Clymène me suive…

Posted on 15 février 2011

7


 

Mouais, c’est bof, ce titre ! Je sais et ce n’est (presque) plus d’actualité ! Mais il paraît que le grand chantier de notre Vénéré pour 2011 est « la dépendance »…

Et il y a de quoi faire ! A commencer par celle de nos ministres vis à vis de gentils démocrates pas dictateurs pour un sou, surtout lorsqu’ils leurs offrent leurs suites familiales, leurs aéroplanes et les jets privés de leurs potes, et tiens, pourquoi pas le séjour linguistique de leurs enfants.

Bon, je suis vanné aujourd’hui, je sors d’une journée d’interview assez dure dans un bled où ça caille la mort. Un bled où l’Etat Français a choisi « d’héberger » dans de jolies « colonies de vacances » quelques milliers d’hommes simplement parce qu’ils étaient Juifs. Avant de les envoyer vers les camps d’extermination nazis, parce qu’il fallait faire de la place pour « interner » (le mot avait changé entre temps) des femmes et des enfants, parce qu’ils étaient Juifs eux aussi. Puis d’expédier d’abord les femmes vers les camps de la mort en laissant les enfants seuls dans ces jolis parcs d’attractions pleins de poux. Puis d’envoyer aussi les enfants vers ces mêmes camps d’extermination… Enfin, ceux qui avaient pu résister aux poux, aux maladies et à la malnutrition. Les noms de ces jolies stations balnéaires, Pithiviers et Beaune-la-Rolande, mais il y en eut environ 200 en France.

Et comme j’y retourne demain, je n’avais aucune envie d’écouter les avionneries et autres plaisanteries vacancières de nos chers ministres. Je n’avais pas envie non plus de lire un traité de philosophie kantienne revue et corrigée par B.H.L., ni de tenter de comprendre la scolastique de l’Oncle Picsou expliquée par Jean-Baptiste Botul et révisée par notre Vénéré. Je me suis donc fait un petit zapping du net et je suis tombé sur :

« Nos seins sont une arme dont le pouvoir a peur. »

Ah ! Que voici au moins une réflexion à méditer dans ce bourbier intellectuel qui nous entoure. La phrase a été prononcée par une jeune et jolie Anna Gutsol leader du groupe ukrainien FEMEN. Et FEMEN, contrairement à ce que j’avais pu croire, ce n’est pas un groupe de rock, c’est un mouvement féministe (et un peu fourre tout) de jeunes ukrainiennes qui, pour mieux se faire entendre (ou pour mieux se faire voir, c’est selon) manifestent tantôt les seins à l’air, tantôt les fesses (et parfois les deux) et peinturlurées comme des sioux. Et cela a au moins le mérite de faire son effet, on en parle dans le monde entier. Du coup, je me suis pris à imaginer la prochaine manif. Tout le monde, qui les fesses, qui les seins à l’air, et bariolés de rouge, de noir, et même de vert et de rose (je suis tolérant aujourd’hui). Je ne sais pas si cela aurait de l’effet sur l’autisme de nos UMPistes, mais au moins, ce serait amusant.

Bon, c’est l’hiver, et va savoir pourquoi, il n’y a quasiment jamais de manifs en hiver. Il faut attendre le joli mois de mai… Ah si ! Il y a les juges. Faut dire qu’il n’y est pas allé de main tendre avec eux notre Vénéré. Des fauteurs, qu’ils sont nos chers juges… Bref, passons. Mais une manif de juges les fesses et les nibards à l’air… On a le droit de rêver, non ?…


Ouais, on a le droit de rêver, parce qu’après la « gauche caviar », on a maintenant la « gauche couscous ». Ils ne savent plus quoi inventer, nos politiciens, pour se faire remarquer… Et la « gauche à poil », c’est pour quand ? Tiens, une manif avec Ségolène et Martine réconciliées par le FEMEN… Je vous laisse imaginer ce que cela donne…

Donc, la « gauche couscous », c’est la nouvelle trouvaille d’un certain Jean-Christophe Cambadélis, socialiste de son état, pour contrer la « gauche caviar » dont les UMPistes, extrêmement originaux comme toujours, ont qualifié D.S.K. et bien montrer son ancrage populaire. Bien oui, il paraît qu’à Neuilly, on ne bouffe pas le couscous, mais à Sarcelles, si.

