C’est quoi que qu’il a dit…

Posted on 25 janvier 2012

4


Avez-vous vu des particules solaires tomber sur votre balcon hier ? Moi, non, et pourtant il paraît qu’il y a eu dimanche une méga éruption sur le soleil qui en a balancé des morceaux un peu partout, jusque sur la terre. Une éjection de masse coronale, qu’ils appellent ça les scientifiques.

Ouais, bon, et lorsque vous avez le volcan qui érupte, ça s’appelle comment ? Une acné, ou une acmé ?

Ils ont de drôles de tics et tocs les scientifiques parfois. Tiens pourquoi qu’il faut qu’ils donnent un nom latin à presque tout ce qu’ils découvrent, alors qu’ils ne parlent même pas le latin ? Bandes de prétentieux, va ! Et tiens, lorsqu’ils découvrent un truc dans l’espace, rien que pour t’emmerder à ne jamais t’y retrouver, ils lui collent une appellation totalement ridicule, du genre RX48975, que tu ne sais même pas s’il est à côté du RX48974, le machin.

C’est comme quand tu vas chez le médecin. Rien que pour te faire bien comprendre que c’est lui le médecin et toi le crétin, il te refile une ordonnance tellement illisible que seul le pharmacien est capable de la lire. Et encore, pas tous les pharmaciens, il faut qu’ils aient fait une école de traduction.

Bon pourquoi que je raconte ça déjà ? Il y a des lustres que je ne suis pas allé chez le médecin. Tiens, ce doit être encore une expression scientifique ça. Pourquoi qu’on dit « il y a des lustres » pour dire tout simplement il y a longtemps ? Moi, les lustres, je les accroche à mon plafond et je ne les apporte pas chez le médecin.

Non, en fait, c’est parce qu’en lisant l’article sur la méga éruption solaire, j’ai appris qu’il existait un NOAA. Non, pas l’ex tennisman, celui-là je connais, c’est encore la personnalité préférée des français (et de certains françois aussi). Et pas non plus un truc anticapitaliste du genre à couper les cou… pardon, les bourses des banquiers. Ben non, c’est américain le NOAA, et même que si vous le traduisez en français, cela donne ANOA, ce qui n’a plus aucun sens (sauf pour un déodorant, peut-être).

Administration nationale des océans et de l’atmosphère, que ça veut dire le NOAA traduit du ricain. Et en effet, lorsque la lune bouge, cela crée des perturbations océaniques que les bretons appellent tout simplement marées. Mais bon, ils sont bretons les bretons, avec ou sans chapeau. Z’ont pas inventé l’Amérique, eux.

Bref, le NOAA, c’est une administration extrêmement scientifique qui nous annonçait qu’hier, il devait se produire un pic de projections, accompagné d’un nuage de plasma, d’une tempête géomagnétique, et qu’une éruption de cette robustesse, risquait de générer des perturbations des télécommunications, si fortes que les pôles pourraient bien se brouiller… pour finir en aurore boréale.

Ah que, j’en ai rêvé toute la journée !

Mais je n’avais pas vu que sur la notice il était aussi indiqué, en tout petits caractères, qu’il ne s’agissait que d’un événement de catégorie 3 sur une échelle qui en compte 5.

C’est sans doute pour cela que je n’ai rien vu ! Pas la moindre particule !

Par contre, en cherchant une conclusion débile à ce billet particulièrement stupide, j’ai ouvert la page du Nouvel Obs ! Et oups ! J’ai bien failli m’en étrangler. Les chinois débarquent à Paris ! Ouais ! Et sous forme de particules !

Et alors, c’est pas le nouvel an du dragon ?

Oui, mais non ! C’est pas ça ! Il paraît que nous n’avons pas assez de centrales nucléaires en France, et comme l’on est très mal doués pour en fabriquer de nouvelles, en 2010 EDF a signé un protocole d’accord (secret, enfin presque) avec une boîte chinoise spécialisée es construction de nucléaire qui va « participer aux nouveaux projets nucléaires d’EDF en France et dans d’autres pays… »

Ah que, c’est’y pas génial ! Plus besoin de se rendre en Chine pour voir le soleil érupter… Ah, non ! Je confonds avec le Japon, ce doit être un effet du nuage de Fukushima.

Bon, un rustre, tout le monde sait ce que c’est. Un lustre aussi, et d’ailleurs, on peut parfois lustrer le lustre (le rustre aussi, enfin je crois). Mais chez les romains, le lustre était avant tout un sacrifice expiatoire qui avait lieu tous les cinq ans. Du coup, lorsqu’on a adapté les coutumes romaines aux nôtres, bien plus civilisées, l’on a supprimé le sacrifice pour ne faire du lustre qu’une notion de durée. Et lorsque notre civilisation s’est enfin capitalisée, l’on a supprimé la durée du lustre pour… tout simplement l’accrocher au plafond ! Et hop ! Plus besoin de soleil pour enfin voir la lumière !

Dis le lustre… Ben euheuh…

Publicités