Et un concours de boules puantes ?

Posted on 24 novembre 2010

6


 

 

« On ne va pas courir en permanence après la dernière boule puante. » Non, je n’ai pas lu ça dans Spirou, c’est le dernier bon mot de notre Vénérable lors de son point presse avec des journalistes « pédophiles ».

Et bien si, justement ! Et pourquoi ne pas organiser un concours ?

En dehors des UMPistes, tout le monde s’en souvient, notre bon ministre à tout faire, surtout la police et les charters, un certain Brice d’Auvergne, s’était amusé l’an dernier à plaisanter pays avec un jeune maghrébin, UMPiste lui aussi.

« Quand il y en a un, ça va, c’est quand il y en a beaucoup que cela pose des problèmes ». Evidemment, il parlait des auvergnats. Mais le maghrébin en question ne pratiquant pas le bougnat, et la scène se passant dans les Landes, notre bon ministre n’avait pu s’exprimer en patois. D’où une petite vidéo qui a fait la une de la presse et avait fini par le conduire devant les tribunaux.


………………………

Tout l’UMP avait alors crié au tollé, que non, ces propos n’étaient pas racistes. D’ailleurs, le jeune maghrébin lui-même s’était affiché dans une autre vidéo afin de soutenir son joyeux ministre. Et le ministre reconnaissant l’avait invité dans son bureau pour le remercier.


Sauf que les histoires drôles ont parfois de drôles de fins. En juin dernier, le ministre plaisantin était condamné en première instance à 750 euros d’amende et 2000 euros de dommages et intérêts pour injure raciale. Ce qui n’est pas une fin, puisqu’évidemment il a fait appel et sera donc rejugé  en 2011.

Non, le plus fin de l’histoire, c’est que lors de cette invitation, le plaisant ministre aurait dit au jeune homme, « vous avez bien fait de parler des auvergnats, je n’y aurai pas pensé. » Ce qui n’est pas encore une fin, puisque le jeune homme non plus, n’y avait pas pensé.

Selon lui, c’est une certaine Madame Aphatie (je ne sais pas si on prononce le « h »), secrétaire départementale UMP des Landes, qui aurait inventé cette histoire d’auvergnats, pour tenter de dédouaner son ministre. Ce qui n’est toujours pas une fin puisque nouveau procès il y aura et que, etc, etc.

Bref, en dehors de nous démontrer, s’il était encore besoin de le faire, que notre Vénérable ministre n’est en aucune façon raciste – sauf peut-être envers les auvergnats, mais comme ils n’ont pas porté plainte… cette histoire n’a aucun intérêt.

Sauf que, comme on fait des livres pour dire tout et n’importe quoi aujourd’hui, le jeune maghrébin a lui aussi commis le sien où il raconte les dessous de l’affaire, et comment il a été « manipulé » par l’UMP pour faire en sorte que des propos racistes passent pour une farce d’auvergnat. UMP qu’il a d’ailleurs quitté depuis pour rejoindre le club de monsieur Galouzeau de…

Pas plus que celui du pape, je ne lirai ce livre. Mais dans une longue interview à Sud-Ouest, l’ex-UMPiste, qui se dit aujourd’hui « Sarkozyste repenti », nous apprend que depuis cette affaire, il a vécu « dans l’angoisse et la peur », et qu’il a même reçu des menaces de mort.

Si vous regardez bien la vidéo, vous verrez en effet qu’il est bel et bien braqué par un pistolet. Sur une autre, qui a été effacée depuis, on le voyait même braqué par une mitraillette… en plastoc, cela va de soi.

Oui, je sais, c’est vachement dangereux de faire de la politique aujourd’hui en France, surtout si vous n’avez pas vraiment le type caucasien. Tiens, par exemple, il paraît qu’une mamie s’est retrouvée enfermée dans sa salle de bain pendant trois semaines, avec rien d’autre à bouffer que de l’eau chaude et du savon. Et tout ça pourquoi ? Parce que son chat était à l’UMP et qu’il s’agissait d’un chat noir. D’ailleurs, si la mamie a survécu à l’enfermement, le chat non.

Bon, où c’est que j’en étais moi ? Ah oui, les boules puantes ! Même si je le pense très fort, ce n’est pas moi qui ai dit que la politique puait et que les journalistes s’amusaient à lancer des boules.

« On ne va pas courir en permanence après la dernière boule puante. » C’est pourtant bien ce que cela signifie, lorsque cela émane d’un chef d’Etat à qui l’on parle d’un certaine « affaire » et qui les mélange toutes pour noyer le poisson.

Vous lui parlez de l’affaire Karachi, il la noie dans l’affaire Clearstream, l’affaire Bettencourt, l’affaire pédophilie (on ne sait pas laquelle), ou toutes celles qui lui tombent sous la main, tout ça pour vous dire « On ne va pas courir en permanence après la dernière boule puante. »

Alors pourquoi pas l’affaire Hortefeux ?


Dommage pour lui, il l’a oubliée, tout autant sans doute que lorsqu’en 1976, monsieur Hortefeux se lançait en politique, c’était entre autres pour « la défense et l’accroissement des libertés »…

Alors franchement oui, un concours de boules puantes, cela n’aurait rien de surprenant.

 

Et pour la révolution ?

Repassez donc me voir demain !

Publicités
Posted in: Bof Bof...