Faites-moi du neuf avec du vieux (ou l’inverse)…

Posted on 22 décembre 2011

2


Y’a des jours comme ça, où l’on se dit qu’il vaudrait mieux apprendre à bien jouer à la bataille navale, à la bataille tout court,  ou à comment se faire cuire des pop-corn (avec ou sans corne) dans une friteuse.

Y’en a d’autres où l’on pense qu’il vaudrait mieux relire son dictionnaire, apprendre par coeur tous les codes Dalloz (et son code de la route pourquoi pas).

Et y’en a encore d’autres où l’on s’exclame, « Ah que si je m’étais resté couché ! Que c’eut été bien nettement mieux ! Et merdre ! »

Mais il y en a aussi, rarement, parfois, de temps en temps, lorsqu’il neige ou qu’il fait trop chaud, ou par temps d’orage, ou sous la grêle, ou lorsque vous marchez du pied droit dedans…

Bref, y’a des jours parfois où nous vient une idée lumineuse.

Le plus idiot dans cette histoire, c’est qu’elle vous arrive généralement lorsque vous allez faire vos courses. Et que, dès que vous sortez du supermarché et rentrez chez vous pour la coller sur le papier. Zip ! Vous l’avez oubliée la lumineuse. Et vous restez tout con avec votre bout de papier et vos pensées les plus plates.

Lorsque j’étais jeune, d’éminents intellectuels (de gauche évidemment, je ne fréquentais pas alors ceux de droite, et ne savais même pas qu’il en existait) m’avaient expliqué que ce n’était rien, uniquement l’angoisse de la page blanche. Que c’était un truc tout à fait ordinaire, dès que tu te retrouves face à la page blanche, ta mémoire fait zip ! Et zop, y’a plus rien. En gros, tu te retrouves comme le pop-corn qui n’aurait pas compris qu’une friteuse allait lui faire péter les méninges, et qu’il serait nettement plus bouffable qu’un corn sans le pop.

Bon, j’espère que je me suis fait compru, parce que je ne recommence pas la démonstration – qui ne rime à rien d’ailleurs, ceci dit en passant, et pour dédouaner les intellectuels de gauche.

Ouais bon, je ne vous parlerai pas de Fukushima aujourd’hui. 40 ans, paraît-il, qu’il va falloir pour la nettoyer, la poubelle nucléaire japonaise. Et comme les prédicteurs (de même que les prédicateurs) sont souvent optimistes, m’est avis qu’il va plutôt falloir un siècle ou deux….  A force de poubelliser le monde pour n’en faire plus qu’un jardin à fabriquer du fric, il risque de n’être plus joli-joli d’ici peu de temps… Mais que l’on se rassure, dans certaines zones évacuées, la population va bientôt pouvoir revenir, bien oui, il va falloir des nettoyeurs.

Non, je n’ai aucune envie de parler éco, aujourd’hui, mais des intellectuels de gauche, justement.

Tiens, j’avais lu je ne sais plus où une petite phrase de Martine Aubry disant qu’il fallait n’avoir qu’un seul objectif, rendre les gens « plus compétitifs ». On savait que les roses avaient des épines, mais de là à faire du copier-coller du MEDEF !… Bref, passons… D’ailleurs, le jour où je prendrai un(e) politicien(e) pour un(e) intellectuel(le), mon canard portera des chaussettes.

Et rassurez-vous, je ne parlerai pas du botulisme version B.H.L. Il y a certains intellectuels qui me font trop penser aux chaussettes de mon canard.

Non, j’ai envie de parler canard, justement.

Bon, je ne suis pas certain que l’on puisse qualifier un journaliste d’intellectuel. Mais admettons. Après tout, on appelle bien « culturelle » aujourd’hui telle ou telle émission TV centrée sur une chanteuse sans voix, un comique de répétition, et un chroniqueur du Point, de Libé, ou même du Figaro.

Mais je digresse encore. En fait, si j’ai envie de parler canard, c’est parce que j’ai appris que Rue89 avait été racheté par le PéDéGé du Nouvel Observateur.

Donc, admettons qu’il y ait des journalistes intellectuels, et même de gauche. Et admettons encore qu’il y en ait aussi au Nouvel Observateur (cela n’engage personne). Admettons enfin qu’il y en eut (nuance subtile, mais nuance néanmoins) à Rue89. Qu’en sera-t-il après ce rachat ?

Lorsque Laurent Joffrin, directeur du Nouvel Obs, prend sa plus belle plume pour nous expliquer que l’on doit « laisser parler Marine le Pen ». Personnellement, j’ai franchement envie de lui demander s’il n’a pas autre chose à faire de sa plume. Tiens, se la mettre dans le chapeau par exemple. Ou écrire les pages roses du Nouvel Obs.

Et lorsque je vois que, juste après ce rachat par le Nouvel Obs, Rue89 fait sa une en décryptant les 10 idées reçues sur David Beckham « futur joueur panneau publicitaire du PSG ». J’ai envie de leur demander de quelle couleur il est devenu, leur ballon fétiche, à Rue89. Rose bonbon, peut-être ? La couleur préférée du Nouvel Obs !

Ou de leur demander s’ils ne vont pas devenir l’annexe sport du Nouvel Obs… Après tout, ça les regarde.

Mais il y a quelques jours, Pierre Haski, président de Rue89 nous donnait une talentueuse leçon de journalisme distinguant soigneusement les nouveaux des « vieux » médias aux méthodes « condamnées ». M’est avis que le PéDéGé du Nouvel Obs n’a pas dû la lire en signant le contrat d’achat. Ou alors il est très tolérant, le proprio du « vieux média ». Ou alors… il a une petite idée derrière la tête. Tiens, justement, pourquoi pas… transformer les gauchistes de Rue 89 en chroniqueurs sportifs. Ah non ! Tiens, les transformer en éprouvettes à fabriquer des Lady Gaga.

Mouais, bon, c’est pas drôle tout ça ! Si cela continue, il ne va plus rester que Lutte Ouvrière et Le Monde Libertaire comme journaux de gauche. Les bons vieux médias, en somme.

A moins que la page blanche…

Mais au fait, pourquoi les codes Dalloz sont-ils rouges ?

Et la jupette des avocats, pourquoi qu’elle est noire ? Qu’il répond mon canard.

P.S. Il paraît que la guerre est enfin terminée en Irak. Bien oui, il n’y a eu que 57 morts aujourd’hui !

Dis jupette, c’est pour quand la révolution !

Publicités
Posted in: Bof Bof...