De mémoire de truffe…

Posted on 7 décembre 2011

0


Je ne connaissais pas la tuber melanosporum, mais avec un tel nom, j’ai d’abord pensé que c’était un gros champignon vous poussant sur le nez. Ben non, c’est juste une truffe.

Bon, vous me direz qu’il y a truffe et truffe, et que certaines ressemblent à un groin, d’autres à une patate. Certes, et d’ailleurs, le truffiste originel était le cochon.

Ouais, bon ! Ca rime à quoi ces cornionneries ?

Ben, à rien, mais je lisais ce matin dans le Nouvel Obs que la truffe aussi était victime du réchauffement climatique. Si, il parait que c’est vrai, c’est le président des trufficulteurs qui le dit – et n’en déplaise à Claude Allègre.

Non, en fait, j’avais envie de parler de l’action de Greenpeace qui nous montre le degré pas loin du zéro de sécurité de nos centrales nucléaires. Et de la réaction d’un joyeux jeune Umpiste ayant regretté que l’on n’abatte pas les « terroristes » de la paix verte, qui nous montre, elle, le degré zéro de… (je m’autocensure, désolé). Et, va savoir pourquoi cela m’a fait penser à la truffe.

La truffe donc ! Ce que je ne savais pas, c’est qu’il y a tout plein d’espèces de truffes. Il y en a dans le Périgord, ça tout le monde le sait. Mais il y en a aussi en Italie, et contrairement à celles du Périgord qui sont noires, les italiennes sont blanches, et, va savoir pourquoi, il paraît que ce sont les plus chères et les plus recherchées (comme quoi le racisme fait ravage partout, même chez les truffes, mais bon…). Il y en a aussi en Bourgogne, mais on ne dit pas si elles ont l’accent bourguignon (ni le boeuf qui va avec). Et il y en aurait même en Chine (comme quoi l’on délocalise partout, même chez les truffes).

Par contre, je ne sais pas s’il y en a dans le Loiret. Mais ils ont déjà des jeunes UMPistes qui aimeraient bien bouffer du terroriste Greenpeacien. Et ça leur suffit.

Ouais, la truffe ! Tiens, on en trouve aussi au Maroc, en Espagne, en Croatie, et même en Slovénie. Décidément, on est vraiment mal barrés, si elles délocalisent partout.

Bon, sur Gogole, ils nous disent quand même qu’il faut se méfier des truffes chinoises. On ne sait pas quelle est leur couleur d’origine, mais il paraît que des escrocs les peignent en noir pour les faire passer pour des périgourdines. Sont nuls, les escrocs chinois, ou alors ils ne connaissent pas les italiennes, ou ils n’ont pas inventé la peinture blanche. Pour des mecs qui ont inventé le feu d’artifice, ce serait un comble.

Ceci-dit, pour nous rassurer, Gogole nous explique que la truffe chinoise n’a pas tout à fait le même génome que la périgourdine, ouf !

Tiens, ça me fait penser à un truc, si l’on séquençait le génome d’un jeune UMPiste, serait-il identique au mien ?…

Mouais ! M’est avis que chez certains, on trouverait peut-être le pompon de la marine… Qu’elle répond ma chatte.

Dis qu’es’t’attends par la révolution !

Publicités
Posted in: Raz-le-bol