Comment ne pas se tromper d’adresse…

Posted on 14 octobre 2011

5


Pendant des années, j’ai habité au numéro 26 de ma rue (oui, je sais, vous vous en fichez) jusqu’au jour où un postier zélé s’est aperçu d’une étrange étrangeté, ma rue comportait un 26 et un 26 bis. Or, le 26 bis était situé avant le 26, ce qui le perturbait énormément chaque matin, lors de sa distribution du courrier.

Dois-je distribuer celui du 26 avant celui du 26 bis, comme il serait logique ? Se demandait-il. Ou celui du 26 bis avant celui du 26, ce qui serait géométrique et réduirait sensiblement mon nombre de pas, l’usure de mes godasses, et mon temps de travail.

Il s’en fut donc conférer avec sa direction qui, n’étant qu’une toute petite direction, s’en fut elle-même conférer avec sa direction qui… D’où s’ensuit qu’au bout de quelques années, la direction générale des postes, très soucieuse de gains en matière de temps de travail, décida de rétablir l’ordre. Non mais, c’est quoi ce bordel !

Et toc, sans avoir déplacé un carton d’un demi centimètre, je me retrouvais habiter au numéro 26 bis de ma rue, alors que les habitants du 26 bis étaient, eux, relogés au 26.

N’ayant plus à se poser d’aussi épineuses questions quotidiennes, mon postier s’en trouva fort réjoui, de même que ses godasses qui connurent moins l’usure, et sa direction dont l’usure ne fait pas le profit (ou l’inverse, cela dépend du taux de l’usure).

Bref, tout allait pour le mieux dans un monde enfin ordonné, logiquement et géométriquement, et la direction des postes me fit même généreusement le don d’une poignée d’enveloppes à envoyer à mon entourage pour lui signifier mon changement d’adresse.

Sauf que, arrivé à la moitié de mon carnet d’adresses, plus d’enveloppes. Et que, fainéant comme je suis, plutôt que d’aller au bureau de poste me réapprovisionner, je me dis qu’après tout, le 26 étant situé à 10 mètres du 26 bis, si mon postier ne trouvait pas mon nom sur les boîtes aux lettres, ayant réconcilié logique et géométrie, il lui suffirait de faire ces 10 mètres pour le retrouver au bis. Logique et géométrique, non ?

Mais il faut croire que la logique et la géométrie ne coïncident pas toujours, chez les postiers en tout cas, ou que les 10 mètres séparant le 26 de son bis soient une distance infranchissable. Par contre, lorsqu’un malencontreux m’adresse une lettre au numéro 26, qu’il soit de Lourdes ou de l’autre bout du monde, elle lui est systématiquement réexpédiée. Logique non ? Ou géométrique ?

Bref  Pourquoi t’est-ce que je vous raconte ça, moi ? Tout le monde s’en fiche.

Ah oui, l’autre jour, j’ai écouté d’une oreille extrêmement distraite, mais néanmoins oreille, un débat entre impétrant et impétré, ou l’inverse, je ne sais pas trop. 

D’ailleurs, selon d’autres, il s’agissait d’un débat entre le dur et le mou, ce qui m’a fait penser à cette histoire de 26 et de son bis. Sans aucun rapport évidemment, mais il y a parfois des coïncidences justement.

Et comme j’avais appris qu’un trublion de Saône-et-Loire (preuve qu’il n’y a pas que des oies sauvages là-bas) avait écrit une lettre à l’impétrant et à l’impétré, je me suis demandé s’il l’avait écrite au 26 ou à son bis.

Bien m’en a pris, en lisant Le Monde tout à l’heure, je suis tombé sur une interview du trublion bourgignon qui nous explique qu’il votera pour l’un des deux débateurs de fond(s) – je ne dirai pas s’il s’agit de l’impétrant ou de l’impétré – mais qu’il ne donne pas de consigne de vote. Ah que ! C’est logique, non ? Ou géométrique ?

Bon, je résume, nous avons d’un côté le mou, le caviar étant de cette consistance… De l’autre, nous avons le dur, à l’image… disons d’un saucisson sec… De l’un ou de l’autre, il va me falloir désigner lequel est l’impétrant, de celui qui est l’impétré. Comment faire ce choix ? En logique, ou en géométrique ?

Non ! Non ! Ne souriez pas ! La question est grave ! Sérieuse, même ! L’avenir de la France en dépend ! Notre Vénérable Vénéré sera-t-il bouté par un impétré, ou par un impétrant ? Et qui de l’impétrant ou de l’impétré deviendra notre prochain Vénéré Vénérable ?

Je médite……………. !!!!!! …… ??????

Ah que ! J’ai trouvé ! Et si je tartinais mon saucisson avec du caviar !

Ouais, bon ! Je crois que je vais reprendre mon carnet là où je l’avais fermé, et finir toutes mes rectifications d’adresses. Cela m’occupera au moins jusqu’à dimanche. D’ici là, la logique et la géométrie se seront peut être réconciliées… Et j’oublierai encore d’aller voter.

P.S. A lire aussi, une petite clarification édifiante d’un député socialiste sur « le principe de la retraite à la carte… la borne d’âge » à 65 ans et les « dispositifs pour adoucir la douleur »… C’est à peu près aussi complexe que d’aller du 26 à son bis ! (sur Libé et sur Médiapart).

Et pour une fois que Jean-François Copé me fait rire, je n’y résiste pas, il y a une alliance de la carpe et du lapin, nous dit-il, à propos du soutien-non-soutien d’Arnaud Montebourg à François Hollande… Et de comparer François Hollande avec Georges Marchais. Ah que Jojo, je ne savais pas que tu parlais l’hollandais !

Dis Jojo, c’est pour quand la révolution !

Je sais pas moa ! Demande donc à la carpe, ou au lapin !

Publicités
Posted in: Bof Bof...