Secouons-nous la mole, svp !

Posted on 6 juillet 2011

3


Quoi d’neuf docteur ?

Ben, vous êtes tout rouge !

Oui, je sais, pendant ma semaine de vacances, j’ai pris une sage décision, je vais créer un nouveau parti. Le parti des amélaniniques.

Et quel rapport avec le rouge ?

Et bien depuis qu’ils ont adoubé Mélenchon comme candidat, j’ai fait totalement résilience avec le parti communiste. Mais je n’en reste pas moins tout rouge. Alors, c’est grave ?

Attendez, je cherche sur Doctissimo…

Inutile, vous ne trouverez pas…

Et pourquoi donc ? C’est une création de l’après Fukushima ?

Tiens, je n’y avais pas pensé à celle-là ! Non, c’est juste une création de mon raz-le-bol. Je pars une semaine en vacances, et l’on en profite pour presque (réhabiller, pardon) réhabiliter DSK.

Et alors ? C’est si grave que ça ?

En soi non ! Mais quand même un peu. DSK en rôle de Vénérable !… Remarque, cela ne nous changera pas beaucoup de Sarkozy, mais au moins, on aura sans doute la chance d’avoir plus de femmes dans nos ministères.

Ah bon ! Et pourquoi ?

Euh ! Je ne sais pas… C’était juste une remarque comme ça…

Et pour vos amélaniniques ?

Ah oui, j’allais oublier. Bien pendant mes vacances, entre deux coups de soleil, j’ai quand même consulté la liste des candidats déclarés. Et comme disent les chinois bien élevés, 粪, lorsqu’ils marchent dedans du pied droit.

Bref, trêve de chinoiseries ! Entre la gauche caviar ou gauche saucisson (sans aucun rapport – si ce n’est de rime – avec un certain Jean-Luc), que devrais-je choisir ?

De fait, la gauche caviar, on la connaît depuis longtemps. La droite saucisson, on la découvre depuis peu. Mais la gauche saucisson, je ne connaissais pas encore. Et bien c’est fait !

Je ne sais pas ce qui m’a pris ce matin, mais j’ai lu la version courte du rapport Terra Nova destiné à définir « quelle stratégie électorale la gauche (socialiste) doit-elle retenir pour 2012 ? »

Je sais, c’est un peu obsolète, ce truc. Cela date de plus d’un mois et tout un chacun, de gauche à droite, s’est déjà essuyé les pieds dessus. Mais comme je m’étais déjà tapé le programme du parti socialiste, sans y rien trouver, je me suis dit qu’après tout, s’il pouvait y avoir une stratégie pour la gauche en 2012, autant y mettre mes pinceaux moi aussi.

Et bien m’en a pris…

Je résume donc.

Après une étude à peu près pertinente qui nous explique que « la logique de classe, hier principale grille de lecture électorale, s’est aujourd’hui brouillée ». Toutes les catégories sociales se retrouvant à peu près au même niveau dans le rapport de forces droite/gauche. Et que la perspective d’un nouveau 21 avril 2002 est « un risque réel ». On se retrouve vite embrouillé dans un verbiage lénifiant qui oppose « stratégie de classe » et « stratégie de valeurs ».

La « stratégie de classe » n’étant plus pertinente, si elle veut gagner en 2012, la gauche à l’eau de rose doit ainsi se fonder sur une « stratégie de valeurs », accompagnée d’une « stratégie de mobilisation », d’une « stratégie d’élargissement vers les classes moyennes » (risquée, les classes moyennes étant « versatiles »), et en « complémentaire » d’une « stratégie avec les classes populaires » (encore plus risquée, les classes populaires étant frontisées).

Ah que ! Ca m’en bouche un coing (comme disait Marius) ! Rien que dans la version courte de 9 pages, l’on trouve au moins 20 occurances du mot « stratégie ». Si vous ne savez pas de quoi ça cause au final, c’est que comme moi, vous n’y aurez rien compris.

Enfin si ! J’ai compris deux choses !

En ce qui concerne la « stratégie des valeurs », pourtant centrale si j’ai vaguement compris le sens du rapport, seules quelques petites lignes y sont consacrées :

La gauche doit « s’incarner aujourd’hui dans la tolérance, l’ouverture aux différences, une attitude favorable aux immigrés, à l’islam, à l’homosexualité, la solidarité avec les plus démunis. (Sauf que) En parallèle, les ouvriers font le chemin inverse. »

Et : « la gauche doit dès lors faire campagne sur ses valeurs, notamment culturelles : insister sur l’investissement dans l’avenir, la promotion de l’émancipation, et mener la bataille sur l’acceptation d’une France diverse, pour une identité nationale intégratrice, pour l’Europe. »

Ah que ! C’est beau, on croirait lire la bible en version digest – mais sans l’Apocalypse… Ni, et surtout pas, la moindre prémisse de changement économique et social. Après tout, le monde étant tel qu’il est, laissons le ainsi ! Ou, pour le dire autrement, ce n’est pas notre boulot, à chacun le sien !

Quant à la gauche saucisson, j’ai donc enfin appris ce que cela signifie.

Vous prenez un électorat potentiellement à gauche, vous le coupez en tranches ( mais surtout pas en classes), vous balancez le tout dans le mixeur, vous appuyez sur le bouton… Et… vous attendez de voir ce qu’il en sort… Et… vous gagnez haut la main les élections !

Mais ! Ben oui, il y a un mais ! Il peut y avoir aussi une autre recette. Au lieu de mettre les tranches dans le mixeur, vous les étalez sur une assiette… Et… à votre avis ?…

Ben ! J’en sais rien !

Et bien c’est simple, grouillez vous de bouffer les tranches avant que votre voisin ne vous les pique !

Et pour finir, une petite question. Connaissez-vous ma mole ?

« L’électorat «France de demain» est le nouveau mole (sic) central à partir duquel la gauche doit rayonner pour constituer une majorité. » peut-on encore lire dans le rapport.

Un mole, moi, je ne connais pas, mais une mole si ! C’est une unité de mesure physique du monde de l’infinitésimalement minuscule. Or l’infinitésimalement minuscule étant peuplé de bien plus de trucs et de machins que l’on ne le pense généralement, la mole se compose d’une quantité faramineuse d’infinitésimalement minuscule. Pour être précis, Une mole d’atomes contient environ 6,02214179(30)×1023 atomes.

Ah que ! Quand même !

Ouais, m’est avis qu’il va falloir sacrément mesurer les moles d’ici 2012…

Et je vais finir par penser comme mon docteur. Le parti socialiste nouveau ne serait-il pas une création post Fukushima ?

PS (pas très socialiste, mais scriptum). Une petite phrase qui nous vient de Grèce à méditer : « Nous avons donné naissance à la démocratie, et nous l’avons tuée ! Au moins nous avons le savoir-faire ! »

Et pour le parti des amélaniniques ?

On verra ça une peu plus tard…

Publicités