Les œillères de la révolution…

Posted on 1 février 2011

8


 

A la Une de Rue 89, aujourd’hui, on trouve les tags Egypte, Johnny Halliday, Sorry Sarkozy, Skins, Alliot-Marie, emplois fictifs, PCF, et révolution tunisienne. Un drôle de méli mélo, n’est-il pas.

Alors je résume. En Egypte, il paraît que le gouvernement « fait dans son froc ». Quant au Jojo national, il serait « à nouveau visé par une enquête du fisc ». Dans la rubrique « Sorry Sarkozy », on se demande quelle est l’utilité du Conseil économique et social qui nous coûte 40 millions chaque année. Les Skins c’est un remake de série télé qui choque les parents ricains. M’en fiche, je ne la regarde pas. Miss Alliot-Marie, je me la réserve pour plus tard. Les emplois fictifs, ça, ce n’est pas nouveau, mais on apprend quand même que l’on peut être payé à inspecter l’éducation nationale sans rien foutre. Moi je veux bien. Le PCF, on se demande bien pourquoi il fait la Une, fictif qu’il est lui aussi aujourd’hui. Et bien non, c’est Mélenchon qui fait uner le PCF. Quant à la révolution tunisienne, elle nous renvoie à la répression en Egypte qui « ne cassera pas l’union sacrée ».

Mouais, c’est bien ce que je pensais, c’est le merdier. D’ailleurs, l’union sacrée, ce n’est sacrément pas mon truc. J’ai déjà du mal à unioner avec moi-même, alors… Et en plus, il paraît que s’il y avait des élections « libres » en Egypte, les Frères Musulmans « pourraient obtenir les deux tiers des sièges à l’Assemblée »… De quoi te dire que c’est génial la dictature ! Le grand rempart qui te permet d’aller tranquillement en vacances à Charme Elcheik (lorsqu’un avion ne s’y écrase pas). Les Frères musulmans sont minoritaires à l’Assemblée (dont on ne se demande pas à quoi elle sert), donc on ne les voit pas, donc ils n’existent pas. CQFD, comme disait César ! Et comme disait l’autre, la dictature égyptienne c’est bien mieux que la dictature iranienne…

Comme s’il y avait deux poids et deux mesures dans la dictature… et donc dans la liberté… Et pendant ce temps, on ne se demande pas comment se sont créées ces dictatures… Les religions sont l’opium du peuple, disait papi Marx, surtout lorsque tu le laisses crever la gueule ouverte dans la pauvreté et la crasse, alors que toi tu t’empiffres sur son dos et que tu fais mine de ne rien voir.

Quand tu laisses les deux tiers de la terre vivre dans le moyen-âge, tu imagines peut-être qu’ils vont rêver d’aller conquérir la lune ?… Bien non, c’est tellement plus facile de déifier son moyen-âge.

Tiens, tu prends le bon prolo de chez nous par exemple, le glorieux du « travail, famille, partie, je vous ai compris, travaillez plus et, pour gagnez plus, balancez votre pognon au loto ». On lui a tellement appris qu’il lui fallait un patron pour vivre, et un banquier, et un ministre, et même un président, ou pourquoi pas un dictateur et un bon dieu. Que va-t’en lui expliquer que non, il peut bien se gérer lui-même, s’autogérer comme on disait naguère. Ah que ! Il te regarde comme un Johnny Halliday à qui on apprendrait à lire le soviétique, et il s’empresse d’aller voter pour la marine, des fois que les arrrrabes redébarqueraient à Poitiers pour lui piquer son pain quotidien. Et il serait même capable de faire revivre la pucelle d’Orléans, rien que pour bouter les anglais hors de France uniquement parce qu’ils ne parlent pas français. Mais quant au roi des (cons, pardon) corniauds… Bien non, c’est pas moi, c’est l’autre…

Personnellement, je n’ai rien contre les corniauds. Je suis tombé dedans quand j’étais petit, et certains me font même penser à la Belle et le Clochard. Un peu le même genre d’histoire d’ailleurs. Mais un corniaud, tu peux toujours le repeindre en rouge, ça restera toujours coucouche-panier.

Ouais, je sais mon optimisme est au raz de mes baskets aujourd’hui. Mais il y a des jours comme ça, va savoir pourquoi, j’ai du mal à aiguiser ma faucille avec mon marteau… Et il ne vaut mieux pas d’ailleurs.

En plus, sans le vouloir, sur la page de Rue 89, ma souris me donne le guide de la révolution à la mode, et que « la vraie révolution c’est d’avoir plus de plaisir tout en consommant moins… » Et c’est une pub pour une bagnole ! Il doit y avoir des emplois fictifs au PCF aussi.

