L’entropique anthropie…

Posted on 9 décembre 2011

4


L’entropie est une mesure du degré de désordre d’un système physique, et elle se calcule avec les différents mirco-états responsables d’un macro-état. En gros, cela signifie que si vous secouez une boîte de pois chiches et que vous étudiez attentivement le comportement des pois, vous finirez par comprendre l’agencement de la boîte. Ce qui permet d’expliquer aussi que, lorsque vous allez faire vos courses à Moumouth, si vous prenez la boîte qui se trouve tout en bas de la pile, vous risquez fort de vous prendre toute la pile sur la tronche.

Bon, il ne se passe rien de spécial aujourd’hui.

Ah si, en Afrique du Sud, nos climatologues mondiaux s’apprêtent à signer un accord prévoyant qu’un nouvel accord sera (peut-être) signé d’ici quelques années. Et en Belgique, nos braves dirigeants de l’Europe se sont presque tous accordés pour signer un traité destiné à renflouer l’Europe pour la désenflouer l’année suivante et devoir ainsi la renflouer à nouveau l’année qui suivra pour… etc, etc… Au moins, ils sont assurés d’avoir du boulot pendant quelque temps.

Et d’ailleurs, le renflouage du désenflouage (ou l’inverse), on peut aussi appeler cela un système entropique. Par contre, un système anthropique mettrait l’humain au centre du sujet. Mais il ne faut pas trop en demander à nos chers dirigeants. L’humain, on s’en fiche, du moment qu’il paye, non mais !

Et bien justement, il y en a qui ne peuvent plus payer. Il y a quelques mois, nos chers dirigeants du monde devaient être en vacances et il n’y avait sans doute pas de fait-divers assez saignant, du coup toute la presse avait fait ses choux gras de la famine qui ravage le Niger. Et puis, trois petits tours et puis s’en va, on verse une jolie petite larme, et le monde continue de tourner.

Sauf qu’aujourd’hui, alors que s’achèvera sur un bien copieux diner la très dispendieuse (c’est mignon ce mot) et probablement stérile conférence de Durban, et que s’est achevé par un autre diner (de…) le sommet de l’inutile européen, l’UNICEF et l’Office des Nations Unies chargé de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) nous rappellent à l’ordre : « Hé Ho ! ça s’endort là-dedans ! Faudrait peut-être songer à ceux qui crèvent la dalle ! »

Bon, ils ne l’on pas dit de cette manière, ils ne vont pas encore se faire couper les crédits. Mais c’eut été peut-être plus efficace.

Ben oui, ça crève encore la dalle au Niger. Et pas seulement au Niger d’ailleurs, mais dans tout le Sahel. Côte d’Ivoire, Tchad, Libéria, Centrafique, Sud Soudan, Soudan… sont touchés. Selon l’UNICEF, en 2012, plus d’un million d’enfants du Sahel sont menacés de malnutrition, et un appel d’au moins 65 millions de dollars est lancé pour leur venir en aide.

C’est quoi 65 millions de dollars ? Une goutte d’eau sans doute, par rapport à ce que nos chers dirigeants s’apprêtent à rebalancer pour renflouer désenflouer !

Alors oui ! Si j’étais l’UNICEF ou l’ONU, je ne prendrais pas vraiment de pincettes pour crier, « Hé Ho ! ça s’endort là-dedans ! Faudrait peut-être songer à ceux qui crèvent la dalle ! » Et encore, je reste poli aujourd’hui !

Pour rappel, selon un rapport publié en novembre 2011 par l’OCHA, « en 2010, plus de 10 millions de personnes ont souffert d’une crise alimentaire aigüe au Sahel. Un tiers de la population du Tchad souffre de sous-alimentation chronique. Au Niger, plus de 50% de la population souffre d’insécurité alimentaire chronique, et 22% de la population se trouve dans une situation d’insécurité alimentaire extrême. »

Bon appétit !

Et Pour…

C’est pourtant joli le désert ! Ouais !…

Publicités
Posted in: Raz-le-bol