SOS ! Y a du shit dans mon gaz…

Posted on 16 avril 2011

6


Je gode, tu godes, il et elle godent… Et si nous godions ensemble… Ce pourrait-être les paroles d’une nouvelle chanson dont le refrain serait, SOS ! Y a du shit dans mon gaz, ou l’inverse.

Et ce serait une chanson typiquement française, impossible de la traduire en anglais où personne ne la comprendrait. On pourrait d’ailleurs en faire le nouveau libdub de l’UMP.

Bref, alors que les uns croulent dans le laspussage, la vie est loin d’être drôle pour les autres. 

Tiens, dans Libé, par exemple, on apprend que le « record » du nombre de personnes incarcérées en France date de juillet 2008 avec 64.250 entôlé(e)s. Et que l’on n’est pas loin de le battre avec 64.148 embastillé(e)s aujourd’hui, soit une surpopulation carcérale de 114%.

Et dans le blog « science pour vous et moi » de Dominique Leglu (pub gratuite, mais un très bon blog scientifique et compréhensible par l’ignare que je suis), on peut lire qu’au Japon, à l’ex centrale de Fukumachin, des niveaux de radioactivité 100.000 fois supérieurs à la normale ont été relevés ces derniers jours. Et que (je résume) c’est loin d’être terminé…

Quel rapport ? Me direz-vous ! Aucun, je me contente de goder, ce qui est, sommes toutes, une activité relaxante, pour certains en tous cas…

« La fonction présidentielle infantilise la société politique… » dixit Cohn-Bendit. « Ils sont vraiment tous  malades… Je respecte la politique parce que je suis capable, par moments, de ne pas la respecter. »

Et pour une fois, je suis d’accord avec Dany Le Vert (à ne pas confondre avec un certain Dany Le Rouge, ni avec une marque de lessive).

Bref, passons pour le moment sur cette manie d’embastillage qui se développe, proportionnellement sans doute avec une certaine lepénisation de la droite (et de la gauche par effet d’autos tamponneuses). Passons aussi sur l’infantilisation de la société politique, et le lapsussage généralisé. Et concentrons-nous (c’est le cas de le dire) sur un seul et unique sujet :

la radioactivité.

Moi, la radioactivité, je ne sais pas trop ce que c’est techniquement et, n’étant pas technicien, je m’en fiche pas mal. Il me suffit de savoir qu’au-delà d’une certaine dose prescrite, si vous êtes croyants, vous êtes sûrs d’aller rejoindre votre créateur. Et si vous ne l’êtes pas, c’est la racine du pissenlit que vous allez rapidement côtoyer.

La radioactivité donc, c’est un truc qui émane notamment d’un certain traitement que l’on fait subir à l’uranium de telle sorte qu’il puisse servir à la fois à fabriquer des bombes et à alimenter des centrales nucléaires qui, elles-mêmes serviront notamment à alimenter des fabriques de bombes en énergie. Mais il n’y a pas d’ainsi de suite, en théorie. Le tout s’arrêtant au Japon, du côté de Fukumachin.

Sauf que je viens d’apprendre que si, il y a bien un ainsi de suite. Parce qu’au japon toujours, il y a aussi un Machinshima qui me rappelle quelque chose, n’est-il pas, Hiro mon amour. Et que je viens d’apprendre que l’une des solutions envisagées pour éteindre la centrale nucléaire de Machinchose serait de la bombarder

Que je viens d’apprendre aussi qu’il existe de l’uranium enrichi et de l’uranium appauvri. Le premier est celui qui sert à alimenter les centrales nucléaires et à fabriquer des bombes atomiques. Le second est celui que l’on rejette des centrales nucléaires lorsqu’elles ont dépouillé le premier de toutes ses ressources, et qui sert, lui aussi, à fabriquer des bombes. Mais en principe pas atomiques celles-ci.

Sauf que (oui, je sais, je me redite, y a des jours comme ça…), sauf que donc, lorsqu’une bombe, en principe non atomique parce faite avec de l’uranium pauvre, explose, elle transforme son uranium déclassé en tout un tas de trucs tous aussi radioactifs que le même uranium lorsqu’il était riche. Ce qui fait qu’au-delà de la dose prescrite, vous connaissez déjà la suite…

Et que je viens d’apprendre encore que depuis des années les bombinettes que nos chers militaires s’amusaient à balancer un peu partout sur la planète (sauf dans leurs salons) étaient composées de cet uranium prolétaire, déchet des centrales nucléaires, et résultat de la déflation de l’uranium du CAC 40.

Avant la surchauffe, je résume donc. Je ne sais pas trop avec quelles bombes l’on envisage de tenter de désatomiser la centrale japonaise de Fukushima (mon amour), mais s’il s’agit de bombes à uranium lumpenprolétaire (à ne pas confondre avec un lepenprolétaire) il s’agira là de véritable recyclage.

