Quand les anges auront des ailes…

Posted on 10 décembre 2010

3


 

« C’est entre les mains de dieu… »

Non ce n’est pas le dernier mot d’esprit de l’un de nos vénérés ministres, ni de leur chef, ni de leurs vénérables sonneurs de trompettes. Eux, quand ils ne savent plus quoi faire, ils se contentent d’accuser la grenouille de tous les maux du monde.

Quand j’étais môme, on m’avait raconté que si je mettais une grenouille dans un bocal avec une échelle, et que la grenouille grimpait à l’échelle, c’est qu’il allait pleuvoir. Enfin, un truc de ce genre. Je n’ai jamais essayé. Moi, quand je vois une grenouille dans un bocal, je fais comme le gosse dans ET, je la relâche. Mais bon, chacun son truc. Il y en a qui préfèrent encager les grenouilles. Paraît que ça les rassure de faire dans l’encageage ! Que ne ferait-on pas pour passer pour un homme !

Donc, « c’est entre les mains de dieu », c’est un américain qui vient de nous la sortir. En soi, rien d’étonnant, des films ricains où le héros ne remercie pas dieu au moins une fois, il ne doit pas y en avoir beaucoup. Et l’américain en question nous dit ça à propos de Jim Morrisson.

Jim Morrisson, tout le monde connaît. Le célèbre chanteur des Doors, mort à 27 ans à Paris en 1971 et enterré au Père Lachaise. Et bien le mec avait été condamné en 1969 aux Etats-Unis pour avoir montré ses joujoux de famille pendant un concert. Près de 40 ans après sa mort, voilà-t-y pas qu’on lui pardonne, et le gouverneur de Floride d’y aller de sa petite phrase qui nous rassure. Le sexe de Jim Morrisson est bel et bien « entre les mains de dieu ».

Personnellement, ça me laisse un peu perplexe. Quand j’étais môme, en plus de l’histoire des grenouilles, on m’avait dit que les anges n’avaient pas de sexe. Mais à l’époque, qu’est-ce qu’on pouvait faire croire comme conneries aux mouflets. Tiens, que les petits garçons naissaient dans les choux, et les fillettes dans les roses. Mais avec un sexe les uns comme les autres. Et lorsque nous devenions des anges, et bien toc ! Plus de sexe !… Pas étonnant que je n’ai jamais réussi à croire au Père Noël.

Bref, Jim est au ciel, et ses joujoux entre les mains de dieu. Comme on dit, ça me fait une belle jambe de bois.

………………………


En fait, je suis tombé là-dessus par hasard. C’est l’article d’en dessous qui m’intéressait, Mais lorsque j’ai lu que « Jim Morrisson avait été gracié pour exhibitionnisme », je me suis dit que j’avais dû rater un épisode.

L’article d’en dessous, ça causait de l’espérance de vie d’ailleurs – ce qui explique pourquoi je me suis mélangé les pinceaux.

Il y a quelque temps, pour nous faire gober (son démantèlement, pardon) sa réforme des retraites (au profit de son frérot et de ses copains du MEDEF), notre Vénéré nous avait raconté une bien jolie histoire. Un peu comme un conte pour enfants, d’ailleurs. Que les jeunes d’aujourd’hui vivraient presque tous centenaires – s’ils ne suivent pas l’exemple de Jim… Mais comme il est entre les mains de dieu… passons.

Et bien nous devons avoir un gène spécial – faudrait le demander à Marine – parce que chez les ricains, ce n’est pas le cas. Une très sérieuse étude vient de nous apprendre qu’en 2007 les ricains mâles avaient une espérance de vie de 75,4 ans et les ricaines femelles de 80,4 ans. Ben en 2008, les ricains mâles comme femelles ont perdu un mois d’espérance de vie (il paraît qu’il n’y a pas de « discrimination sexuelle », nous dit l’article.) Seuls les ricains mâles noirs ont gagné deux mois, mais il faut dire qu’ils ont presque cinq ans d’espérance de vie de retard sur les blancs. Et pour les indiens, on ne sait pas.

Je ne poserai donc pas à la marine la question de savoir si nous avons un gène de plus que nos amis d’outre Altlantique (ou d’outre Pacifique si vous regardez de l’autre côté), mais comme ils disent, il doit y avoir un mistake quelque part. Soit on nous a berné sur l’espérance de vie de nos futures élites, soit il y a une petite erreur de calcul. Notre Vénéré, qui est si féru de ricaineries, aurait pu se renseigner chez les Obama.

Bon, avec mes cinquante balais, je n’ai pas plus que notre Vénéré, l’espoir de vivre centenaire. Comme on dirait dans un film ricain, cela tiendrait du miracle. Je peux toujours me rassurer en me disant que mes joujoux iront entre les mains de dieu. Mais je préférerais lui demander, avant, ce qu’il en fera.


Remettons donc un peu les pieds sur terre.

A Cancun, il paraît que l’on espère aboutir à un « compromis sur le climat », c’est ce qu’a dit hier la secrétaire des iouèneftripleci qui sont réunis pour bouffer depuis une dizaine de jours. Même qu’un « paquet équilibré de décisions est à notre portée ». Je ne sais pas si vous avez déjà tenté de mettre une décision dans un paquet ? Moi, j’ai beau essayer chaque matin, ça ne marche pas. Et d’ailleurs, selon un iouèneftripleci brésilen, « les ministres sont en quête d’une tournure ». C’est tout dire ! Essayez donc de quêter une tournure. M’est avis que vous la quêterez longtemps… sauf si vous êtes ministre, peut-être.

Bon, je sais, un ministre, ça a le droit de nous dire que s’il y a des problèmes avec les tempêtes de neige, c’est parce qu’il y a des rues en pente. N’ayant jamais mis les pieds à Cancun, je ne sais pas s’il y a des rues pentues. Mais si l’on veut y trouver les tournures, mieux vaudrait que, comme Rome, Cancun dispose de sept collines.

Notre futur Saint Benoît pourrait peut-être venir y prier pour l’avenir de la planète. Et boire un coup à la mémoire de Jim…

 

Dis la vache, c’est pour quand la révolution !

 

Publicités
Posted in: Les essentiels