Moi, je ne suis pas un fervent défenseur de D.S.K. avec une ou deux virgules de variantes, il ne fera rien d’autre que la politique de notre Vénéré. Mais il y a parfois des phrases qui ont tendance à me transformer en hérisson frappeur et je viens justement d’en écouter une. Il paraît que D.S.K. n’incarne « pas l’image de la France, l’image de la France rurale, l’image de la France des terroirs et des territoires, celle que l’on aime bien, celle à laquelle je suis attaché. » Dixit Christian Jacob, UMPiste notoire.

« Paysans, mes amis, je vous fais confiance et je compte sur votre dévouement pour m’aider à relever la France et à la sauver de la famine. » C’est une bien jolie phrase aussi, prononcée par un certain maréchal des familles en avril 1941… Décidément, il va falloir redéfinir le point Godwin, et pour faire plus « terroir », le remplacer par un « point Vichy »…

Mais revenons à nos bon juges et à leurs « fautes ». L’autre jour, j’ai entendu sur je ne sais quelle France Sarkovision une petite phrase reprise du Figaro et nous expliquant que selon un sondage : « Les personnes interrogées sont 62% à réclamer des sanctions à l’encontre des juges qui commettent des erreurs d’appréciation aux conséquences dramatiques, comme la sous-estimation du danger de récidive d’un condamné. »

C’est moi qui souligne. Parce qu’en effet, il n’y a pas que les politiques qui nous prennent pour des poires, certains journalistes aussi !

Rue 89 décode en effet ce sondage publié par le Figaro et partout repris. Or, la question posée n’a strictement rien à voir avec le commentaire du-dit journal. En fait, 62% des personnes interrogées sont favorables « à ce que l’on sanctionne les juges en cas de faute ayant entraîné une erreur judiciaire. »

Des « erreurs judiciaires » aux « erreurs d’appréciation aux conséquences dramatiques, comme la sous-estimation du danger de récidive d’un condamné »…. Il y a une sacrée marge, que comme pourraient le dire nos amies du FEMEN, il faut être fichtrement culotté pour franchir… L’auteur de l’article de Rue 89 parle d’une « insulte à l’intelligence des lecteurs du Figaro »… Je vous laisse juges de savoir s’ils en ont encore une !

Ceci-dit, il y a au moins une chose intéressante dans ce sondage, la « confiance » que les personnes sondées accordent à certaines de nos institutions. Et c’est l’hôpital qui recueille le plus fort taux de confiance (normal, c’est là que l’on trouve le plus de sondes) avec 83%. Au plus bas se trouvent la presse, avec seulement 30% d’indice de confiance (on ne détaille pas, donc on ne sait pas pour Le Figaro) et, encore plus bas, les élus, avec seulement 26%. Et je m’abstiendrais de commentaire !

Juste après les hôpitaux, viennent l’armée avec 77% (là aussi, il y a pas mal de sondes), l’école avec 72%, la police avec 66% (je ne fais pas partie des sondés), et enfin la justice avec 55%.

La justice ne s’en tire donc pas si mal que cela, son taux de confiance étant bien plus élevé que celui de notre Vénéré. L’école aussi. Et juste pour rire, ce sont les personnes âgées de plus de 65 ans et les retraités (qui parfois sont les mêmes) qui font le moins confiance à l’école et le plus confiance à l’armée et à la police… De quoi méditer sur l’avenir de l’homme…  Dommage, on ne leur pose aucune question sur les manifs les fesses à l’air…

« De plusieurs régions de France, je sens se lever depuis quelques semaines un vent mauvais. » Telles furent aussi les paroles qu’un certain vieillard prononçait le 12 août 1941… Rien à voir avec les fesses des FEMEN !

 

Dis le vent…

Ouais ?

Ah que non ! Surtout pas celle là…

 

Publicités
Posted in: Raz-le-bol