieurs milliers chaque année. Quant au nombre de « dissidents » emprisonnés…

Au classement de la liberté de la presse de RSF, la Chine occupe la 171ème place… sur 178.

Un peu mieux que la Birmanie qui, elle, occupe la 174ème place.

Désolé, je n’ai pas la Grande Muraille, alors juste un mur.

 

Dis la gaufre, c’est pour quand la révolution !

Publicités
Posted in: Merdialisation ?