De l’intelligence du cochon…

Posted on 15 novembre 2010

10


En cherchant ce qu’était le pentobarbital sur Gogole, je suis tombé sur une blague. Non, pas une histoire où tu prends les mêmes, tu les changes de chaise, et tu recommences en disant que tout va changer. Celle-là, je me la réserve pour un autre jour. Il y a des sujets autrement plus sérieux. Tiens le cochon, par exemple…

Le cochon est-il intelligent ?

Un paysan dit à un touriste :

– Moi, monsieur, j’ai un cochon savant ! Il sait faire des additions, des soustractions, des multiplications…

– Vous me prenez pour un niais ! C’est impossible !

– Si, Si ! Venez voir, mon gars !

Ils vont donc à la porcherie.

– Combien font cinq et quatre ? Demande le fermier en mettant une truffe sous le groin du cochon.

Aussitôt, l’animal renifle en faisant :

– Neuf… neuf… neuf…

– Et onze moins deux ? Ajoute-t-il en repassant la truffe.

– Neuf… neuf… neuf…

– Et trois fois trois ?

– Neuf… neuf… neuf…

Le touriste ricane :

– Il ne compte pas, il grogne, tout simplement ! Tenez, essayez donc de lui demander combien font quatre fois deux…

– Si vous voulez ! Combien font quatre fois deux ? Dit le paysan en balançant un grand coup de pied dans les bourses de l’animal.

Et le cochon se met à hurler :

– Huit ! huit ! huit ! huit !…

Quel rapport avec le pentobarbital direz-vous ? Aucun en apparence, sauf que sur le même blog j’ai appris que le pentotruc était un médicament destiné à anesthésier les chats, les chiens, les chevaux, et donc pourquoi pas les cochons. Qu’en Belgique et en Suisse, il était aussi utilisé, sur l’humain, pour l’aide au suicide assisté.

Et que sur le Nouvel Obs, j’avais lu qu’aux Etats-Unis, on allait bientôt l’utiliser pour… assistance à la peine de mort.

Oui, la peine de mort, c’est toujours une pratique usuelle, chez les ricains. Les méthodes varient selon les Etats, la plus connue étant une petite grillade sur la chaise. Mais une autre, nettement moins barbare, semble-t-il, consiste à injecter trois produits au condamné. Le premier étant destiné à l’anesthésier, le second à lui couper le souffle, et le troisième à le lui ôter définitivement.

Mais comme il y a rupture de stocks concernant le premier produit, au moins jusqu’à début 2011. On va lui substituer le pentomachin, bref, l’anesthésiant à bestiaux.

Evidemment, un mec condamné à mort pour un meurtre commis en 2001 devant être exécuté le 16 décembre, on ne va quand même pas attendre début 2011 !

D’où cette question que je me pose : le cochon est-il intelligent ?

Bien oui, si je pose la question de savoir si la peine de mort est « intelligente », je vais m’attirer les foudres du FN, et même de certains UMPistes. Et l’on va m’accuser de me mêler de ce qui ne me regarde pas, et même d’ingérence dans les affaires intérieures d’un pays.

Tiens, en Chine par exemple, pour un truc de ce genre, on te procéïse en catimini, et toc, à la zigouiette. En Iran, on peut d’abord te couper les mains et si tu cries trop fort, on te finit à coups de caillasses – même si tu es une femme, et même si tu es mineur(e). Et lorsqu’on n’a pas de cailloux sous la main, on te balance au bout d’une corde. En Irak, c’est aussi la corde à sauter qui domine. En Arabie Saoudite, on pratique la bonne vieille méthode de la décapitation en public, même si tu es mineur(e) aussi.

Et en Chine encore, les autorités ont annoncé au mois de juin 2009 qu’elles avaient fixé comme objectif à long terme de supprimer progressivement les exécutions par peloton d’exécution et de les remplacer par des injections létales qui sont « plus propres, plus sûres et plus pratiques ». Et pour faire encore plus « propre », on fait même du recyclage. Je cite Amnesty : « Selon des informations délivrées par les médias au mois d’août, les autorités officielles chinoises ont reconnu qu’environ 65% des organes utilisés pour les transplantations provenaient de prisonniers exécutés ». Cette manie de la « propreté » chinoise !

Enfin, pour en revenir à notre joli rêve américain, avec 52 personnes exécutées en 2009, les Etats-Unis se classent au 5ème rang des pays exécuteurs, après la Chine, dont le nombre est indéterminé mais sans doute de plusieurs milliers, l’Iran avec au moins 388 exécutions, l’Irak qui en comptait au moins 120, et l’Arabie Saoudite où au moins 69 personnes ont été décapitées.

Alors pourquoi ne pas utiliser de l’anesthésiant à cochon !

Bref ! Je vais faire une petite pause pour vomir mon hamburger au cochon laqué.

Revenons donc à nos cochons. En Chine, dans la village de Guanshan, se tient tous les ans un concours du plus beau cochon qui attire des milliers de touristes. Et comme les chinois sont extrêmement raffinés, il ne s’agit pas d’élire le plus beau cochon vivant. Non, c’est à une exposition de cochons morts que vous assistez !

Mais on ne dit pas comment ils les ont tués.

Et si vous voulez vous acheter un cadavre momifié pour l’exposer dans votre cuisine, c’est tout à fait possible aujourd’hui. Un stock de 12.000 cadavres est disponible sur le site de l’artisto-anatomiste Gunther von Hagens. On a même soupçonné que certains étaient des condamnés à morts chinois.


Alors oui, franchement, il y a des sujets autrement plus intéressants que les petites sauteries ministérielles qui ne changeront rien. Et d’ailleurs, derrière ce remaniement se cache un ministère dont on n’a pas parlé. Celui des affaires… dirigé par Eric Woerth.

 

Dis caillou, c’est pour quand la révolution !


Publicités