Bref, ils sont où mes moutons ? Ah oui, l’Egypte, la dictature, les Frères machin-chose et… Tiens, j’ai oublié M.A.M. dans l’histoire… On verra tout à l’heure si j’y pense.

Bon après la Tunisie, c’est le boxon en Egypte où « le gouvernement fait dans son froc » parce que « des milliers de cairotes ne respectent pas le couvre feu ». Du coup, le président (pas dictateur du tout) nomme un vice président pour le seconder qui n’est autre que… le chef des services secrets !

Quand j’ai lu ça la première fois, franchement, j’ai cru à une boutade. On m’aurait appris que Fidel Castro avait été élu président des Etats-Unis, ou que Berlusconi s’était fait ordonner prêtre, cela m’aurait fait nettement moins rire. Mais de nommer vice président le chef des services secrets, c’est à dire le mec le mieux informé des moindres agissements de tous les égyptiens, il fallait l’inventer celle-là. Même en Tunisie, ils n’ont pas osé, ils se sont contentés de le laisser à sa place.

Et l’on s’étonne que les cairotes rebellent ! Je ne vous referai pas le coup de l’âne, de la carotte et du bâton, mais j’y pense très fort quand même…

Et M.A.M. justement, qu’a-t-elle à voir avec les cairotes qui rebellent ?

On se souviendra sans doute longtemps de son offre à la dictature tunisienne pour lui prêter « le savoir faire » de nos forces de sécurité. Elle a dû être bien inspirée, parce qu’en octobre 2010, c’est aussi « le savoir faire » de la police française qui a « fait part » à la police égyptienne de son « savoir faire » en matière de « gestion des foules et des grands événements ». C’est à dire, en matière de boxon révolutionnaire, comme aurait pu le dire mon ami le Che, adepte de la guérilla urbaine.

Deux pandores français étaient en effet envoyés au Caire pour apprendre à leurs homologues égyptiens comment gérer les foules, et en la matière « les règles déontologiques »… ou comment (dénombrer) éviter les morts, si possible… « les règlements d’emploi et l’examen des cas pratiques »… je vous laisse deviner lesquels… « l’organisation des services d’ordre et le rétablissement de l’ordre »… et enfin « les équipements »… Mais on ne dit pas si les baguettes magiques sont équipées de balles réelles…

Le « savoir faire » de la police française aura-t-il raison de la « gestion des foules et des grands événements » égyptiens… Ce sont, j’espère, les foules qui nous le diront. Mais…

prague

Notre chère M.A.M. en octobre 2010, à force qu’elle se promène d’un ministère à l’autre, je ne sais plus trop où elle était. Pour les fêtes de fin d’année par contre, elle était en Tunisie – dommage, à quelques jours près, elle a raté la révolution. Mais…

Je vais donc faire un tour sur sa biographie « officielle ». De 1986 à 1988, elle fut secrétaire d’état chargée de l’enseignement. Entre 1993 et 1995, on la retrouve ministre de la jeunesse et des sports. De 2002 à 2007, la voilà ministre de la défense – sacrée promotion. De mai 2007 à juin 2009, la voici ministre d l’intérieur, et de plein d’autres trucs. Puis entre juin 2009 et novembre 2010 ministre de la justice et des… libertés. Et enfin, depuis lors, elle est ministre des affaires étrangères et parfois aussi européennes.

Quel parcours ! Elle a quand même réussi à échapper au ministère de l’économie et à celui de la santé… Bon en octobre 2010, elle était à la justice et aux… libertés. Ce n’est donc pas elle qui a envoyé les pandores français savoir fairiser les super-pandores égyptiens. On ne peut pas tout avoir, quand même !

Quant aux aéroplanes militaires qui font joujou au dessus du Caire, ce sont des Mirages made in France. Comme quoi il n’y a jamais eu de dictature en Egypte, puisqu’on leur a vendu des avions de chasse ! Et à propos d’aéroplanes encore, le gouvernement égyptien fait tellement « dans son froc », qu’après avoir nommé vice président le chef des services secrets, il a aussi nommé un nouveau premier ministre, qui n’est autre que le chef de l’armée de l’air. Pas étonnant que les Mirages paradent au dessus du Caire.

Bon allez, j’aurais au moins appris une chose aujourd’hui. Notre joyeux ministre des auvergnats fait dans « le dialogue social et la concertation »… Et tout ça pourquoi ? Bien faire cesser une grève de… CRS pardine !

Moi, une grève des CRS, je trouve ça plutôt bien, surtout si elle est illimitée.

Dis l’oeillière, c’est pour quand la révolution !

 

Publicités
Posted in: Merdialisation ?