Une histoire de (… ouf) sans nom…

Posted on 23 décembre 2011

1


Il paraît que 500.000 touristes visitent chaque année la Mer de Glace qui, comme chacun le sait, est le plus grand glacier de France, et situé près de Chamonix. Moi, je pensais que le plus grand glacier de France était Bertillon (pub gratuite), situé sur l’île Saint-Louis, mais bon ! On en apprend tous les jours.

Bref, 500.000 touristes, résultat 3 tonnes de déchets déversés en un an. Sont vraiment crados les touristes, surtout si l’on considère que le glacier ne fait que 40 kilomètres carrés (et je précise que je n’ai jamais mis les pieds sur la Mer de Glace).

Ceci-dit, apparemment, il n’y a pas que les touristes qui soient crados, parce que parmi ces déchets, on a aussi trouvé des morceaux de câbles de remontées mécaniques (qui servent aussi à redescendre parfois) et l’on ne voit pas très bien les touristes s’amuser à démonter les remonte-pentes. Comment qu’ils feraient pour aller skier ?

Mais bon, on arrive bien à créer des électrons surfeurs, des électrons jouant au ping pong, et même des neutrinos plus rapides que Lucky Luke, pardon, que la lumière, alors…

Ouais, bon, 500.000 touristes sur la Mer de Glace… et seulement une cinquantaine de députés à l’Assemblée jeudi dernier… Ne me demandez pas où étaient les autres… Peut-être à apprendre le patinage artistique en balançant leurs votes sur le glacier.

Bref, à force de répéter que, face à la droite la plus stupide au monde, nous avons la gauche la plus… stupide au monde, elle aussi, je vais finir par me… répéter, justement. A chaque fois que la droite offre un boulevard à gauche, la gauche se précipite à droite. Et à chaque fois que la droite perce un trou (bien noir). Bling ! La gauche se précipite dans le précipice (oui, elle n’est pas terrible, je sais).

Je vous donne donc ma petite phrase du jour, elle est d’Alain Juppé, notre brave ministre des Appellation Bordeaux Contrôlées qui, selon le Canard Enchainé, aurait dit que « cette proposition est intellectuellement et diplomatiquement une connerie sans nom ». Heureusement que je ne suis pas bordelais, sinon je serais de suite allé voter pour lui.

Mouais, mais de quoi qu’il cause notre cher ministre des ex-inéligibles ? D’une proposition pour nettoyer la Mer de Glace ?

Bien non ! Il parle bien évidemment de cette proposition (de « connerie sans nom » pardon) de loi, visant à condamner « toute négation publique  d’un génocide reconnu par la loi ». La loi ne reconnaissant que deux génocides, celui des Juifs lors de la seconde guerre mondiale et celui des Arméniens en 1915, et la négation du premier étant déjà réprimée. On peut donc résumer cette (« connerie sans nom », pardon) proposition de loi en disant qu’elle ne vise que la négation du génocide arménien.

Si donc vous niez, pour ne prendre que quelques exemples, que l’inquisition fut génocidaire, de même que le massacre des Cathares, la Saint-Barthélémy et les guerres anti-protestantes, l’extermination des Indiens d’Amérique du Sud, puis du Nord… Ou si, comme un certain feu général que je ne nommerai pas (pour le bien de son âme), vous affirmez que Gégène n’a jamais mis un pied en Algérie…  Et tiens, le Rwanda… Et bien non, vous n’êtes pas punissable.

Par contre, si vous dites que le massacre des Arméniens ne fut pas un génocide, crac, direct à la case amende ou à la cabane ! Mais il faut le dire en public. Si vous l’affirmez lors d’une réunion de joyeux UMPistes ou de gais-lurons Socialistes, c’est considéré comme privé, donc non répréhensible.

Ouais,il faut bien le dire, je souscris totalement aux propos qu’aurait tenu Alain Juppé. Cette proposition de loi est… je ne répète pas, cela va faire désordre.

Evidemment, il faudrait être aussi un sacré … sans nom, pour nier le massacre systématique de 1915.

Mais pourquoi une telle proposition dans le contexte actuel ? Et ceci, alors que le « génocide » arménien a été reconnu une première fois par l’Assemblée Nationale en mai 1998, puis en janvier 2001. Et qu’il a été reconnu par le Parlement européen en juin 1987 et par le Conseil Européen en avril 1998.

Electoralisme de bazar pour séduire l’électorat (oui, je sais) arménien ? Découverte sublime par nos députés du droit de l’hommisme ? Ambition tardive de se prendre pour des historiens (alors qu’on les prend plutôt pour des histrions) ? Rattrapage de fin d’année pour députés régulièrement absentéistes ? Arrosage de  fin de cession avant les fêtes de Noël ?…

Peut-être un peu tout cela, si on le juge au fait que Socialistes et UMPistes se sont pour une fois (en public) serrés la pince pour voter cette… sans nom.

Ou alors… simple opportunisme face à une réalité que l’on ne maîtrise pas ?

Bien oui ! Rappelez-vous, c’est la crise ! Et tout le monde se demande (en voix off) comment faire pour virer la Grèce de l’Europe (parlent même pas français, les Grecs) et pourquoi pas les Portugais aussi (eux non plus, sauf ma concierge). Et puis toc, toc, toc ! Il y a les Turcs qui nous frappent à la porte ! Parlent même pas européen les Turcs ! Non mais !

Et allez hop ! Sans le dire en voix in, on va trouver un petit truc pour les mettre à la lourde, les Turcs. Suffit de les mettre bien en colère. Allez, tiens, génocidaires d’Arméniens, qu’ils sont. Et zou ! Ils se barrent tout seuls ! Au Bosphore, les Turcs ! Non mais !

Ouais, bon, mais qu’est-ce qu’il leur a pris, à nos chers socialistes, d’aller voter cette … sans nom ? Z’ont pas vu de qui elle émanait cette… ce projet de loi ? De Madame Boyer, jeune et fringante députée UMPiste des Bouches du Rhône et, coïncidence sans doute, vice présidente du groupe d’amitié France-Arménie (ne cherchez surtout pas le lobby). Madame Boyer qui, sur son blog, nous invite gentiment à aller signer « la grande pétition nationale s’opposant au droit de vote des étranger » (oui, les Turcs compris).

Bref, dès que la droite leur perce un trou, nos chers socialistes s’y précipicent.

Oui ! Et la Mer de Glace dans tout cela ?

Ben euh ! Parait qu’il va falloir la nettoyer. Je me demande bien qui on pourrait y envoyer…

P.S. Euh ! Non ! P.C. Bien oui, c’est vrai, il y en a marre de devoir toujours terminer un texte par la même publicité ! Bon U.M.P. ne voulant rien dire en latin, je terminerai par un P.C. cela peut marcher le Post Criptum. Et à propos de P.C. justement, je n’avais pas pu vérifier l’info hier, mais si, les cocos aussi, tout comme le Front de gauche, sont tombés dans le précipice UMPiste. Décidément, va y avoir foule sur la mer de glace.

Dis le trou, c’est pour quand la révolution !

Publicités