Mince alors, on a retrouvé Henri IV !

Posted on 15 décembre 2010

5


 

 

Ouais, il faut bien le dire, j’en ai raz la trompe aujourd’hui. Lorsque j’ai lu que nos chers socialistes se mettaient à cavaler après la marine, j’ai eu envie de jeter mon ordinateur par la fenêtre tellement c’était prévisible. Et d’ailleurs j’en avais déjà parlé hier. Du coup, je suis allé voir ce qui se passait en Chine. Pas de quoi vous redonner le sourire, il paraît que l’on vient d’y découvrir un trafic d’esclaves… handicapés mentaux.

Je reviens donc en Europe, mais il semble que les extrêmes droites y soient en pleine « mutation ». Franchement, je n’ai aucune envie de savoir à quoi ressemble un frontiste mutant. Les films d’horreur, ce n’est pas mon truc. Je préfère m’en tenir à ma vision idyllique des frontistes déguisés en pompom girls.

De retour au bled, j’apprends que l’Etat va vendre nos données personnelles de cartes grises aux constructeurs de bagnoles. M’étonnerait que cela renfloue les caisses de l’Etat, mais en tout cas, ce n’est pas ça qui va contribuer à la reforestation, vu le nombre de publicités supplémentaires qui vont peupler nos boîtes aux lettres.

J’y apprends aussi que notre Vénéré a invité à déjeuner le gratin de l’internet français pour se réconcilier avec le web. Je ne sais pas ce qu’il va manger avec le gratin, mais lorsque je vois la photo choisie par le nouvel obs, je n’ai aucune envie d’en savoir plus.

Et lorsque je lis que dans l’affaire Karachi, l’Assemblée refuse de donner au juge les enregistrements des auditions réalisées par la mission d’information parlementaire, je me demande tellement à quoi elle a bien pu servir cette « mission d’information » que… Je ne préfère même pas le dire pour rester aimable…. Tiens, dans l’affaire (Woerth, pardon) Bettencourt, vous savez où elles se sont réconciliées, la mamie et sa fille ? Dans une blanchisserie peut-être ?

Bon, l’info du jour vaut quand même son pesant de gaufrettes. On vient de retrouver Henri IV ! Vous savez, le mec qui se baladait sur son beau cheval avec son panache blanc (lavé avec le nouveau Momo), juste avant d’être zigouillé par le vilain Ravaillac.

Moi, je ne savais pas qu’on l’avait perdu l’Henri IV. Et bien si, pendant la révolution, tout le monde le sait, certains ont eu la la fâcheuse manie de décapiter à tout va. Ce qui n’a pas servi à grand chose, semble-t-il, puisque l’on trouve des re-de-de un peu partout aujourd’hui. (Et étrangement, surtout là où il y a du fric à se faire.) Et l’Henri n’a pas échappé à la mode, décapité lui aussi.

Ouais, d’accord ! C’est pas tout à fait ça l’histoire. En fait, dans le neuf trois, il n’y a pas que des « racailles ». Il y a aussi la basilique de Saint-Denis, où ont été enterrés la plupart des rois de France (et de Navarre parfois). Sauf qu’en 1793, nos joyeux révolutionnaires, qui en avaient marre du numérotage des rois, se sont amusés à déterrer leurs cadavres pour les réenterrer dans une fosse commune. Mais, va savoir pourquoi, ils ont perdu un morceau d’Henri IV en route, et pas n’importe lequel, sa tête. Après maintes pérégrinations, cette tête a été retrouvée chez un papi en 2008 et authentifiée aujourd’hui. Et l’authentifieur est hautement qualifié puisqu’on le surnomme l’Indiana Jones des cimetières, c’est d’ailleurs celui qui avait prouvé que Jeanne d’Arc n’était pas Jeanne d’Arc.

