Comment masquer la forêt…

Posted on 3 février 2012

4


Oui, comment masquer la forêt… avec un seul arbre ?

Et bien, je n’en sais trop rien encore, mais deux choses toutes aussi saugrenues me viennent à l’esprit, une histoire de figurants et une histoire d’affichettes.

En ouvrant Libé tout à l’heure, je suis en effet tombé sur un truc qui m’a bien fait marrer. Pour honorer la présence de notre Vénéré sur un chantier de construction hier, l’Elysée a fait appel à des figurants pour faire effet de foule. Bien oui, c’était un tout petit chantier, et comme il caillait à ne pas mettre une pelle dehors (ni son lait d’ailleurs), il n’y avait pas assez de prolétaires pour amuser notre Vénérable, la presse et les caméras. Et toc, ils ont mobilisé tous les riverains présents. J’espère quand même qu’ils les ont bien payés.

Dites, il n’y aurait pas des figurants aussi dans les ministères ? Vu que nos ministres sont plus occupés à faire campagne électorale qu’à ministrer. Et lorsqu’il n’y a presque aucun député, ce qui arrive assez souvent, ils n’embaucheraient pas des figurants à l’Assemblée nationale. Je veux bien postuler pour faire figurant député, surtout la nuit, si l’on a le droit de dormir. Ceci dit, étant donné le froid qu’il fait, on pourrait aussi prendre des SDF.

D’ailleurs je vous conseille vivement d’ouvrir la page de Libé, pas pour leur faire de la pub, mais juste pour la photo d’illustration. Notre Vénéré, on croirait vraiment un chanoine égaré au fin fond de l’Afrique.

Tiens, je ne sais plus où, j’ai lu que selon Claude Guéant, il manquait d’affection notre Vénérable. Pas étonnant qu’ils doivent mettre des figurants sur son passage. Ceci dit, s’il leur sort du « casse toi pôv con », ils ne vont peut-être pas en trouver longtemps.

Bref, il y a vraiment des choses qui m’énervent dans ce monde chanoinisé. Dans Libé encore, on peut lire que les affiches du film « Les infidèles » seront bientôt retirées. En soi, rien à secouer, et comme je n’irai pas voir ce film, je n’aurais même pas ouvert l’article. Mais le mot « retiré » m’intrigue quand même, j’ouvre donc, et je tombe sur les affiches en question.

Je ne les mets pas, je n’ai pas les droits d’auteur dessus. Mais franchement, il n’y a pas de quoi casser la patte au biquet. Sur l’une, tu as un acteur qui joue les glands entre les jambes écartées d’une fille dont on ne voit même pas la petite culotte. Sur l’autre, tu as un autre mec qui joue les glands au téléphone avec une fille qui s’intéresse à sa braguette. Ouais, bon, et alors ! Le film s’appelant « les infidèles », on comprend de suite de quoi cela va causer.

Evidemment, cela va faire râler les féministes. Mais bon, m’est avis que c’est un peu fait pour. Evidemment, cela va aussi faire râler les curotins. Mais bon, idem. On appelle ça de la provoc, et dans le genre, on a vu bien pire. Et d’ailleurs l’Autorité de régulation professionnelle de la publicité a déjà reçu des plaintes. Ouais ! Rien à secouer. Je n’irai vraiment pas voir ce film.

Sauf que le directeur général de la-dite Autorité nous explique que « Il y a une représentation sexuelle explicite à la vue de tous, et ce n’est pas acceptable. Les images portent en plus atteinte à la dignité de la femme… Ces affiches ne respectent pas les “convenances” selon le terme de notre code de la chambre de commerce internationale. »

Quoi qu’il a le monsieur, il n’est pas content parce qu’on ne le voit pas sur les affiches ? C’est qui son patron ? Saint Benoît XVI ? Et d’où est ce qu’il le sort, son code de convenances ? Du Vatican ?

Il y a même un « jury de (déconologie, pardon) déontologie » dans son Autorité qui va statuer  pour savoir s’il faut interdire les affiches !

Dis, monsieur le directeur, lorsque tu m’autorises une affiche avec un hamburger tout dégoulinant qui me donne envie de gerber, je peux porter plainte aussi, pour qu’on l’interdise ?

Et si je fais un film sur le David de Michel Ange et que je mets la sculpture en affiche, je dois lui masquer la zezette ?

Et tiens, monsieur le directeur des régulateurs, je viens de terminer de lire National Géographic, et je ne te parle même pas de toutes les publicités qu’il y a dedans, ce sont elles (et mon abonnement) qui font vivre la revue. Mais sur la toute dernière page de couverture, il y a une publicité pour une bagnole qui m’effare totalement, « Voilà ce qu’il faut retenir de ce magazine ! » Ah que, j’ai le droit de porter plainte aussi ?

Ou ce n’est que lorsque l’on suggère de la fesse ?

Mouais, j’en ai déjà parlé hier, je ne la referai donc pas… Quoi que, comme disait l’autre, il y a vraiment des trucs « cons comme une bite », et l’inverse aussi !

Bon allez, je vous livre ma petite phrase du jour. « Cela change du pays, quand il fait moins 8. »

Elle n’est pas tirée du film « Les Infidèles » ni du « Roi des … aulnes » Bien oui, elle est de notre Vénéré en visite en Afrique hier.

Tiens pourquoi dit-on que l’on se caille les miches lorsqu’il fait simplement froid ? Je ne m’en souvenais plus tant l’expression est devenue d’usage, mais il paraît que c’est de Céline dans le Voyage au bout de la nuit.

Et sur le même blog d’Arnaud Leparmentier du Monde, on peut lire que notre Vénérable sera aux côtés d’Angela Merkel au 20 heures de France 2 lundi prochain. Qu’ils n’oublient surtout pas de laisser tourner les micros en off.

Dis le off, c’est quand que tu me lâches la grappe !

Et pour masquer ta forêt, tu fais quoi ?

Ben, je n’en sais toujours rien, si je prends des figurants géants (ou guéants), que je les mets devant, tu crois que ça marche ?

Publicités