Ramez rameurs, le déluge approche

Posted on 4 mai 2012

0


Imaginez une arche de 108 mètres de hauteur, longue de 162 mètres, et dotée d’une double peau de 12 mètres d’épaisseur… A votre avis, outre sa famille, combien de bestioles Noé pourrait y loger ?

Je vous laisse faire le calcul.

Mais en fait, ce qui s’appelle une arche est plutôt un sarcophage destiné à enterrer (non, pas celui à qui vous pensez) mais la centrale nucléaire de Tchernobyl qui, plus de 25 ans après son pétage de plombs, continue de suinter le radioactif d’un peu partout.

Imaginez l’état de Fukushima dans 25 ans, alors qu’il faudra au moins 40 ans « officiellement », pour nettoyer la centrale à fuites, et imaginez l’état de notre bonne vieille centrale de Fessenheim si on la prolonge de 25 ans. Et je ne vous raconte pas s’il y a d’ici là un tsunami en Alsace.

Bon, le coefficient de vide, moi, je savais ce que c’était en politique. Mais je ne savais pas qu’il existait aussi en matière de nucléaire. Je n’ai pas tout compris au truc, et vais donc à l’essentiel. En gros, si le coefficient de vide est positif, cela chauffe trop et risque de péter, s’il est négatif, cela chauffe aussi, mais c’est stable.

Ouais, comme en politique, en somme !

Presque, sauf qu’en politique, le coefficient de vide étant vide, il ne peut être ni positif, ni négatif. O + O égale toujours zéro, si je ne m’abuse.


Bref, à quelques jours du final, parlons poulitique.

En libertaire convaincu que je suis, et en communiste que je reste dans le coeur, cela me foutrait sacrément les boules de devoir ingérer pendant cinq ans encore les gesticulations ubuesques de notre Vénérable et de sa cour. Mais il m’est absolument impossible d’aller voter pour les pitreries d’un « socialiste » qui ne connaît ni la couleur, ni la saveur, ni les valeurs du socialisme ; ce serait renier tout ce que je pense ! 

D’ailleurs, en dehors d’un vague dépoussiérage à deux balles, histoire de marquer son territoire (oui, les chiens aussi), il fera strictement la même politique du capitalisme que son prédécesseur. Il suffit de l’entendre parler de cette crise que l’on nous agite sur le bocal à chaque instant comme un épouvantail… Alors que les riches n’ont jamais été aussi riches… 

Allez donc demander à Bouygues, Bolloré, Gates and Co s’ils sont en crise ! Ils vont bien se marrer du fin fond de leurs yachts ! Tiens, pourquoi ne pas le demander aussi à Miss Liliane et à son héritière… Je ne vais pas vous faire la liste…

Marx disait que la religion était l’opium du peuple, Lafargue que c’était le travail, on peut ajouter au moins un troisième ingrédient à cet opium aujourd’hui, la crise ! Engels l’avait d’ailleurs déjà compris, il y a plus d’un siècle.

Cette période électorale (et cette période en général) me laisse donc perplexe.

Contrairement à ce que l’on nous a mis en tête, les français ne sont pas de gros bouseux ignares et insouciants de politique. Ils l’ont montré en étant près de 80% à aller voter au premier tour. Et parmi les 20% qui se sont abstenus, nous sommes nombreux à l’avoir fait en pleine conscience et mûre réflexion, même si notre non vote ne compte pas pour une voix.

Mais… Bien oui ! il y en a ! Presque 18% pour la marine nationale… Je ne me résous pas à penser que ces 18% soient tous allés voter pour les thèses grégaires de la marine, mais que nombreux(se) y sont allés pour voter contre les pitreries politiciennes.

Quant à ceux qui, à gauche sont allés voter Mélenchon, je ne suis pas certain que tous(tes) aient lu le programme du Front de gauche, beaucoup y sont allés aussi pour voter contre et montrer leur ras-le-bol.

Et parmi ceux qui sont allé voter Hollande, un bon nombre n’y sont allés que pour voter « utile » et bouter notre Vénéré hors du pouvoir.

Impossible de faire une addition juste du vrai ras-le-bol, il n’est ni quantifiable, et personne à droite ou à gauche ne le veut, ni, et surtout, uniformément qualifiable.

Mais je fais un dream (c’est la mode), si un jour ces ras-les-bols s’additionnaient en abstentions ou en votes blancs (si ceux-ci étaient comptabilisés), et qu’ils dépassaient les 50%, peut-être cela donnerait-il matière à réfléchir à nos politiciens de n’être élus qu’avec des miettes.

Et peut-être qu’ainsi nous comprendrions qu’il nous est possible de leur prendre le pouvoir afin de construire un autre monde.

Oui, je sais, ce n’est qu’un dream, et il comptera sans doute autant qu’un coefficient de vide désespérément vide. Il faudra d’ailleurs se hâter de l’enfouir dans un sarcophage afin qu’il ne fuite. Mais il m’arrive parfois de rêver à la manière de construire une arche afin de nous protéger du déluge qui nous guette, si nous continuons ainsi…

Dis Noé, le déluge, c’est pas un peu comme la révolution !


Publicités
Posted in: Les essentiels