Mais je n’ose imaginer ce que peut donner la rencontre de l’uranium prolétarisé avec son fossoyeur… Un drôle de nuage de poussières, sans doute !

Bref, c’est vraiment le boxon, pas étonnant que le Japon continue de trembler !

Plus de 400 répliques de magnitude 5 ou plus ont touché les îles japonaises depuis la grosse cata du 11 mars et ses 28.000 morts, peut-ont lire dans le Nouvel Obs. Je ne vous ferai pas le décompte de ce que cela fait comme tremblements par jour. Quoi que… une bonne dizaine par jour en moyenne !

Si l’on s’amuse à bombarder la centrale en crise, le Japon va finir en parkinsonnien !

Et j’ai vraiment appris plein de trucs aujourd’hui. Outre le fait que l’on recycle les poubelles issues des centrales nucléaires pour en faire de jolies bombinettes. On les recycle aussi pour… alimenter les mêmes centrales nucléaires qui les ont poubellisées ! C’est pas génial le nucléaire ?

Ouais ! Le Mox, avant je croyais que c’était une marque de shampooing. Et bien non ! C’est un combustible nucléaire issu du recyclage du combustible nucléaire « appauvri » par les centrales. Un combustible appauvri qui redevient donc un combustible enrichi et peut réalimenter les mêmes centrales (ou d’autres, je ne sais pas trop, mais des centrales en tout les cas). Une histoire d’oeuf et de poule en somme.

Si avec ça vous ne trouvez pas le nucléaire vraiment fabuleux, moi, je voterai Nicolas Hulot à la prochaine présidentielle !

Mais trêve de plaisanteries, si une chose est sûre, c’est que je n’irai pas plus voter pour un Nicolas que pour l’autre (et je ne vous ferai pas la petite vanne sur le grand et le petit).

Non ! Parmi les choses que je viens d’apprendre, il y a aussi l’existence du gaz de shit. 

L’huile de shit, je connaissais, mais pas le gaz. Ce doit être un tout nouveau truc.

Désolé, je ne vous ferai pas non plus une conférence sur la culture du cannabis. On en trouve partout sur le net, même si c’est prohibé chez nous, alors que la culture du pavot ne l’est pas (ni celle du litre de rouge d’ailleurs).

Bon, le gaz de shit, pardon de schiste, c’est un truc à peu près aussi dégueulasse qu’une centrale nucléaire après un tremblement de terre. Pour en trouver, il vous faut creuser sur au moins 2000 mètres, ce qui est extrêmement pénible. Puis il faut faire exploser le tas de cailloux auquel vous vous heurtez. Pour ce faire, on utilise de la flotte. Mais comme la flotte (à ma connaissance) n’explose pas toute seule, on la mélange à tout un tas de cochoncetés capables de faire crever les asticots, les vaches, les humains, et même les cochons. Ceci-dit, il paraît que cela a un gros avantage. Celui de transformer votre évier en cuisinière, vous faisant ainsi économiser du gaz.

Je ne sais pas s’il y a du gaz de shit, pardon de schiste du côté de Fukushima (mon amour). Mais si c’est le cas, ce serait un bon moyen de recycler toute la flotte radioactive qui bouillonne dans les piscines de la centrale. Et si cela provoquait un petit tremblement de terre, la boucle serait enfin bouclée…

Oui, je sais, je gode, tu godes… Et nous godons vraiment très fort en ce moment ! Ce doit être un effet du shit dans le gaz, ou peut-être de l’infantilisation de la société politique qui ne doit pas dater d’hier, tant elle a laissé s’installer le monde dans de telles cochoncetés. Infantilisation ou sénilisation, je ne sais pas, tant cette société politique semble si imbue de sa science qu’elle ne regarde même plus sur quel sol elle pose les pieds.

Et que le sol tremble… peu lui importe, du moment que les prisons regorgent….

Ah que ! Voilà-t-y pas que je fais dans le pessimisme aujourd’hui…

Mais non, mais non ! Je viens d’apprendre au moins une bonne nouvelle. Après avoir déclenché une guéguerre en Lybie, nos joyeux militaires et les sociétés politiques qui les gouvernent se retrouveraient aujourd’hui à cour(s) de bombinettes…

Peut-être va-t-on enfin pouvoir recycler l’ex centrale nucléaire de Fukushima (mon amour bien sûr – ou sur, si vous préférez).

Quant à l’histoire du gode, elle nous replonge dans un passé toujours présent (à lire ici)…


Dis Tonton ! C’est pourquoi que tu trembles ?

Advertisements
Posted in: Merdialisation ?