Dis Mamie, tu me prètes ton gode ?

Posted on 7 octobre 2011

1


Ouais, il y a de drôles de godes, et de drôles de rebonds en ce moment, comme me le confiait récemment un ami ping-ponguiste, ex goachiste, reconverti il y a quatre ans au sarkozysme, puis mea cuplabilisant qu’il a toujours été néanmoins goachiste et revenant vers les épines. 

Mais bon(d), le rebond devant faire prochainement, l’objet d’une nouvelle théorie physique, je ne m’y attarderai pas plus aujourd’hui.

Mais sur le gode si ! Et pas sur le gode Michelin, si sur celui de la route, mais sur le gode civil.

Bref ! J’ai lu hier avec un certain étonnement que la Cour de cassation avait cassé – c’est d’ailleurs pour cela qu’on l’appelle ainsi – les jugements autorisant Médiapart et Le Point a publier les enregistrements de l’affaire Bettencourt. Ceux-ci constituant « une atteinte à la vie privée » qui « ne légitime pas l’information du public ».

Etrange séparation de la sphère du privé de celle du public, en cette affaire, où les deux semblent bien pourtant très intimement mêlées.

Etrange jugement, alors que ces enregistrements sont aussi entre les mains d’autres juges. Cela signifie-t-il, à terme, qu’ils ne pourront pas les exploiter ?

Cela signifie-t-il que, chut ! Circulez, y a plus rien à voir ! Plus rien à entendre ! Et j’ajouterais, plus rien à sentir !

Comme aurait pu le dire Molière, cachez ces comptes que je ne saurais voir… Mais il a préféré parler de seins.

Bref ! Le privé et le public…

L’an dernier, un peu partout dans la presse, l’on pouvait voir une jolie photo d’une certaine mamie posant fièrement, à côté d’une table sur laquelle, parmi quelques objets hétéroclites, figurait une chose plutôt inattendue sur la photo… une bite d’assez belle proportion, et pas en toc, mais semble-t-il en or (massif, je ne sais pas).

Cela avait d’ailleurs bien fait rire les invités du Petit Journal de Canal+.

D’où une petite question que je me pose, l’objet figurant sur la photo fait-il partie de la sphère du privé ou, ayant été révélé par la presse, fait-il aujourd’hui partie de celle du public ?

Madame Bettencourt va-t-elle demander réparation, dommages et intérêts pour une telle exposition publique de (sa bite privée, pardon) son bien ? Assistera-t-on à un procès pour détournement public de bite privée ? Et quel sera le tribunal compétent en la matière ? Celui des flagrants délits, ou celui des flagrants délires ?

A suivre… Mais cela me rappelle un peu une histoire de secret défense, cette affaire…

Dis Mamie, c’est pour quand la révolution !

Publicités
Posted in: Bof Bof...