S.O.S. ma poubelle déborde.

Posted on 6 mai 2011

4


Il y a des jours, va savoir pourquoi, où j’aime bien nos dirigeants. Tiens, Berlusconi par exemple, lorsqu’il prend une mesure de salubrité publique en envoyant ses militaires nettoyer les poubelles de Naples.

Bon je ne sais pas s’ils les nettoient à coups de mitrailleuses, mais au moins ils se rendent utiles, les militaires ritals. Et c’est nettement plus sain pour l’humanité que d’aller guerroyer un peu partout dans le monde. Bref…

Si vous prenez une tomme et que vous la coupez en quatre aujourd’hui, il va falloir faire attention à ne pas vous couper les doigts avec le meilleur morceau, il ne représente que 2% du fromage.

2% donc, c’est le pourcentage de personnes qui ont répondu « très bon » à un sondage sur le bilan de notre Vénéré après quatre ans de présidence. La plus grosse part revenant au « assez mauvais » avec 37%, talonné par le « très mauvais » à 36%, suivi par le « assez bon » et ses 25%…

Ouais ! J’ai envie d’un peu de déconnade aujourd’hui. Raz-le-bol de la mort de Ben Laden. Rien à faire de la tuerie de Nantes et de la cavale du re de de Dupont de Machin. Pas plus que de savoir si Miss France, pardon Dame Carla est enceinte ou non.

Tiens, ce matin, je lisais un truc amusant. Notre Vénéré, il y a peu, a nommé un super préfet dans le 93, histoire de déracailler le bled à coup de karsher. Sauf que lorsqu’il nous a balancé à coup de pompes sa réforme des retraites ad vitam aeternam, il a dû en oublier quelques chapitres, notre Vénérable. Les préfets par exemple, eux, n’ont pas été touchés par la réforme, et au-delà de 65 ans, on te les colle à la retraite d’office. Et comme le super préfet du 93 aura bientôt 65 ans, le gouvernement se dépêche de bricoler une loi pour que le nouveau Monsieur Propre du neuf trois puisse durer au-delà de l’âge légal.

Génial, non ? Je ne sais pas combien de lois, ils nous ont pondu en quatre ans de règne. Mais comme ils en pondent une à chaque fois qu’un chat se fait écraser, ça doit faire beaucoup.

Tiens, à propos de l »affaire de Nantes et du Dupont de re de de Machin, pourquoi ne pas nous sortir une loi anti re de de ? Cela pourrait rimer aussi avec Clearstream et l’affaire de Villepin… Mais non ! Il est vrai que notre Vénéré fait lui aussi parti de la grande famille des re de de. Sarkozy de Nagy-Bosca, qu’il se nomme avec particule.

Ou, toujours avec cette histoire de Nantes, pourquoi pas une loi anti intégristes ? Il paraît en effet que la famille du potentiellement-présumé meurtrier en fuite faisait parti des ultra-cathos ! Mais non ! Notre Vénérable étant chanoine de Latran et de plein d’autres choses, il ne va quand même pas se fâcher avec le futur Saint Benoît XVI. Quant aux intégristes ultra-catholiques, il ne faudrait surtout pas oublier qu’ils votent assez généralement pour l’ultra-droite…

Bref, il faut faire loi de tout… mais surtout quand ça nous arrange. Telle pourrait être la nouvelle devise de l’UMP. Mais passons…

En fait, je voulais intituler ce billet d’humeur, « Comment ébranler les branleurs ? » en référence notamment à une affaire de quota et de foot. Mais depuis que je me suis doté d’un nouvel ordinateur bien plus intelligent que moi, il s’amuse à me corriger tous les mots qu’il ne comprend pas. Du coup, mon « Comment ébranler les branleurs ? » s’est transformé en « Comment ébranler les brailleurs ? »

Vous me direz qu’il n’y a pas toujours de différence. Et vous auriez souvent raison.

Nombre de branleurs font en effet partie de la grande famille des brailleurs, de même que bien souvent les brailleurs ne sont rien d’autre que des branleurs que l’on ignore (et qui s’ignorent eux-mêmes parfois).

Mais pourquoi donc cette histoire de branleurs et de brailleurs ?

« Les sportifs de haut niveau en dépit des pressions mentales qu’ils subissent lors de la pratique de leur sport et des compétitions ne présentent pas plus de troubles psychopathologiques que la population générale. » Peut-on lire dans Sciences et avenir.

Pas étonnant, on ne leur a jamais demandé d’avoir un QI plus élevé que celui d’un moule à gaufres.

Mais il serait intéressant parfois de s’interroger sur les troubles psychopathologiques des politiciens…

« si le président de la République n’avait pas été là avec son énergie, son courage, ses qualités et ses défauts, la situation aurait été désastreuse, ça aurait été un désastre ». Peut-on aussi lire dans le Nouvel Obs.

Ah que… ! Mais non, mais non ! Ce n’est pas du Johnny dans le texte. Mais une jolie phrase d’un conseiller spécial de notre Vénéré… Et je n’en dirai pas plus ! Sauf que si notre Vénérable avait la bonne idée d’envoyer nos militaires nettoyer nos poubelles, j’irai peut-être voter pour lui la prochaine fois.

Et pour la révolution ?

Ne me le demandez surtout pas aujourd’hui, ou sinon je vous fais un fromage !

Publicités
Posted in: Raz-le-bol