Pour l’anecdote, la tête d’Henri avait déjà été retrouvée avant d’être reperdue. C’était en 1919 lorsqu’un antiquaire l’avait achetée aux enchères à Drouot pour trois francs. Comme quoi, ça ne valait pas grand chose la tête d’un roi alors. Aujourd’hui, m’est avis que si on la revend aux enchères, elle fera quelques millions d’euros.

Ouais, j’en ai vraiment raz la trompe aujourd’hui ! Tiens, hier en cherchant des trucs sur la marine à voile et sur l’usage du pompon et je suis tombé sur une histoire de « railgun », un « grille-pain à rallonge » inventé par la marine américaine pour battre un record de lancer de bombinettes. Il paraît que le grille-pain-canon permet d’envoyer des bombes à 200 kilomètres de distance et avec cinq fois la vitesse du son. A l’époque où les bombes atomiques sont de plus en plus perfectionnées, on se demande à quoi ça sert de réinventer des grosses Bertha. Mais comme dans les guerres, on remplace les militaires par des mercenaires, il faut bien occuper les marins oisifs, je suppose. A ce rythme, ils vont finir par réinventer la ligne Maginot.

Et hier soir, en écoutant le journal de France Sarkovision, j’ai vraiment eu envie de gerber mon cassoulet aux nouilles. Pratiquement que du fait divers glauque et bien sanglant si possible… Et l’on s’étonne que les posters de Marine Le Pen se vendent mieux que ceux de Brice Hortefeux. Dès que tu éteins la télé, tu n’as qu’une envie, te calfeutrer chez toi derrière deux portes blindées, la kalachnikov à portée de main au cas où un égorgeur serait planqué sur ton balcon.

C’est vraiment plus possible, ce monde !

Tu sors dans la rue, tu te retrouves encerclé par une cohorte de barbus vautrés sur leurs tapis. Tu veux faire gili gili à des jolies filles, ben non, plus possible, elles sont toutes planquées derrière le niqab. Et je ne te dis pas si tu veux les regarder dans les yeux, que tout de suite les barbus t’égorgent. Tu prends ta bagnole, tu es aussitôt assailli par une flopée de romanos d’à peine cinq ans qui se battent pour nettoyer les merdes de pigeons qu’ils ont balancé sur ton pare brise toute la nuit. T’arrives quand même à prendre le périphérique, il y a des tentes partout peuplées de fainéants qui préfèrent passer l’hiver sous la tente plutôt que d’aller bosser à l’usine. Même que si tu t’arrêtes, ils te lâchent le clébard dessus. Tu prends le métro, tu te fais violer au milieu de la foule avant de recevoir quarante coups de couteau. Si par chance tu arrives à rejoindre ton boulot, la boîte est bloquée par d’odieux syndicalistes qui font cramer des pneus devant la porte et emprisonnent le patron dans la glacière. Quand tu vas chercher tes mômes à l’école, tu te retrouves face au GIGN qui te dit qu’ils sont retenus en otage par un môme à peine plus grand qu’eux. Et je ne dis même pas quand tu vas à la banque, les jours où il n’y a pas de braquage, on te dit que les caisses sont vides et qu’il te faut les renflouer…

Bref, dès que tu éteins la télé si tu n’as pas la ligne Maginot chez toi, la kalachnikov, le poster de la marine nationale, et pourquoi pas le canon à bulles américain… T’es mal !

Vaut mieux pas te regarder dans la glace. Tu as de fortes chances de ressembler à un frontiste mutant !

Alors oui, quand je lis que les socialistes se mettent à cavaler après la marine nationale aujourd’hui… Cela me fait doucement marrer… Mais à force de me marrer, en ce moment, je vais finir par ressembler à un chinois…

 

Bon, la photo de notre Vénéré, ce n’est pas celle-là, mais je n’ai pas les droits sur l’autre, allez voir sur le Nouvel Obs.

 

Dis la mouette, c’est pour quand la révolution !

 

Publicités