Ne mélenchon pas les…

Posted on 23 janvier 2012

4


Ne mélenchon pas les…

Bon, je vous laisse deviner la suite…

Oui, je sais, c’est la grande mode de parodier l’accent norvégien, en ce moment, et c’est nul ! Mais comme je vais parler d’Eva Joly et de Jean-Luc Mélenchon, je fais dans le titre facile.

Ceux qui me lisent un tant soit peu le savent, je suis un fervent adepte de la non votance, et j’ajoute que si le bulletin blanc comptait, je n’irais pas voter pour autant. Pas plus que si, comme chez nos amis belges, l’on me collait une amende pour non vote.

Par contre, s’il existait un bulletin « merdre », j’irai peut-être.

Je ne suis allé voter qu’une seule fois dans ma vie. J’étais bien jeune alors, et c’était la première fois que Le Pen risquait de faire un tabac. Ben, il l’a fait quand même !

Je dois dire aussi que je ne me suis jamais posé la question (sauf cette unique fois) de savoir si oui ou non j’irais voter. Non ! C’est non ! Non mais !

Certes, en 1981, j’étais très heureux de voir un rosier arriver au pouvoir, ne serait-ce que pour abolir la peine de mort et pratiquer pendant quelque temps une politique culturelle (merci Tonton, j’en ai profité). Mais je ne me faisais aucune illusion quand à la durée de l’odeur des roses. Et d’ailleurs, le passé douteux de François Mitterrand était, en tout cas pour certains intellectuels de gauche, un secret de polichinelle.

En 2002, lorsque Le Pen s’est retrouvé au second tour des présidentielles. Nous étions très peu à dire qu’il ne fallait surtout pas aller donner ses voix à Chirac. Il aurait été élu quoi qu’il en soit, mais avec 35 ou 40%. Et non avec les 82% qui ouvraient la route à la droite pour au moins 20 ans. Et si, dans la pire des hypothèses Le Pen avait été élu, peut-être que cela nous aurait vraiment fait bouger le… pardon, les fesses, et que nous nous serions retrouvés dans la rue à révolutionner un peu.

Mais en disant cela vous passiez pour un ultra-gauchiste, beurk ! Et alors, je suis, je reste, et j’assume !

Malheureusement, je n’ose pas y penser, mais… si la marine nationale faisait le pompon aux prochaines présidentielles, je ne suis pas sûr que nous serions si nombreux dans les rues. Les temps changent…

Ouais, bon, et alors, on s’en fiche de ton passé de gauchiste primaire !

En effet ! Mais c’était pour faire comprendre un peu que, cette année, c’est la première fois que je me suis vraiment demandé si oui ou non j’irais voter !

Non que je vieillisse, comme disait Anatole, anarchiste à 20 ans, c’est bien, mais si à 50 tu n’as pas ta Rolex… Ben non ! Et d’ailleurs je n’ai même pas de montre, et je m’en passe très bien !

Non que j’aie la moindre illusion que qui que ce soit veuille radicalement changer ce système.

Non, mais simplement parce que je suis totalement exaspéré par la totale indécence politique dans laquelle nous vivons depuis bientôt cinq ans, et de voir qu’elle s’est accentuée de jours en jours.

J’ai ouvert mon premier blog en 2007, juste après l’élection de notre Vénéré et son discours d’intronisation, uniquement pour dire, « non, monsieur Sarkozy, vous n’êtes pas et ne serez jamais mon président ». Et je n’étais même pas anti-sarkozyste alors, simplement contre (âne pas confondre avec « tout contre », comme disait Pierre Dac).

Je ne l’étais même pas après la soirée Fouquet’s. Ouais, bon, pourquoi pas, il a le droit de faire la fête le monsieur ! D’ailleurs, n’y étant pas convié, comme la plupart des gens, je ne savais pas alors qui y était présent… On le sait aujourd’hui.

Mais lorsque notre Vénérable a inauguré son règne par des petites vacances sur le Yacht d’un certain patron dont je ne dirai pas combien il gagne (le sait-on vraiment d’ailleurs), mon contre-sarkozysme a commencé à se muer en anti-sarkozysme.

Anti-sarkozysme primaire d’abord, comme il se doit, puis assez rapidement secondaire, tertiaire, théière, quaternaire, pour terminer (enfin je l’espère) quinquagénaire.

Ouais bon, on s’en fiche aussi de ton anti-sarkozysme vieillissant !

Je sais, mais c’étais juste pour dire que si j’allais voter, ce serait uniquement contre.

Ben, tu ne pouvais pas le dire de suite ?

