On z’bio pour sauver la France… Ou une salade aux algues vertes ?

Posted on 9 juillet 2011

3


Onze zigoteaux sur un pré carré, cela peut former une équipe de foot. Mais si vous mettez les mêmes dans un hémicycle, cela donne sur une loi sur le bio.

Sauf que le bio version UMP, personnellement, je ne le mettrais pas dans mon assiette, il est plein de puces ! Et le bio à puces, c’est ce que l’on nomme du biométrique.

Avez-vous déjà tenté d’assembler du bio et du métrique ? Bon, je vous explique.

Le bio, en principe, c’est la vie, un truc qui se développe là où ça lui chante et comme ça lui chantre. Le métrique, par contre, c’est plutôt la maîtrise de la trique, enfin, une chose dans le genre.


Sauf que là encore, il y a trique et trique. Si l’une comme l’autre peuvent être assimilables à un bâton, la maîtrise de la première est plutôt destinée à vous faire du bien – sauf dans certains (K, pardon,) cas que je ne citerai pas. Mais la maîtrise de la seconde vous laisse généralement des traces sur la couenne – c’est ce que l’on appelle le retour du bâton.

Ainsi, lorsque le bio maîtrise le premier genre de trique, cela produit généralement une fusion sympathique. Mais si le bio se tape le second genre, on assiste plutôt à une scission du système sympathique qui, outre la couenne, risque fort de vous éroder également les synapses.

Bien évidemment, c’est la seconde version qu’ont choisi nos onze hémicyclistes de l’UMP.

Vous y avez compris quelque chose ? Moi non, alors je reprends.

45 millions, c’est à peu près le nombre de français qui possèdent une carte d’identité et seront donc contraints de la changer un jour où l’autre.

45 millions, c’est aussi le nombre de français qui, si cette loi adoptée en première lecture par onze députés (on ne demandera pas ce que faisaient les autres) est finalement votée, seront définitivement et irrémédiablement fichés.

Nos futures cartes d’identités seront en effet biométriques, c’est à dire pleines de puces (enfin non, juste deux pour commencer) et ces puces seront associées à un fichier.

En gros, en dehors des mômes de moins de six ans (qui doivent déjà être fichés à la crèche et à la maternelle) tous les français seront  enfin fichés.

Génial ! Non ?

Mais le plus amusant dans cette petite histoire (outre que l’on ne sait toujours pas où sont passés les 566 députés absents lors du vote). C’est que notre future carte d’identité portera donc deux puces (pour commencer).

La première, dite puce régalienne vous permettra de figurer dans tout livre de cuisine qui se respecte avec mention exacte de toutes vos mensurations.

La seconde, sans appellation particulière pour le moment puisqu’optionnelle, vous permettra de figurer directement dans le catalogue du MEDEF, étant notamment dédiée à répertorier vos actes commerciaux.

A l’heure actuelle, on ne sait pas encore si vos mensurations régaliennes figureront aussi au catalogue du MEDEF. Mais l’avenir est ouvert…

Ouais ! Le biométrique version UMP, contrairement au bioéthique, c’est une chose assez perméable… Et je ne parle pas du bioétique, ni du bio à tics et toc !…

Bon, en attendant une loi sur le bocal de poissons rouges, bon weekend à toutes et à tous. Et attention aux coups de triques.

Dis tonton, elles te plaisent pas mes algues vertes !

Publicités
Tagué: