Vers une guéantisation des esprits ?

Posted on 3 octobre 2011

3


Ouais, je sais, on va me dire que je pompe. Et bien oui ! Dans ce monde qui tend à devenir aussi stupide que celui des Shadoks – mais en nettement moins drôle, je pompe ! Et je persiste dans le pompage, ce n’est guère que la troisième fois, en effet. J’avais écrit il y a longtemps un papier intitulé « vers une lapinisation des esprits » et plus récemment un autre nommé « vers une sarkozysation des esprits ». 

Bon, l’esprit, je ne sais plus où il va falloir le chercher, à force… Mais là n’est pas le sujet.

Bref, la « lepénisation des esprits », cette expression a été popularisée par Robert Badinter, en… février 1997 au Sénat, lors d’un débat sur l’immigration et la loi proposée alors par Jean-Louis Debré. Cela n’est donc pas tout jeune, et l’on aurait pu penser qu’après avoir atteint son apogée un certain 21 avril 2002… Mais non, bien au contraire.

En février 2010, Jean-Pierre Dubois, président de la Ligue des droits de l’homme, écrivait dans Le Monde : « Nous sommes entrés dans une société du soupçon, chaque citoyen est suspect, chaque internaute un pirate potentiel. (…) L’objectif véritable en France n’est pas la sécurité, c’est d’habituer le citoyen à être surveillé. » Et j’ajouterais, pour mieux être servile.

Et Jean-Pierre Dubois de préciser, « Robert Badinter avait vu juste quand il parlait de « lepénisation des esprits ». On pourrait démontrer qu’une bonne moitié du programme présidentiel de Jean-Marie Le Pen en 2002 est passé au Journal officiel depuis. C’est grave, mais malheureusement vrai. »

En avril dernier d’ailleurs, Robert Badinter, constatait que le temps écoulé n’avait fait que renforcer cette « lepénisation ».

Et certes ! Pour exemple, le mois dernier, je passais mes vacances dans un petit trou du cul du fin fond de la France. Le genre de trou où, si tu veux croiser un arabe, un rom ou un roumain, il faut vraiment que tu l’apportes dans tes valises. Et pour cause, en dehors de l’élevage de trois vaches ou d’aller y passer tes vacances dans la solitude de leurs meuh meuh, il n’y a strictement rien à y foutre dans ce bled – même le téléphone portable n’y passe pas.

Mais la TV, oui ! Et quand tu n’as rien à foutre, dans ton trou du cul du monde, elle fait des ravages.

C’est ainsi que lors d’une conversation avec une dame du cru, par ailleurs fort sympathique, je me suis entendu dire : « nous ici, au moins, on est tranquille, on est chez nous, mais vous à Paris, vous ne devez plus vous sentir chez vous… ! »

Ce à quoi j’ai failli répondre, « ben oui, dès que je sors dans ma rue, je suis aussi repérable qu’un petit blondinet au fin fond du Yemen. » Mais je me suis retenu, j’avais besoin du produit laitier de ses vaches, et pas qu’elle me balance le pot à lait à la figure.

Il va sans dire que je ne lui ai pas demandé pour qui elle votait. Ni si ses vaches étaient laïques, catholiques, et baptisées par la marine nationale. Mais…

Il va sans dire aussi que la bonne dame n’avait sans doute pas été plus de trois fois dans sa vie à Paris. Ce devait être le vendredi après midi, et elle s’était égarée rue Myrha…

Bref, ses vaches n’ayant pas encore appris à parler un français correct, je ne pense pas que ce soit lors de la traite qu’elle ait pu comprendre que Paris était certains jours la capitale de l’Algérie, et d’autres, celle de la Roumanie.

Alors c’est qui qui y’a dit que… ? Le curé du bled ? Ben non ! Y en a plus ! Le catalogue de La Reboute ? Ben non ! Y cause pas politique. La Gazette littéraire de Saint Philémon ? Ben non ! Beaucoup trop intellectuel, ce truc !

– Mais non, vous n’y êtes point ! J’ai vu ça dans le poste, qu’elle me dit la dame. Tous les midis, y a Jean-Pierre Ricard qui nous le montre ! Et le soir, y a Laurence Porsche qui le redit. Et puis y’a l’autre aussi, comment qu’il s’appelle ? Celui qu’a un nom comme une marque de maïs ? Mais si, mais si, vous le connaissez, tous les dimanches il nous le dit, qu’il va les remettre en bateau, les Roumains !

– Non, je ne vois pas qui ? Claire Chazal ? Marine Le Pen ?

– Mais, non, c’est des filles ! Celui qui fait le grand chef sur TF1 !

– Sarkozy ?

– C’est qui, c’ui là ? Un Roumain ? Mais non ! Celui qu’a remplacé Le Pen !

– Ben Marine, sa fille !

– Mais non, nigaud. Ah, ça y est, Claude Géant, qu’il s’appelle.

– Vous voulez dire Claude Guéant.

– Oui, c’est ça. Tiens, le monsieur, il vient encore de le dire ce dimanche, qu’il va les remettre dans le bateau, les Roumains. Même que chez eux, il y en a qui n’hésitent pas à vendre des jeunes filles « pour une année afin qu’elles se consacrent au vol ». Et vous savez combien ça coûte une jeune voleuse roumaine pour une année ? 120.000 euros, qu’il a dit le monsieur.

Juste à ce moment, et pour bien nous faire comprendre que nous étions en rase campagne, un aéroplane militaire s’est mis à jouer du big bang. Ce qui a écourté notre conversation, et m’a évité de lui demander comment monsieur Guéant avait eu de tels chiffres et s’il ne se fout… Mais comme je ne l’ai pas dit, je ne le redit pas !

Bref ! La lepénisation des esprits, revenons y un peu ? A l’heure où la marine nationale tente de nous faire passer ses navires de guerre pour de jolis bateaux à voile, et où une bonne partie de l’UMP a tellement donné dans la surenchère extrême-droitiste que Marine le Pen va finir par passer pour une radicale… d’extrême gauche ! C’est le moment.(Ouf, l’était longue cette phrase).

Donc, je résume. Depuis 2007, on nous a tellement fait du Sarkozy par ci, Sarkozy par là (et même par ailleurs), que c’est bien plutôt à une sarkozysation des esprit que l’on a assisté. Sauf qu’à force d’accumuler les flops, cette soupe n’a pas pris. La lepénisation a donc continué de plus belle, mais comme la sarkozysation a viré à l’extrême… CQFD la sarkozysation s’est fondue dans la lepénisation.

Sauf que chut ! Calendrier électoral faisant, il ne faut pas le dire trop fort. D’où l’invention d’un nouveau concept, la « guéantisation des esprits ». Ce qui ne change strictement rien, sauf le concept, cette guéantisation n’étant rien d’autre qu’une lepénisation mutée par la sarkozysation.

– Ah que ! Dites, z’avez vu Johnny hier sur FranceSarkovision ?

– Ben euh… ! Non…

– M’étonne pas alors ! Z’avez rien compris !

Publicités
Posted in: Raz-le-bol