Euheuh ! C’est quand même mieux avec des préambules, non ?

Bref ! Aller voter contre, ouais ! Mais pour qui ?

That is the question, comme disait Hamlet en voyant le spectre.

La marine nationale ? Ah que !… Et d’ailleurs je sais à peine nager, alors en eaux troubles…

Les autres droitistes, tiens Galouzeau de… par exemple ? Mince alors, il y a des re-de-de qui ont échappé à la guillotine !

Le centre ?… Ouais, ceux des guignols de Canal+…

Le monsieur des Rosiers, alors ?… En quoi, qu’il est socialissss, le monsieur ! Et s’il se prend pour Tonton Mitterrand, en plus…

Tiens, hier, il m’a bien fait marrer en nous dévoilant son secret, « j’aime les gens, je n’aime pas l’argent ». Ah que c’est beau ! Et même qu’il y a de « l’espoir »… et poil à la poire !… ô rage, ô…

Il a inventé une mini guillotine pour couper les bourses ? Non ! Bon passons…

L’extrême gauche alors ?… Ben, depuis qu’ils ont tenté de cloner l’Arlette, j’avoue que… ce n’est pas trop mon truc les clones. Quant aux autres, depuis qu’ils ont remplacé « révolutionnaire » par « anticapitaliste » et « nouveau » en plus ! Moi, anticapitaliste, je le suis tous les jours, mais pour la révolution… Dites, ce n’est pas prévu pour demain ?

T’es chiant quoi ! Il te reste qui alors ? Jean-Luc Mélenchon ? Eva Joly ?

Ben oui ! Je fais mon meaculpa d’ultra gauchiste quinquagénaire, j’avoue que j’ai hésité cinq minutes.

Bon pour Mélenchon, cela n’a pas duré cinq minutes. Il se veut un peu trop le clone de Georges Marchais, et outre que les clones… le Jojo, il  a supprimé la lutte des classes et la dictature du prolétariat du programme ! Tu t’étonnes après que le Parti communiste ressemble à un fantôme. Il leur suffisait de supprimer la faucille et le marteau… et de faire un programme commun au rabais ! Et d’appeler à voter Jean-Luc…

Ouais, Jean-Luc Mélenchon, vu sa manière de traiter la presse. je préfèrerais aller voter Staline (si vous l’avez manqué, vous pouvez revoir Le Petit Journal de Canal+ du 19 janvier).

Pour Eva Joly, j’ai dû hésiter cinq minutes trente. Ouais, il y a quand même son parcours qui plaide pour elle. Passer de troisième au concours de Miss Norvège au concours de l’école nationale de la magistrature, il faut quand même le faire. Et en tant que juge, ce n’est pas du menu fretin qu’elle a mis en tôle. Non, l’ex PéDéGé d’Elf et de la SNCF réunis, et même un ancien ministre socialisss ! Si ! Roland Dumas, pour ne pas le nommer.

Bref, je me dis que si elle était encore juge aujourd’hui, on irait peut-être un peu plus vite dans certaines affaires. 

Et lorsque je l’entends dire à propos de la marine nationale, « elle s’est donné la peine de naître avec une cuiller en argent dans la bouche, et va hériter de la fortune d’un ancien tortionnaire d’extrême droite, qui en a lui-même hérité dans des conditions sordides »… Yeah !

Mais elle fait science politique chez les Verts aujourd’hui. Et le vert, j’aime bien, mais surtout en salade. Tiens, « je veux créer un cercle vertueux qui va nous sortir de la crise »… En dehors du fait qu’au moins, on est sûr que D.S.K. n’en fera pas partie…

En finir avec la pollution du monde, je suis d’accord à 300 %, mais pour cela, il faudrait d’abord en finir avec sa politude généralisée. Et pour ça, les verts n’ont pas plus de programme que les autres.

Tiens, est-ce qu’ils proposent de renationaliser Air France, par exemple… Ou les banques, ouais, les banques… Et la mini guillotine à couper les bourses ?

Ben non !

Et alors !

Et alors rien ! Juste qu’à nouveau je n’irai pas voter l’année prochaine !

Et tout ce blabla pour nous dire ça !

Ben oui ! Euheuh, non ! En fait, en rangeant mes archives j’ai retrouvé quelques images prises en 1981, l’année où le Tonton avait faillit nous redorer un peu l’espoir. Et pas grand chose a changé depuis. Ah si, l’uniforme du flic…

Et je ne vais quand même pas aller voter pour un ex-footeux reconverti en star de la pub ! Non mais !

Dis Tonton, c’est pour quand la révolution !

Publicités