De mémoire d’arbre, ou presque…

Posted on 25 novembre 2011

3


Si, tout comme moi, vous pensiez que l’eau gèle et se transforme en glace à partir de 0°, vous aviez tout faux ! Des chercheurs américains viennent ainsi de nous apprendre qu’il y a eau et eau, et que tout dépend de leur structure moléculaire pour geler. Certaines eaux se transforment bien en glaçons à partir de 0°, mais pour d’autres, il faut atteindre les – 48°. Pas pratique pour servir le pastis, sauf si vous êtes au Pôle Nord.

Ouais, je sais, tout le monde s’en fiche. Mais moi, j’en ai raz-le-bol d’entendre parler de politique ou de faits-divers aujourd’hui.

Tiens, dans Rue89 on peut lire un très intéressant article intitulé « Que faire quand vous prenez un coup dans les couilles ? »… Mouais, bon, je ne le lis pas. Ca me fait trop penser à la politique.

Dans Slate, il y a un papier sur le suicide des animaux. Est-ce qu’ils parlent des éléphants ?

Dans Le Monde, on peut lire que les Soviets vont déployer des missiles aux portes de l’Europe ! Décidément, c’est aussi réjouissant qu’un coup de pied dans les…

Bon allez, parlons arbres ! Selon l’ONU, la moitié des forêts de la planète a été détruite au XXè siècle. Et bien évidemment, cela s’accélère. Entre 2000 et 2005, 20.000 hectares de forêt tropicale ont ainsi disparu… chaque jour ! Oui, chaque jour !

Evidemment, il y a diverses manières de faire disparaitre. Si vous êtes magicien, vous pouvez faire disparaître un lapin dans votre chapeau. Mais pour un arbre, je ne sais pas, ou alors un tout petit arbre. Si vous êtes automobiliste, vous pouvez tenter de faire disparaitre un platane incongru qui borde la route. Mais généralement, c’est plutôt lui qui vous fait alors disparaitre, à moins que vous ne soyez très proche du bon dieu – et encore. Et si vous êtes banquier, vous pouvez jouer les arbres en bourse, m’est avis que cela marche assez bien.

Mais… Et si les arbres avaient une mémoire !

Depuis le premier voyage lunaire, celui de Cyrano de Bergerac – bien avant celui d’Apollo 11 – tout le monde sait que les arbres parlent.

« N’avez-vous point pris garde à ce vent doux et subtil, qui ne manque jamais de respirer à l’orée des bois ? C’est l’haleine de leur parole ; et ce petit murmure ou ce bruit délicat dont ils rompent le sacré silence de leur solitude, c’est proprement leur langage. » Ainsi parle le chêne à Cyrano.

Et si les arbres parlent, c’est aussi qu’ils ont une mémoire.

Une mémoire de CO2 dirait-on, en termes rationnels de scientifiques actuels. Or, contrairement au bipède qui semble s’amuser à fabriquer de plus en plus de CO2, en se fichant totalement de polluer la planète. L’arbre lui, l’absorbe, et le stocke toute sa vie durant.

Mais lorsqu’un bipède armé d’une tronçonneuse coupe un arbre, celui-ci, comme tout mort qui se respecte, s’empresse de perdre la mémoire et finit invariablement par se décomposer, rejetant ainsi le CO2 qu’il a stocké toute sa vie – et insidieusement du méthane. Et je ne parle pas lorsque le bipède, ayant posé sa tronçonneuse s’amuse à mettre le feu à l’arbre coupé…

Dans le même rapport de l’ONU, on peut ainsi lire que la dégradation des forêts tropicales contribue pour 15 % à 20 % aux émissions actuelles de CO2. Mais qu’à l’inverse, si nous cessions de défôrester à tout va, et que nous replantions des arbres, nous pourrions compenser 15 % des émissions de carbone dans la première moitié du XXIe siècle.

Or, selon l’Organisation Météorologique Mondiale, en 2010, non seulement la concentration de gaz à effet de serre dans l’atmosphère a atteint un niveau sans précédent, mais l’augmentation a été plus rapide cette année-là que la moyenne de la dernière décennie…

Bon, je sais, c’est la crise ! Rien à secouer de la mémoire des arbres !

Mais quand même ! Et cela n’est pas Aréva qui va me contredire. Quoi que, sait-on jamais…

Bon allez, je retourne sur la lune avec Cyrano et la sagesse de son chêne : « mon dessein n’est pas de faire comprendre la lumière aux aveugles ; un particulier m’est toute l’espèce, et toute l’espèce ne m’est qu’un particulier, quand le particulier n’est point infecté des erreurs de l’espèce ; c’est pourquoi soyez attentif, car je crois parler, en vous parlant, à tout le genre humain. »

Et qui a dit que le chêne était gland !

Bon pour le pastis, va falloir que je vérifie ma flotte…

Et pour la révolution, va falloir vérifier la température…

Publicités
Posted in: Merdialisation ?